BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity
Icon Newsletter #BeBiodiversity

Newsletter #BeBiodiversity

Subscribe and never miss a post

BeBiodiversity La 18e Conférence des Parties de la CITES (COP 18)

La 18e Conférence des Parties de la CITES (COP 18)

La 18e Conférence des Parties de la CITES (COP 18) aura lieu finalement en Suisse (et non au Sri Lanka comme prévu en raison des attentats du 21 avril 2019).

La CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction) ou Convention de Washington est un accord international entre États. Les États et organisations qui rejoignent la CITES sont appelés “Parties”. Ces Parties se réunissent régulièrement lors des COP (Conférence des Parties) afin de réviser les listes d’animaux et de végétaux menacés. On y négocie également les ambitions, les stratégies et les modes de collaboration des Parties.

BeBiodiversity La 18e Conférence des Parties de la CITES (COP 18)

Sur base de critères biologiques et commerciaux, les espèces sont classées dans deux listes baptisées Annexe I et Annexe II.

  • L’Annexe I comprend toutes les espèces menacées d’extinction. Le commerce de leurs spécimens n’est autorisé que dans des conditions exceptionnelles.
  • L’Annexe II comprend toutes les espèces qui ne sont pas nécessairement menacées d’extinction mais dont le commerce des spécimens doit être réglementé pour éviter une exploitation incompatible avec leur survie.
  • Une troisième Annexe (Annexe III) liste toutes les espèces protégées dans un pays qui a demandé aux autres Parties à la CITES leur assistance pour en contrôler le commerce.

Il y a parfois de bonnes nouvelles, quand la population d’une espèce est déclassée la menace pour sa survie s’éloignant avec un commerce bien régulé. Mais chaque cas est analysé en détail et la prudence reste de mise.

 

BeBiodiversity La 18e Conférence des Parties de la CITES (COP 18)

Lors de la COP 17 de Johannesburg en 2016, les pangolins ont rejoint l’Annexe I en raison de leur statut peu enviable d’espèce la plus braconnée dans le monde. Les lions, bien que menacés, ne remplissait pas les critères d’inscription à l’Annexe I. L’argent de l’écotourisme et de la chasse doit pouvoir continuer à alimenter leur préservation.

Quelques requins en surpêche ont rejoint l’Annexe II, tandis que le perroquet gris a rejoint l’Annexe I en raison d’une demande excessive qui a décimé les populations sauvages. En raison d’une demande très forte en bois exotiques, certaines espèces d’arbres ont rejoint l’Annexe II pour en réguler le commerce.

À nouveau, lors de cette nouvelle COP 18, l’ivoire des éléphants sera au cœur des débats. La question de la vente ou de  gestion des stocks d’ivoire par les états sera sur la table des négociations.

Mais le sort des grands mammifères ne doit pas occulter la préoccupation de la CITES pour la faune marine et terrestre. Certaines espèces sont maintenant menacées par le commerce international  (ex : requins, raies,  concombre de mer, gekkos, tritons ainsi que certaines plantes et certaines arbres).

“La période intersessions qui sépare la CoP17 de la CoP18 s’avère l’une des plus denses dont nous ayons le souvenir et tout porte à croire que la CoP18 sera très fructueuse et fera progresser la mise en œuvre de la CITES sur de nombreux fronts”, a déclaré David Morgan, responsable du Secrétariat CITES.

Toute personne souhaitant importer ou exporter/réexporter des spécimens d’une espèce CITES doit contacter les organes de gestion CITES des pays d’importation et d’exportation ou de réexportation pour se renseigner sur les règlements nationaux et internationaux en vigueur. Chaque Annexe implique des règles particulières. En général, un permis ou un certificat est requis et les infractions sont sévèrement punies. www.citesenbelgique.be.

Autres actus

BeBiodiversity Prêts pour un frisson d’Halloween plus durable ?

Prêts pour un frisson d’Halloween plus durable ?

Monstres, sorcières, zombies, fantômes, … aucun costume n’est trop fou pour célébrer ce moment de frisson et de plaisir annuel. Comment rester éco-responsable pendant cette fête diabolique ? Avec nos conseils d’habillage et de décoration, il y aura plus de peur que de mal !

Lire plus
BeBiodiversity Faut-il les tuer pour mieux les protéger ?

Faut-il les tuer pour mieux les protéger ?

A la fin du mois d’août, la Conférence sur le commerce international des espèces menacées – la CITES – s’est terminée sur une série de nouvelles décisions visant à mieux protéger une série d’animaux vulnérables et en danger d’extinction. Parmi ces animaux, la girafe, le plus grand mammifère terrestre, une véritable icône de la savane africaine.

Lire plus
BeBiodiversity La lutte contre les espèces exotiques invasives s’organise

La lutte contre les espèces exotiques invasives s’organise

Les espèces exotiques envahissantes, aussi appelées espèces invasives, sont des espèces introduites par l’homme en dehors de leur aire d’origine. Elles constituent une menace importante pour la biodiversité et les services fournis par les écosystèmes comme la production végétale, l’épuration de l’eau et la pollinisation.

Lire plus
BeBiodiversity Une diversité envahissante ?

Une diversité envahissante ?

De tout temps les espèces animales ou végétales ont colonisé le globe et occupé des espaces de vie en fonction de leurs capacités d’adaptation. Mais l’homme a également introduit volontairement ou par accident des espèces animales et végétales ainsi que des champignons et microorganismes en dehors de leurs habitats habituels. Certaines espèces s’acclimatent et prospèrent localement au point de devenir invasives.

Lire plus
BeBiodiversity Un coach pour se préparer aux défis climatiques !

Un coach pour se préparer aux défis climatiques !

Quelles sont les causes et les effets de changements climatiques sur l’homme et la nature (par ex. augmentation du niveau de la mer, augmentation des canicules et de la sécheresse, mais également  plus de tempêtes et d’inondations, les impacts sur la biodiversité,…) ? Comment est-il possible de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 80% d’ici 2050 ? Quels changements de comportements et technologiques sont nécessaires afin de réaliser cette transition ?

Lire plus
BeBiodiversity SOUVENIRS, SOUVENIRS

SOUVENIRS, SOUVENIRS

Chaque année, de nombreux objets réalisés à partir d’espèces animales et végétales protégées sont importés illégalement en Belgique (fourrure, caviar, objets d’art, bijoux, …). Par le crime organisé ? Parfois. Mais le plus souvent, ce sont les touristes qui – sans penser à mal – rapportent ces objets dans leurs bagages à titre de souvenirs.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus