BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Le chocolat : une friandise à l’arrière-goût amer pour la biodiversité

Le chocolat : une friandise à l’arrière-goût amer pour la biodiversité

Chocolats de toutes les couleurs et de tous les parfums, fourrages et formes… En Belgique, vous trouverez une friandise chocolatée pour chaque occasion, souvent fabriquée avec beaucoup de savoir-faire et de créativité. Cependant, les chocolats brillants cachent un côté sombre : la culture du cacao, source du goût et de l’arôme délicieux, menace la biodiversité.

Le secteur du cacao représente environ 113 milliards d’euros par an.[1] Une douzaine de multinationales négocient et transforment la majeure partie du cacao mondial, ce qui leur permet de réaliser d’importants bénéfices. Il en va autrement pour les producteurs de cacao : 90 % d’entre eux n’ont pas de revenu viable et répondent difficilement à des besoins fondamentaux tels que l’accès à la nourriture, l’eau, le logement et l’éducation. Cette pauvreté est le moteur du travail des enfants et de la déforestation dans la culture du cacao (Baromètre du cacao 2020, Voice Network[2] ). La pauvreté pousse les producteurs à étendre les plantations pour tenter de gagner plus et de subvenir à leurs besoins, et ce au détriment des forêts, et même parfois des zones protégées. Ce cercle vicieux entraîne la destruction et la fragmentation des habitats et une perte de biodiversité.

Les chiffres relatifs au travail des enfants dans le secteur du cacao sont tout simplement dramatiques : 1,5 million d’enfants au Ghana et en Côte d’Ivoire, selon un récent rapport du National Opinion Research Center (NORC 2020) de l’université de Chicago. Ce chiffre ne s’est pas sensiblement amélioré au cours de la dernière décennie. En outre, le travail est dangereux et lourd, impliquant l’utilisation de machettes, l’exposition aux pesticides et le transport de lourds sacs de fèves de cacao.

La déforestation pour quelques centimes de plus…

Le cacao de notre chocolat belge provient principalement d’Afrique occidentale, de Côte d’Ivoire et du Ghana. Les forêts primaires du Ghana et de la Côte d’Ivoire ont diminué de 70% au cours des trois dernières décennies et les forêts restantes sont sous pression. L’expansion de la culture du cacao est l’une des principales causes du défrichement de la forêt primaire dans ces pays (Baromètre du cacao 2020).

Les forêts constituent une importante source de revenus pour les petits agriculteurs. Le bois est utilisé comme combustible et matériel de construction, et le morceau de forêt défriché est utilisé pour une « culture de rente », une culture qu’ils peuvent vendre, comme le cacao.

Lorsqu’une forêt est remplacée par la culture du cacao, la vie du sol devient moins diversifiée et sa fertilité diminue. La monoculture facilite malheureusement la propagation des insectes, des bactéries et des champignons qui attaquent les plantes devenues plus vulnérables dans cet environnement peu riche. Les cacaoculteurs tentent alors de compenser la perte de fertilité sur les parcelles à l’aide d’engrais artificiels et les pesticides sont souvent utilisés pour lutter contre les nuisibles. Ces intrants chimiques sont coûteux pour les agriculteurs, présentent un risque élevé pour la santé des personnes, et mettent en péril les autres formes de vie dans ces cultures.

BeBiodiversity Le chocolat : une friandise à l’arrière-goût amer pour la biodiversité

…et au détriment de la biodiversité.

Trop souvent, les agriculteurs sont amenés à utiliser certaines techniques agricoles impliquant pesticides et/ou d’engrais, dans l’espoir que les pesticides et les engrais maintiendront ou amélioreront les rendements. Des rendements plus élevés ne garantissent pourtant pas l’augmentation du revenu de l’agriculteur : lorsque l’offre sur le marché mondial augmente, le prix du cacao baisse…

Ces pratiques représentent en réalité une menace pour la résilience des cultures, la fertilité des sols et la biodiversité dans et autour des champs. Les pollinisateurs du cacaoyer (une sorte de petit moustique) sont par exemple victimes de l’utilisation de pesticides, ce qui menace directement la culture du cacao s’ils venaient à disparaître.

Une solution pour du chocolat plus durable ? Lisez notre article sur l’agroforesterie.

Autres actus

BeBiodiversity Nos animaux de compagnie sont-ils un danger pour la biodiversité ?

Nos animaux de compagnie sont-ils un danger pour la biodiversité ?

6h10, un ronronnement aussi intense que soudain se fait entendre à quelques centimètres de votre oreille… Il a beau être le plus mignon, mais là « le petit félin » de la maison irrite… Marques d’attention, câlins,… Il parade afin de parvenir à ses fins : vous faire lever pour lui donner son repas du matin. Une fois rassasié, plus de nouvelles de lui jusqu’au prochain repas ! Dure, dure la vie de chat !

Lire plus
BeBiodiversity Une fête des Pères plus durable

Une fête des Pères plus durable

Comme pour nos autres fêtes, pourquoi ne pas donner un twist plus durable à nos cadeaux de Fête des pères ? Il est rare que les produits cosmétiques ne figurent pas en bonne place dans le Top 10 des idées de cadeaux pour cette fête. Voici une liste d’idées pour une fête des pères durable.

Lire plus
BeBiodiversity Du chocolat belge pour un monde meilleur

Du chocolat belge pour un monde meilleur

Le gouvernement fédéral et l’industrie du chocolat belge se sont engagés à payer un prix équitable aux producteurs et à mettre fin à la déforestation. Tant que la production de chocolat implique la déforestation, des salaires indécents et le travail des enfants, elle n’est pas durable. Les fabricants belges, la société civile et les pouvoirs publics ne restent pas les bras croisés et œuvrent en faveur d’un chocolat durable, bon pour l’homme et meilleur pour la biodiversité !

Lire plus
BeBiodiversity Les femmes engagées pour la biodiversité à travers l’Histoire

Les femmes engagées pour la biodiversité à travers l’Histoire

Depuis des siècles, des femmes s’efforcent de préserver la diversité biologique de la terre en utilisant des matériaux naturels pour construire, cultiver, élever, nourrir et soigner. Qu’elles dédient leur travail ou leur vie à une espèce ou une zone particulière, ou à la nature en général, de nombreuses femmes s’engagent avec courage et passion pour protéger la biodiversité et notre planète. Dans le monde, nombreuses sont les initiatives en faveur de la biodiversité fondées par des femmes ; elles vont souvent de pair avec la défense des droits de chacun.e. En cette journée internationale des droits de la femme, BeBiodiversity profite de l’occasion pour célébrer quelques-unes d’entre elles.

Lire plus
BeBiodiversity Zéro plastique, zéro panique !

Zéro plastique, zéro panique !

C’est une étape décisive en Belgique dans la lutte contre les plastiques jetables : un nouvel arrêté royal interdit la vente de divers produits en plastique « à usage unique » tels que les couverts, les assiettes et les pailles. Une bonne nouvelle pour les écosystèmes qui étouffent sous le plastique et les microplastiques.

Lire plus
BeBiodiversity L’agroforesterie : en route vers un chocolat plus durable

L’agroforesterie : en route vers un chocolat plus durable

Les défis de la culture du cacao sont multiples : déforestation, changements climatiques, perte de biodiversité, utilisation de pesticides et d’engrais, travail des enfants. Heureusement, des solutions existent. Afin de rendre la culture du cacao plus durable, l’agroforesterie est de plus en plus envisagée.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus