BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Champignons, sortez vos petits parapluies, voici l’automne !

Champignons, sortez vos petits parapluies, voici l’automne !

Quoi de plus amusant que d’agrémenter une balade en forêt par la découverte et la dégustation de ces trésors de l’automne que sont les champignons. Et nous sommes bien servis ! Saviez-vous que la Belgique est le troisième pays d’Europe en matière de diversité de champignons ? Il y aurait plus de 10 000 espèces sur notre territoire, même si les espèces comestibles ne sont que quelques dizaines.

Evidemment, tous les conseils pour une promenade dans la nature sont à respecter : garez votre véhicule et respectez les panneaux et les accès, ne laissez pas de détritus, ne dérangez pas les animaux et ne dégradez rien. Mais pour la cueillette et la récolte de champignons en forêt, quelques conseils supplémentaires sont d’application.

Vérifiez que la cueillette est autorisée : toute forêt a un propriétaire qui peut autoriser, tolérer ou interdire l’accès à son domaine et la cueillette. Les champignons appartiennent au propriétaire des lieux qui peut tolérer la cueillette de quantités raisonnables pour un usage personnel. Par ex. à Bruxelles, la cueillette de champignons est totalement interdite afin de protéger des espèces rares dont certaines sont comestibles. À des fins scientifiques ou pédagogiques, les chercheurs et les enseignants peuvent demander des dérogations. En Région flamande, la cueillette est également interdite. Dans les forêts appartenant à la Région wallonne, vous êtes autorisés à quitter les sentiers pour marcher à travers bois et ramasser des champignons. Dans les forêts privées, une autorisation est nécessaire. Pour éviter d’être en infraction, renseignez-vous au préalable et géolocalisez-vous en cas de doute.

Les quantités maximales par foyer sont réglementées. Un panier de taille moyenne (environ dix litres) est généralement accepté. Attention, en cas d’excès, des amendes sévères allant de 65 à 150 € peuvent s’appliquer, selon la nature et le lieu de l’infraction.

Coupez le champignon délicatement avec un couteau bien tranchant au-dessus du sol, sans le déraciner, sans arracher le fragile mycélium, pour lui permettre de se régénérer. Laissez les tout petits en place. En grandissant, ils feront le bonheur du suivant et permettront aux champignons de se reproduire.

Commencez par identifier le champignon au sol avant de le cueillir. Rien ne sert de remplir son panier d’une espèce sans intérêt, voire toxique. Évitez des piétiner les espèces non comestibles ou les vieux champignons, tous deux constituent un ensemble complexe vivant en équilibre délicat avec les arbres. Apprenez ce respect à vos enfants.

Ne mélangez pas les espèces de champignons dans votre panier. Quelques essuies de vaisselle propres noués en baluchon feront de bon séparateurs qui n’écraseront pas votre récolte tout en la laissant respirer.

BeBiodiversity Champignons, sortez vos petits parapluies, voici l’automne !

Pour votre sécurité et votre santé, mais aussi pour en savoir d’avantage sur la nature, apprenez à reconnaitre les espèces de champignons comestibles et non-comestibles de nos régions. En forêt et de retour à la maison, inspectez et identifiez méticuleusement le fruit de votre récolte. En cas de doute, demandez de l’aide à votre pharmacien.

Surveillez votre chien s’il est du genre à manger tout ce qu’il trouve. Parfois il voudra vous imiter ou  simplement jouer avec votre cueillette. Contrairement à une croyance répandue, ne vous fiez pas à son instinct. Les cas d’intoxication chez le chien sont fréquents et parfois difficiles à diagnostiquer en raison du temps passé entre l’ingestion du champignon et l’apparition des symptômes d’intoxication. Certains champignons comestibles pour l’homme peuvent être toxiques pour le chien s’ils sont consommés crus ou en état de décomposition. Dans le doute, prélevez un exemplaire du champignon que votre chien a ingéré pour pouvoir l’identifier.

De l’omelette à la soupe, chaque champignon a son mode de préparation idéal, renseignez-vous, pour tirer le meilleur de chaque espèce. Si vous préférez les acheter, comme pour tout aliment, renseignez-vous sur la provenance et les conditions de culture. On trouve également d’amusants kits pour cultiver des champignons comestibles à la maison. Émerveillement et plaisir de dégustation garantis.

Autres actus

BeBiodiversity La croisière s’amuse, la biodiversité moins…

La croisière s’amuse, la biodiversité moins…

Les croisières ont de plus en plus la cote. Depuis 2009, le nombre de passagers de ce type de vacances est passé de 17,8 à 28 millions. Une hausse de près de 64 % qui n’est pas sans inquiéter les amoureux de la biodiversité,  en particulier pour les croisières vers les pôles.

Lire plus
BeBiodiversity Le sport dans la nature : oui, mais… !

Le sport dans la nature : oui, mais… !

Dans notre société orientée vers les loisirs et le rapport à la nature, on constate une forte croissance des activités sportives et touristiques en milieu naturel. La pêche, l’équitation, la randonnée, le running, le canyoning, l’escalade, le VTT ou le kayak se sont démocratisés et se pratiquent désormais en masse. C’est un marché florissant pour les régions possédant un patrimoine touristique naturel et paysager.

Lire plus
BeBiodiversity Du carbone compensé pour protéger la biodiversité

Du carbone compensé pour protéger la biodiversité

Les voyages en avion émettent d’importantes quantités de gaz à effet de serre, qui réchauffent la planète. Pas de quoi renoncer à vos vacances estivales ! De nombreux havres de paix ne sont qu’à quelques gares de chez vous. Mais si vraiment l’avion est indispensable, vous pouvez limiter les dégâts en compensant les émissions carbone de votre vol, c’est-à-dire en économisant une quantité équivalente de CO2 ailleurs.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus