BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity La surexploitation : une menace bien réelle pour la biodiversité

La surexploitation : une menace bien réelle pour la biodiversité

La biodiversité constitue une ressource incroyable en nourriture et en matières premières pour plus de 7 milliards d’êtres humains. Malheureusement, nous avons tendance à oublier que ces ressources sont limitées… En effet, la plupart des écosystèmes qui les fournissent ne sont pas exploités de façon durable ;  ils sont surexploités.

La surexploitation, c’est lorsque le prélèvement d’une ressource dépasse sa capacité à se reconstituer naturellement. Les conséquences écologiques qui en découlent sont imprédictibles. Mais une chose est sûre : il arrivera un moment où l’écosystème ne sera plus en mesure de rétablir son équilibre et certaines espèces en feront les frais. Elles deviendront de plus en plus rares ou disparaîtront.

La surexploitation concerne principalement la surpêche, la chasse excessive d’animaux sauvages, l’abattage excessif de bois de chauffage, le surpâturage et l’épuisement des terrains agricoles. La biodiversité peut aussi être menacée par la surexploitation d’autres ressources naturelles comme l’eau ou les sols.

La convention CITES (Convention on International Trade in Endangered Species of Wild Fauna and Flora) règlemente depuis 1975 le commerce des espèces menacées. L’accord compte actuellement 180 états-parties. Tous les Etats membres de l’Union européenne en font partie (dont la Belgique depuis 1984). Il protège 5.000 espèces d’animaux et 28.000 espèces de plantes.

BeBiodiversity La surexploitation : une menace bien réelle pour la biodiversité

Un exemple de surexploitation : le pangolin

Les écailles de ce mammifère sont très prisées en médecine chinoise traditionnelle. Pour obtenir un kilo d’écailles, il faut tuer deux à trois animaux. Une saisie record a été réalisée le 29 novembre dernier. Douze tonnes d’écailles ont été saisies en Chine, sur un cargo en provenance d’Afrique soit 20 000 pangolins.

Même s’il est classé sur la liste rouge des espèces menacées d’extinction dans la CITES, le pangolin est aujourd’hui le mammifère le plus braconné au monde : plus d’un million d’entre eux ont été chassés et capturés au cours de la dernière décennie. Selon les experts, sa disparition modifierait l’écosystème des forêts tropicales, en augmentant les populations de fourmis et de termites dont ils se nourrissent.

Et nous, que pouvons-nous faire ?

A notre échelle, nous pouvons aussi agir en évitant d’acheter des objets ou produits fabriqués à partir d’ivoire, de corail, de bois de rose, d’écailles de pangolins, de carapace de tortue ou encore de peaux de félins. Et en cette période de fêtes, soyons particulièrement attentifs à la provenance du caviar que nous achetons. Vous ne le savez peut-être pas mais ces petits grains noirs, symboles de luxe et de gastronomie, sont des œufs d’esturgeon ou de polyodon, son cousin américain. Depuis près de vingt ans, l’esturgeon est protégé par la CITES et son commerce est rigoureusement réglementé. Aujourd’hui, l’aquaculture fournit la quasi-totalité du caviar légal commercialisé en Belgique ou dans l’Union Européenne mais des circuits illégaux sont possibles.

 

Pour plus d’information sur la Convention CITES et le commerce du caviar : www.citesenbelgique.be.

Pour plus d’information sur le caviar : https://www.health.belgium.be/fr/news/qualite-et-legalite-ne-se-combinent-pas-toujours-avec-le-caviar

Autres actus

BeBiodiversity Bois et instruments de musique

Bois et instruments de musique

Malgré d’importantes avancées concernant notre connaissance des matériaux, le bois reste le matériau de prédilection pour la construction des instruments de musique. Ce sont les caractéristiques uniques de poids, de dureté, de résistance et de capacité à résonner qui en déterminent l’utilisation pour les instruments à cordes, les instruments à vent et les percussions. Chaque instrument est un assemblage de bois durs et tendres à la recherche des conditions optimales de sonorité.

Lire plus
BeBiodiversity Des scampis à volonté, au grand dam de la biodiversité

Des scampis à volonté, au grand dam de la biodiversité

Crevettes, scampis ou gambas ont longtemps été des mets rares, raffinés et chers. Mais de nos jours, leur consommation a explosé : dans le monde, on estime qu’en 2023, environ 6 millions de tonnes de crevettes seront consommées par an ! En 20 ans, la production aurait été multipliée par 9. Un boum qui fait des dégâts sur la biodiversité.

Lire plus
BeBiodiversity Détruire de l’ivoire pour la défense des éléphants sauvages

Détruire de l’ivoire pour la défense des éléphants sauvages

Chaque quart d’heure, un éléphant disparaît, victime du braconnage. Les éléphants sauvages d’Afrique et d’Asie sont menacés d’extinction. L’ivoire provient des défenses, c’est-à-dire des dents des éléphants. Personne ne se risquerait à arracher les dents d’un éléphant vivant : l’abattre est la solution la plus facile pour les trafiquants.

Lire plus
BeBiodiversity Des experts inquiets au chevet de la biodiversité

Des experts inquiets au chevet de la biodiversité

En trois ans, cinq cent cinquante experts bénévoles de cent pays ont compilé dix mille publications scientifiques, complétées par des données statistiques et un inventaire des savoirs traditionnels locaux. L’objectif de ce travail colossal coordonné par la Plate-Forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) était de fournir aux décideurs de la planète cinq rapports sur l’état de la biodiversité mondiale.

Lire plus
BeBiodiversity La vanille, un plaisir bientôt inaccessible ?

La vanille, un plaisir bientôt inaccessible ?

Son arôme puissant et délicat en fait une épice très appréciée. Et bien qu’elle se retrouve un peu partout dans les produits alimentaires, les cosmétiques ou encore les huiles essentielles, la vanille fait pourtant partie des épices les plus chères avec le safran et pourrait devenir un produit aussi luxueux que ce dernier. En effet, sa production est de plus en plus menacée…

Lire plus
BeBiodiversity Les pesticides : des évolutions timides

Les pesticides : des évolutions timides

De nouvelles études et rapports confirment quotidiennement l’état alarmant de la biodiversité. Le constat ne concerne plus uniquement des espèces emblématiques telles que l’ours polaire ou le rhinocéros blanc. Les espèces les plus communes sont aussi menacées… C’est le cas des oiseaux communs dont le nombre en Wallonie a diminué de 50% en 25 ans ! Parmi les causes de ce déclin en Europe, arrivent en première place l’agriculture intensive et l’utilisation de pesticides. Le recours aux pesticides par les particuliers est également problématique. Petit récapitulatif des évolutions récentes concernant ces produits.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus