BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Abattoir – Tirer parti du moindre m² pour la biodiversité

Abattoir – Tirer parti du moindre m² pour la biodiversité

LA BIODIVERSITE, C’EST NOTRE BUSINESS !

En parcourant le pays, nous sommes allés à la rencontre de patrons d’entreprises qui ont délibérément joué la carte de la biodiversité. Et visiblement, ils en retirent de nombreux avantages. Lorsqu’il s’agit de soutenir la biodiversité, il n’y a pas de petit effort : chaque m² rendu à la nature est toujours bon à prendre. C’est ce à quoi s‘attache un site comme celui d’ABATTOIR qui accueille l’une des plus grandes fermes urbaines de l’Union européenne.

Les zones fortement urbanisées ne sont pas vouées à devenir des endroits de plus en plus gris et bétonnés. Bien au contraire. C’est ce qu’a prouvé, à Bruxelles, la société Abattoir en utilisant un cofinancement (FEDER) octroyé par l’Union européenne et la Région de Bruxelles-Capitale pour verduriser sa toiture plate et réfléchir à ce qui pouvait y être développé dans la veine d’une alimentation plus locale, plus circulaire, mais aussi plus respectueuse de la biodiversité. « Au-dessus de la halle rassemblant une cinquantaine de stands alimentaires (le Foodmet), nous avons d’abord accueilli BIGH, la plus grande ferme urbaine d’Europe conçue par Steven Beckers, un architecte visionnaire qui a lancé le concept à Bruxelles. Ensuite, de nouveaux partenaires se sont présentés et les projets se sont enchaînés comme ceux portés par l’asbl Atelier Groot Eiland (*) ou encore Urban Harvest qui nous a proposé la création d’une ferme verticale », commentent Elke et Joris Tiebout, respectivement CEO et Président d’Abattoir.

1.000 m² suffisent

Bien sûr, il est plus facile de parler de biodiversité lorsque l’on dispose d’un espace ouvert dans un milieu naturel extérieur. Elke et Joris Tiebout en sont bien conscients : « Si les activités agricoles sont entièrement réalisées sous serre, les interactions avec le milieu sont forcément inexistantes ». En revanche, les choses changent dès que l’on dispose de parcelles à l’air libre, comme c’est le cas avec la ferme urbaine tout droit sortie de l’imagination de Steven Beckers. « Même lorsque la surface se limite à 1.000 m² à l’air libre, on peut déjà beaucoup agir pour la biodiversité. Et puis, il faut aussi tenir compte des externalités positives générées par la lutte intégrée dans les serres, des arbustes à petits fruits qui contribuent à la pollinisation, ainsi que de la vie organique dans le substrat » explique Steven Beckers. Des expériences plus anciennes menées dans des villes comme Paris ont confirmé l’impact positif de cette approche, fondée sur la création de corridors dans des espaces extrêmement réduits et urbanisés.

De fil en aiguille, le projet très médiatisé de BIGH a attiré d’autres projets qui s’inscrivent dans l’économie circulaire et contribuent à créer sur le site une véritable symbiose : récupération de légumes invendus pour en faire de la soupe, mise au travail de personnes socialement défavorisées, valorisation des déjections des poissons de la pisciculture comme amendement végétal pour les cultures en toiture, réutilisation de la chaleur dégagée par les groupes frigorifiques du rez-de-chaussée pour chauffer les serres, etc. Elke et Joris Tiebout se relanceraient-ils dans pareille aventure, même sans cofinancement européen ? « Oui » répondent-ils en chœur car « quand on sème, tout le reste suit».

BeBiodiversity Abattoir – Tirer parti du moindre m² pour la biodiversité
Ferme urbaine sur la toiture d'Abattoir (crédit : BIGH)

Les portes d’entrée pour promouvoir la biodiversité dans votre propre entreprise sont nombreuses :

  • à travers le terrain occupé,
  • les infrastructures du site,
  • vos processus de production,
  • votre politique d’achat,
  • votre politique d’importation,
  • et en incitant vos fournisseurs à partager vos efforts.

Recevez de l’aide pour vous lancer ou pour valoriser vos efforts sur www.biodiversitree.be
Téléchargez la brochure “La biodiversité, c’est notre business

(*) Asbl spécialisée dans la réinsertion d’hommes et de femmes sans emploi et parfois sans formation dans le secteur de la restauration.

Photos : ferme urbaine sur la toiture d’Abattoir (crédit : BIGH)

Autres actus

BeBiodiversity Du chocolat belge pour un monde meilleur

Du chocolat belge pour un monde meilleur

Le gouvernement fédéral et l’industrie du chocolat belge se sont engagés à payer un prix équitable aux producteurs et à mettre fin à la déforestation. Tant que la production de chocolat implique la déforestation, des salaires indécents et le travail des enfants, elle n’est pas durable. Les fabricants belges, la société civile et les pouvoirs publics ne restent pas les bras croisés et œuvrent en faveur d’un chocolat durable, bon pour l’homme et meilleur pour la biodiversité !

Lire plus
BeBiodiversity Les femmes engagées pour la biodiversité à travers l’Histoire

Les femmes engagées pour la biodiversité à travers l’Histoire

Depuis des siècles, des femmes s’efforcent de préserver la diversité biologique de la terre en utilisant des matériaux naturels pour construire, cultiver, élever, nourrir et soigner. Qu’elles dédient leur travail ou leur vie à une espèce ou une zone particulière, ou à la nature en général, de nombreuses femmes s’engagent avec courage et passion pour protéger la biodiversité et notre planète. Dans le monde, nombreuses sont les initiatives en faveur de la biodiversité fondées par des femmes ; elles vont souvent de pair avec la défense des droits de chacun.e. En cette journée internationale des droits de la femme, BeBiodiversity profite de l’occasion pour célébrer quelques-unes d’entre elles.

Lire plus
BeBiodiversity Zéro plastique, zéro panique !

Zéro plastique, zéro panique !

C’est une étape décisive en Belgique dans la lutte contre les plastiques jetables : un nouvel arrêté royal interdit la vente de divers produits en plastique « à usage unique » tels que les couverts, les assiettes et les pailles. Une bonne nouvelle pour les écosystèmes qui étouffent sous le plastique et les microplastiques.

Lire plus
BeBiodiversity Le chocolat : une friandise à l’arrière-goût amer pour la biodiversité

Le chocolat : une friandise à l’arrière-goût amer pour la biodiversité

Chocolats de toutes les couleurs et de tous les parfums, fourrages et formes… En Belgique, vous trouverez une friandise chocolatée pour chaque occasion, souvent fabriquée avec beaucoup de savoir-faire et de créativité. Cependant, les chocolats brillants cachent un côté sombre : la culture du cacao, source du goût et de l’arôme délicieux, menace la biodiversité.

Lire plus
BeBiodiversity L’agroforesterie : en route vers un chocolat plus durable

L’agroforesterie : en route vers un chocolat plus durable

Les défis de la culture du cacao sont multiples : déforestation, changements climatiques, perte de biodiversité, utilisation de pesticides et d’engrais, travail des enfants. Heureusement, des solutions existent. Afin de rendre la culture du cacao plus durable, l’agroforesterie est de plus en plus envisagée.

Lire plus
BeBiodiversity Une pause-café pour la biodiversité ?

Une pause-café pour la biodiversité ?

Le commerce du café fait partie des cultures commerciales les plus importantes dans le monde. Un produit en apparence simple, mais dont la culture, le transport, les déchets produits et l’énergie consommée depuis le grain de café jusqu’à la tasse ne sont pas sans impact sur l’environnement. De manière étonnante, le fonctionnement de notre machine à café constitue même un des postes les plus importants en matière de consommation d’énergie et de production de déchets.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus