BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity
Icon Newsletter #BeBiodiversity

Newsletter #BeBiodiversity

Subscribe and never miss a post

BeBiodiversity La croisière s’amuse, la biodiversité moins…

La croisière s’amuse, la biodiversité moins…

Les croisières ont de plus en plus la cote. Depuis 2009, le nombre de passagers de ce type de vacances est passé de 17,8 à 28 millions. Une hausse de près de 64 % qui n’est pas sans inquiéter les amoureux de la biodiversité,  en particulier pour les croisières vers les pôles.

Quelles sont les raisons de cette inquiétude ? Tout d’abord, la consommation gigantesque de carburant et son impact. Les paquebots et navires de croisières utilisent en effet principalement un fioul lourd, peu raffiné, qui est responsable d’émissions néfastes tant pour la santé que pour la biodiversité. En Europe, une directive européenne impose aux navires d’utiliser un combustible moins polluant à l’approche des zones maritimes nationales. Mais, dès les zones maritimes nationales quittées, les navires passent à nouveau aux fiouls les moins coûteux, plus nocifs. Selon un rapport de l’OCDE de 2014, le transport maritime est aussi responsable de 5 à 10 % des émissions mondiales d’oxyde de soufre, un polluant qui accroît le niveau d’acidité des océans, participe à la formation de « mauvais ozone » et de particules fines et ultrafines.

Ensuite ces navires de croisière sont des villages, voire pour certains de vraies villes flottantes. Ils génèrent donc les mêmes déchets et eaux sales avec le risque supplémentaire qu’ils se retrouvent dans des milieux aquatiques fragiles et déjà menacés. D’après l’ONG Friends of the Earth, un navire qui accueille 4300 touristes produit chaque jour 1,9 million de litres d’eaux usées et 19 tonnes de déchets solides.

BeBiodiversity La croisière s’amuse, la biodiversité moins…

Ce secteur est en pleine croissance et repousse les limites de son offre touristique. Avec la fonte des glaces, conséquence du réchauffement climatique, la navigation dans les pôles, arctique ou antarctique, est rendue plus accessible et moins risquée. Les croisiéristes proposent donc désormais des séjours insolites dans le grand Nord ou sur le continent blanc à des conditions très onéreuses.

Or, les écosystèmes polaires sont très fragiles. En particulier celui de l’Antarctique dont l’isolement est la spécificité. Le nombre de touristes y a bondi : d’environ 38 000 pour la saison 2015-2016 à 51 000 pour la saison 2017-2018[1], et cette augmentation va continuer ! Les croisiéristes y sont heureusement soumis à des règles beaucoup plus strictes. Cependant, même ces règles strictes ne prémunissent pas totalement contre d’autres risques comme l’importation d’espèces exotiques, potentiellement invasives, introduites involontairement par les touristes. Une étude réalisée par le CNRS[2] a analysé les effets personnels de plus de 800 personnes en villégiature au pôle Sud. Plus de 2 600 graines ou fragments végétaux capables de participer à la dissémination des plantes en ont été retirés. Autre exemple : notre mouche commune a tendance à voyager avec nous et pourrait donc, avec les températures plus clémentes, s’installer sur le continent blanc avec des conséquences que nous ne connaissons pas. Un autre risque est lié à l’accessibilité maritime relative de l’Antarctique où une très petite zone reçoit plus de 90% des visites, ce qui concentre les impacts.

Que faire ? Si l’envie d’une croisière est plus forte que tout, optez pour des compagnies qui ont le meilleur bilan environnemental en vous basant sur des comparatifs de compagnies comme celui établi notamment par l’ONG Friends of the Earth .

[1] Chiffres de l’Association internationale des voyagistes antarctiques. https://iaato.org/tourism-statistics

[2] http://www2.cnrs.fr/presse/communique/2519.htm

Autres actus

BeBiodiversity Prêts pour un frisson d’Halloween plus durable ?

Prêts pour un frisson d’Halloween plus durable ?

Monstres, sorcières, zombies, fantômes, … aucun costume n’est trop fou pour célébrer ce moment de frisson et de plaisir annuel. Comment rester éco-responsable pendant cette fête diabolique ? Avec nos conseils d’habillage et de décoration, il y aura plus de peur que de mal !

Lire plus
BeBiodiversity Faut-il les tuer pour mieux les protéger ?

Faut-il les tuer pour mieux les protéger ?

A la fin du mois d’août, la Conférence sur le commerce international des espèces menacées – la CITES – s’est terminée sur une série de nouvelles décisions visant à mieux protéger une série d’animaux vulnérables et en danger d’extinction. Parmi ces animaux, la girafe, le plus grand mammifère terrestre, une véritable icône de la savane africaine.

Lire plus
BeBiodiversity La lutte contre les espèces exotiques invasives s’organise

La lutte contre les espèces exotiques invasives s’organise

Les espèces exotiques envahissantes, aussi appelées espèces invasives, sont des espèces introduites par l’homme en dehors de leur aire d’origine. Elles constituent une menace importante pour la biodiversité et les services fournis par les écosystèmes comme la production végétale, l’épuration de l’eau et la pollinisation.

Lire plus
BeBiodiversity Une diversité envahissante ?

Une diversité envahissante ?

De tout temps les espèces animales ou végétales ont colonisé le globe et occupé des espaces de vie en fonction de leurs capacités d’adaptation. Mais l’homme a également introduit volontairement ou par accident des espèces animales et végétales ainsi que des champignons et microorganismes en dehors de leurs habitats habituels. Certaines espèces s’acclimatent et prospèrent localement au point de devenir invasives.

Lire plus
BeBiodiversity Un coach pour se préparer aux défis climatiques !

Un coach pour se préparer aux défis climatiques !

Quelles sont les causes et les effets de changements climatiques sur l’homme et la nature (par ex. augmentation du niveau de la mer, augmentation des canicules et de la sécheresse, mais également  plus de tempêtes et d’inondations, les impacts sur la biodiversité,…) ? Comment est-il possible de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 80% d’ici 2050 ? Quels changements de comportements et technologiques sont nécessaires afin de réaliser cette transition ?

Lire plus
BeBiodiversity SOUVENIRS, SOUVENIRS

SOUVENIRS, SOUVENIRS

Chaque année, de nombreux objets réalisés à partir d’espèces animales et végétales protégées sont importés illégalement en Belgique (fourrure, caviar, objets d’art, bijoux, …). Par le crime organisé ? Parfois. Mais le plus souvent, ce sont les touristes qui – sans penser à mal – rapportent ces objets dans leurs bagages à titre de souvenirs.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus