BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Les dégâts du greenwashing

Les dégâts du greenwashing

Depuis une cinquantaine d’années, les performances environnementales des entreprises ont augmenté de façon spectaculaire. Insuffisantes sans doute, mais spectaculaires. Parallèlement, le greenwashing s’est développé de manière tout aussi spectaculaire.

Le terme “greenwashing” (écoblanchiment ou verdissage, en français) fait référence à la communication trompeuse sur les pratiques durables ou respectueuses de l’environnement d’une entreprise. Pour qu’on puisse parler de greenwashing sans galvauder le terme, il faut que deux conditions soient réunies : de piètres performances environnementales et une communication excessivement positive à propos des mêmes performances.

BeBiodiversity Les dégâts du greenwashing

Le nombre croissant d’initiatives réelles ou prétendues en faveur de l’environnement ou de la durabilité, rend parfois les choses opaques pour le consommateur. Régulièrement, des ONG, des journalistes ou des associations de consommateurs mettent au jour les pratiques douteuses de certaines entreprises en matière de greenwashing. La répétition des scandales finit par faire douter de tout. Cette perte de confiance envers les promesses de produits plus durables est le plus grand dégât occasionné par le greenwashing.

Les entreprises qui lavent plus vert que vert ont deux motivations principales pour s’engager dans le greenwashing : obtenir de la légitimité et communiquer sur de prétendues valeurs de l’entreprise en matière d’environnement et de biodiversité. A priori, et ce n’est pas une surprise, ces raisons ne diffèrent guère de celles des entreprises réellement impliquées dans des initiatives en faveur de l’environnement et de la durabilité.

Mais alors, comment les différencier ?

Une grande transparence et une certaine humilité sont souvent un gage de confiance. Une réflexion continuelle de la part des producteurs ou détaillants sur l’amélioration des produits menée sur le long terme également. Les labels officiels, comme l’Ecolabel européen ou le label Bio européen viennent offrir la garantie d’un cahier des charges strict et de contrôles externes.

Comment juger de l’honnêteté des intentions d’une marque ?

Le fait de vouloir gagner de l’argent, et même de vouloir en gagner plus, n’est pas un critère négatif en soi. C’est le fonctionnement des entreprises et de notre société dans son ensemble. Le coût supplémentaire associé aux produits plus durables, mieux sourcés et mieux fabriqués est la correction d’une anomalie historique : il est impossible de concurrencer économiquement des produits offerts au prix le plus bas grâce au mépris total des externalités sociales et environnementales.

Par ailleurs, le militantisme de certains conduisent à qualifier de greenwashing toute initiative qui n’aurait pour défaut de n’apporter qu’une amélioration modérée, de ne concerner qu’une partie de l’activité d’une entreprise, de n’être qu’une action temporaire ou de ne concerner que quelques produits ou services. Si le produit a un effet positif, même modéré, ou que l’entreprise cherche à développer une nouvelle culture interne, le boycott est le meilleur moyen de les inciter … à ne pas poursuivre dans cette voie.

BeBiodiversity Les dégâts du greenwashing

Faire le « bon choix »

Alors dans la jungle des innombrables produits vantés à grands coups de marketing, comment faire le « bon choix », le plus respectueux pour la biodiversité et l’environnement mais aussi pour la santé, le portefeuille, le producteur ? Faut-il privilégier une pomme bio venue de France ou d’Espagne, ou une pomme non bio locale belge ? Est-ce mieux de transporter de grandes quantités en camion ou de voir des centaines de petits déplacements de maraîchers et de clients vers une épicerie coopérative ?

Avant l’acte d’achat, « le « consomm’acteur » peut se poser bien des questions pour éclairer son choix :

  • Est-ce utile et vraiment nécessaire ?
  • Comment et où est produit cet article ?
  • Est-ce la meilleure solution disponible par rapport à l’usage qui en sera fait, aux aspects sociaux et environnementaux ?
  • Est-ce durable, respectueux de la biodiversité, solide, réparable, effectivement recyclable ?
  • Existe-il une meilleure alternative accessible ?

En l’absence de réponses claires ou de produit « idéal » répondant à tous les critères, le “consomm’acteur” doit pouvoir faire le meilleur choix possible, dans le respect de ses valeurs et de ses priorités, même si ce choix n’est pas parfait, et doit pouvoir continuer à s’interroger avec bienveillance sur ses achats futurs.

Autres actus

BeBiodiversity Du chocolat belge pour un monde meilleur

Du chocolat belge pour un monde meilleur

Le gouvernement fédéral et l’industrie du chocolat belge se sont engagés à payer un prix équitable aux producteurs et à mettre fin à la déforestation. Tant que la production de chocolat implique la déforestation, des salaires indécents et le travail des enfants, elle n’est pas durable. Les fabricants belges, la société civile et les pouvoirs publics ne restent pas les bras croisés et œuvrent en faveur d’un chocolat durable, bon pour l’homme et meilleur pour la biodiversité !

Lire plus
BeBiodiversity Les femmes engagées pour la biodiversité à travers l’Histoire

Les femmes engagées pour la biodiversité à travers l’Histoire

Depuis des siècles, des femmes s’efforcent de préserver la diversité biologique de la terre en utilisant des matériaux naturels pour construire, cultiver, élever, nourrir et soigner. Qu’elles dédient leur travail ou leur vie à une espèce ou une zone particulière, ou à la nature en général, de nombreuses femmes s’engagent avec courage et passion pour protéger la biodiversité et notre planète. Dans le monde, nombreuses sont les initiatives en faveur de la biodiversité fondées par des femmes ; elles vont souvent de pair avec la défense des droits de chacun.e. En cette journée internationale des droits de la femme, BeBiodiversity profite de l’occasion pour célébrer quelques-unes d’entre elles.

Lire plus
BeBiodiversity Zéro plastique, zéro panique !

Zéro plastique, zéro panique !

C’est une étape décisive en Belgique dans la lutte contre les plastiques jetables : un nouvel arrêté royal interdit la vente de divers produits en plastique « à usage unique » tels que les couverts, les assiettes et les pailles. Une bonne nouvelle pour les écosystèmes qui étouffent sous le plastique et les microplastiques.

Lire plus
BeBiodiversity Le chocolat : une friandise à l’arrière-goût amer pour la biodiversité

Le chocolat : une friandise à l’arrière-goût amer pour la biodiversité

Chocolats de toutes les couleurs et de tous les parfums, fourrages et formes… En Belgique, vous trouverez une friandise chocolatée pour chaque occasion, souvent fabriquée avec beaucoup de savoir-faire et de créativité. Cependant, les chocolats brillants cachent un côté sombre : la culture du cacao, source du goût et de l’arôme délicieux, menace la biodiversité.

Lire plus
BeBiodiversity L’agroforesterie : en route vers un chocolat plus durable

L’agroforesterie : en route vers un chocolat plus durable

Les défis de la culture du cacao sont multiples : déforestation, changements climatiques, perte de biodiversité, utilisation de pesticides et d’engrais, travail des enfants. Heureusement, des solutions existent. Afin de rendre la culture du cacao plus durable, l’agroforesterie est de plus en plus envisagée.

Lire plus
BeBiodiversity Une pause-café pour la biodiversité ?

Une pause-café pour la biodiversité ?

Le commerce du café fait partie des cultures commerciales les plus importantes dans le monde. Un produit en apparence simple, mais dont la culture, le transport, les déchets produits et l’énergie consommée depuis le grain de café jusqu’à la tasse ne sont pas sans impact sur l’environnement. De manière étonnante, le fonctionnement de notre machine à café constitue même un des postes les plus importants en matière de consommation d’énergie et de production de déchets.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus