BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Le sport dans la nature : oui, mais… !

Le sport dans la nature : oui, mais… !

Dans notre société orientée vers les loisirs et le rapport à la nature, on constate une forte croissance des activités sportives et touristiques en milieu naturel. La pêche, l’équitation, la randonnée, le running, le canyoning, l’escalade, le VTT ou le kayak se sont démocratisés et se pratiquent désormais en masse. C’est un marché florissant pour les régions possédant un patrimoine touristique naturel et paysager.

Tous les milieux sont concernés par cette nouvelle tendance : plages, prairies, zones humides, lacs, rivières, sentiers, grottes, montagnes. Les enjeux divers et parfois incompatibles entre les exploitants traditionnels des ressources naturelles (agriculteurs, éleveurs, chasseurs), les résidents, les exploitants touristiques, les défenseurs de l’environnement, les sportifs et les amoureux de la nature sont parfois sources de conflit.

L’impact sur l’environnement varie selon la pratique et l’environnement concerné. Les nuisances communes les plus notables sont :

  • Le piétinement
  • L’érosion
  • Le dérangement de la faune (mammifères, oiseaux et poissons)
  • Les dégradations volontaires ou accidentelles : arrachage de plantes, incendies
  • Les pollutions diverses : charroi de véhicules, déchets, pollution de l’eau
  • Le bruit

L’étude scientifique de l’impact exact de ces nuisances sur la biodiversité est compliquée. Mais par précaution face à la massification des pratiques, des règlements parfois jugés trop contraignants ont été mis en place.

BeBiodiversity Le sport dans la nature : oui, mais… !

L’approche des autorités et des défenseurs de l’environnement a été d’interdire certaines pratiques dans les espaces naturels protégés et de confiner les activités sportives à certaines zones « sacrifiées » aux intérêts économiques. Le besoin de sécuriser certaines pratiques a entraîné un aménagement des accès et des zones de pratique, parfois au détriment de la biodiversité. Le pendule balance de manière incessante entre une approche autoritaire et la concertation avec les acteurs de terrain pour une approche intégrant les attentes et les intérêts de chacun. À l’exception des promenades naturalistes, la plupart des usagers considèrent la nature comme une ressource économique ou un beau terrain de jeu, sans réel intérêt pour l’environnement. Le risque est de voir la nature se transformer en un terrain de jeu sécurisé, balisé et équipé pour la pratique sportive, sans place pour la faune et la flore.

Au niveau individuel, il est possible de prendre les devants pour garantir que les sites resteront accessibles et plaisant à utiliser :

  • Respecter le balisage dans l’approche et sur site,
  • Rester sur les sentiers,
  • Privilégier du matériel durable, réutilisable,
  • Gérer les déchets en amont, en les réduisant à la source,
  • Gérer les déchets en aval, en emportant les déchets avec soi,
  • Limiter au maximum les dégradations volontaires et involontaires,
  • S’engager comme acteur auprès des associations responsables des sites pour aider à l’entretien, au nettoyage et au balisage pour re-découvrir les sites sous un autre angle.

Autres actus

BeBiodiversity Phacochère, hérisson ou suricate, quel consommateur êtes-vous ?

Phacochère, hérisson ou suricate, quel consommateur êtes-vous ?

La biodiversité est menacée. L’érosion du nombre d’espèces progresse de manière importante sur terre et en mer. Mais comment agir pour ces espèces animales et végétales dont les habitats sont parfois si loin de chez nous ? Plus de 70 % de l’empreinte biodiversité de la Belgique se situe en dehors de nos frontières et est directement liée à nos importations.

Lire plus
BeBiodiversity Champignons, sortez vos petits parapluies, voici l’automne !

Champignons, sortez vos petits parapluies, voici l’automne !

Quoi de plus amusant que d’agrémenter une balade en forêt par la découverte et la dégustation de ces trésors de l’automne que sont les champignons. Et nous sommes bien servis ! Saviez-vous que la Belgique est le troisième pays d’Europe en matière de diversité de champignons ? Il y aurait plus de 10 000 espèces sur notre territoire, même si les espèces comestibles ne sont que quelques dizaines.

Lire plus
BeBiodiversity La croisière s’amuse, la biodiversité moins…

La croisière s’amuse, la biodiversité moins…

Les croisières ont de plus en plus la cote. Depuis 2009, le nombre de passagers de ce type de vacances est passé de 17,8 à 28 millions. Une hausse de près de 64 % qui n’est pas sans inquiéter les amoureux de la biodiversité,  en particulier pour les croisières vers les pôles.

Lire plus
BeBiodiversity Du carbone compensé pour protéger la biodiversité

Du carbone compensé pour protéger la biodiversité

Les voyages en avion émettent d’importantes quantités de gaz à effet de serre, qui réchauffent la planète. Pas de quoi renoncer à vos vacances estivales ! De nombreux havres de paix ne sont qu’à quelques gares de chez vous. Mais si vraiment l’avion est indispensable, vous pouvez limiter les dégâts en compensant les émissions carbone de votre vol, c’est-à-dire en économisant une quantité équivalente de CO2 ailleurs.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus