BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Le tourisme baleinier ? Oui, mais pas n’importe comment !

Le tourisme baleinier ? Oui, mais pas n’importe comment !

Depuis une vingtaine d’années, l’observation non-scientifique des baleines -ou tourisme baleinier- est devenue une activité économique très lucrative.

Voir ces immenses animaux évoluer avec grâce et puissance dans leur milieu naturel est une source d’émerveillement.  Quoi de mieux pour sensibiliser et renforcer la bienveillance du public envers la préservation de la nature et de la biodiversité ? Sans compter que les revenus issus de ce tourisme particulier peuvent financer l’économie locale ainsi que l’étude et la préservation des milieux naturels où ces cétacés évoluent.

Mais le whale-watching, comme le shark-feeding (nourrissage de requins) et d’autres activités présentées comme des formes d’écotourisme proche de la nature peuvent avoir des impacts sur le comportement de ces animaux marins.Même si des routes commerciales commencent à être déviées, le fait d’évoluer au milieu des bateaux a un coût énergétique pour ces paisibles animaux. Ils sont stressés, dérangés dans leurs migrations, leur repas ou leur reproduction, surtout s’ils sont traqués par avion ou hélicoptère, puis poursuivis par les bateaux à coup de sonar et de bruits de moteurs.

Les collisions avec les bateaux d’observation sont devenues la cause la plus fréquente de blessures des cétacés, avant les yachts, les navires de transport et les ferries. Heureusement, ces blessures sont souvent mineures, alors que la rencontre avec un navire de transport sont  souvent fatales.

La Commission Baleinière Internationale dont la Belgique est membre a édicté des règles pour le tourisme baleinier. Le but est de réguler l’importance, la fréquence et la durée de l’exposition des cétacés à la présence humaine. La taille du groupe de bateaux, la distance, l’approche prudente sont les clefs d’une observation respectueuse. Une règle importante est de conserver une distance avec les baleines qui leur permet de se soustraire à l’observation si elles le souhaitent. Malgré tout, certains groupes ou individus semblent curieux de ce nouveau comportement des humains, ce qui peut permettre de belles rencontres.

BeBiodiversity Le tourisme baleinier ? Oui, mais pas n’importe comment !

En Méditerranée, en mer Noire, et dans une partie de l’Atlantique, le High Quality Whale Watching est un label qui permet d’identifier les opérateurs impliqués dans une démarche responsable conforme aux recommandations scientifiques. Ailleurs dans le monde, des initiatives comme la World Cetacean Alliance font la promotion d’un tourisme baleinier durable.

Une fois embarqué pour une excursion en mer, difficile d’influer sur le déroulement de l’observation.

Alors, avant de vous engager dans une excursion de tourisme baleinier, prenez vos renseignements. Les opérateurs sont-ils inscrits dans une démarche de respect du bien-être des animaux ? Des informations claires sur les règles d’approche et d’observation des mammifères marins sont-elles communiquées sur le site de l’opérateur et sur les bateaux ? L’excursion est-elle éducative avec des informations scientifiques dispensées par un guide qualifié ? Des conseils de sensibilisation pour réduire l’impact des activités humaines en mer sont-ils également dispensés ? Que disent les clients de leur expérience ?

Après votre excursion, n’hésitez pas à signaler si les engagements pris par votre opérateur n’ont pas été respectés, cela guidera utilement les clients qui vous suivront !

Autres actus

BeBiodiversity Phacochère, hérisson ou suricate, quel consommateur êtes-vous ?

Phacochère, hérisson ou suricate, quel consommateur êtes-vous ?

La biodiversité est menacée. L’érosion du nombre d’espèces progresse de manière importante sur terre et en mer. Mais comment agir pour ces espèces animales et végétales dont les habitats sont parfois si loin de chez nous ? Plus de 70 % de l’empreinte biodiversité de la Belgique se situe en dehors de nos frontières et est directement liée à nos importations.

Lire plus
BeBiodiversity Champignons, sortez vos petits parapluies, voici l’automne !

Champignons, sortez vos petits parapluies, voici l’automne !

Quoi de plus amusant que d’agrémenter une balade en forêt par la découverte et la dégustation de ces trésors de l’automne que sont les champignons. Et nous sommes bien servis ! Saviez-vous que la Belgique est le troisième pays d’Europe en matière de diversité de champignons ? Il y aurait plus de 10 000 espèces sur notre territoire, même si les espèces comestibles ne sont que quelques dizaines.

Lire plus
BeBiodiversity La croisière s’amuse, la biodiversité moins…

La croisière s’amuse, la biodiversité moins…

Les croisières ont de plus en plus la cote. Depuis 2009, le nombre de passagers de ce type de vacances est passé de 17,8 à 28 millions. Une hausse de près de 64 % qui n’est pas sans inquiéter les amoureux de la biodiversité,  en particulier pour les croisières vers les pôles.

Lire plus
BeBiodiversity Le sport dans la nature : oui, mais… !

Le sport dans la nature : oui, mais… !

Dans notre société orientée vers les loisirs et le rapport à la nature, on constate une forte croissance des activités sportives et touristiques en milieu naturel. La pêche, l’équitation, la randonnée, le running, le canyoning, l’escalade, le VTT ou le kayak se sont démocratisés et se pratiquent désormais en masse. C’est un marché florissant pour les régions possédant un patrimoine touristique naturel et paysager.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus