BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Le tourisme baleinier ? Oui, mais pas n’importe comment !

Le tourisme baleinier ? Oui, mais pas n’importe comment !

Depuis une vingtaine d’années, l’observation non-scientifique des baleines -ou tourisme baleinier- est devenue une activité économique très lucrative.

Voir ces immenses animaux évoluer avec grâce et puissance dans leur milieu naturel est une source d’émerveillement.  Quoi de mieux pour sensibiliser et renforcer la bienveillance du public envers la préservation de la nature et de la biodiversité ? Sans compter que les revenus issus de ce tourisme particulier peuvent financer l’économie locale ainsi que l’étude et la préservation des milieux naturels où ces cétacés évoluent.

Mais le whale-watching, comme le shark-feeding (nourrissage de requins) et d’autres activités présentées comme des formes d’écotourisme proche de la nature peuvent avoir des impacts sur le comportement de ces animaux marins.Même si des routes commerciales commencent à être déviées, le fait d’évoluer au milieu des bateaux a un coût énergétique pour ces paisibles animaux. Ils sont stressés, dérangés dans leurs migrations, leur repas ou leur reproduction, surtout s’ils sont traqués par avion ou hélicoptère, puis poursuivis par les bateaux à coup de sonar et de bruits de moteurs.

Les collisions avec les bateaux d’observation sont devenues la cause la plus fréquente de blessures des cétacés, avant les yachts, les navires de transport et les ferries. Heureusement, ces blessures sont souvent mineures, alors que la rencontre avec un navire de transport sont  souvent fatales.

La Commission Baleinière Internationale dont la Belgique est membre a édicté des règles pour le tourisme baleinier. Le but est de réguler l’importance, la fréquence et la durée de l’exposition des cétacés à la présence humaine. La taille du groupe de bateaux, la distance, l’approche prudente sont les clefs d’une observation respectueuse. Une règle importante est de conserver une distance avec les baleines qui leur permet de se soustraire à l’observation si elles le souhaitent. Malgré tout, certains groupes ou individus semblent curieux de ce nouveau comportement des humains, ce qui peut permettre de belles rencontres.

BeBiodiversity Le tourisme baleinier ? Oui, mais pas n’importe comment !

En Méditerranée, en mer Noire, et dans une partie de l’Atlantique, le High Quality Whale Watching est un label qui permet d’identifier les opérateurs impliqués dans une démarche responsable conforme aux recommandations scientifiques. Ailleurs dans le monde, des initiatives comme la World Cetacean Alliance font la promotion d’un tourisme baleinier durable.

Une fois embarqué pour une excursion en mer, difficile d’influer sur le déroulement de l’observation.

Alors, avant de vous engager dans une excursion de tourisme baleinier, prenez vos renseignements. Les opérateurs sont-ils inscrits dans une démarche de respect du bien-être des animaux ? Des informations claires sur les règles d’approche et d’observation des mammifères marins sont-elles communiquées sur le site de l’opérateur et sur les bateaux ? L’excursion est-elle éducative avec des informations scientifiques dispensées par un guide qualifié ? Des conseils de sensibilisation pour réduire l’impact des activités humaines en mer sont-ils également dispensés ? Que disent les clients de leur expérience ?

Après votre excursion, n’hésitez pas à signaler si les engagements pris par votre opérateur n’ont pas été respects, cela guidera utilement les clients qui vous suivront !

Autres actus

BeBiodiversity Du carbone compensé pour protéger la biodiversité

Du carbone compensé pour protéger la biodiversité

Les voyages en avion émettent d’importantes quantités de gaz à effet de serre, qui réchauffent la planète. Pas de quoi renoncer à vos vacances estivales ! De nombreux havres de paix ne sont qu’à quelques gares de chez vous. Mais si vraiment l’avion est indispensable, vous pouvez limiter les dégâts en compensant les émissions carbone de votre vol, c’est-à-dire en économisant une quantité équivalente de CO2 ailleurs.

Lire plus
BeBiodiversity Restez stylé en respectant la biodiversité

Restez stylé en respectant la biodiversité

Les soldes ont débarqué. Les rayons regorgent de bonnes affaires et l’envie de se refaire une garde-robe est là. Mais c’est sans compter l’impact de la fast-fashion sur la biodiversité. Nous vous expliquions ici comment la production textile menace de nombreuses espèces. La bonne nouvelle, c’est que l’on peut rester stylé sans trop leur nuire.

Lire plus
BeBiodiversity Faire les soldes sans brader la biodiversité

Faire les soldes sans brader la biodiversité

Les soldes sont de retour. Voilà une bonne occasion de faire des affaires tout en questionnant nos habitudes de consommateurs. On parle beaucoup du gaspillage alimentaire, mais le gaspillage textile est une réalité préoccupante pour la biodiversité.

Lire plus
BeBiodiversity Prendre soin de soi sans faire la peau à la biodiversité

Prendre soin de soi sans faire la peau à la biodiversité

Nous aimons prendre soin de nous. Nous consommons quotidiennement des produits de soin : savon, gel douche, déodorant, lotion démaquillante, shampoing, crème hydratante, dentifrice, parfum… Résultat : le belge consomme en moyenne 18 grammes de produits cosmétiques par jour. Mais ce que nous pensons être bon pour nous, ne l’est pas forcément pour la biodiversité.

Lire plus
BeBiodiversity Bois et instruments de musique

Bois et instruments de musique

Malgré d’importantes avancées concernant notre connaissance des matériaux, le bois reste le matériau de prédilection pour la construction des instruments de musique. Ce sont les caractéristiques uniques de poids, de dureté, de résistance et de capacité à résonner qui en déterminent l’utilisation pour les instruments à cordes, les instruments à vent et les percussions. Chaque instrument est un assemblage de bois durs et tendres à la recherche des conditions optimales de sonorité.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus