BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Loup y es-tu ? …

Loup y es-tu ? …

« Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n’y est pas… » Voilà une chansonnette qui reprendra bientôt tout son sens. Le loup est en effet aux portes de la Wallonie ! Mais soyez sans crainte…, la légende du grand méchant loup est bien éloignée de la nature discrète de ce canidé inoffensif.

Le Réseau wallon du loup a depuis peu des indices sérieux sur son potentiel retour dans nos contrées, dont il avait disparu depuis 120 ans. Bien qu’on n’ait pas encore pu démontrer sa présence avec certitude, les spécialistes l’affirment : c’est pour bientôt !

C’est d’ailleurs officiel : le loup est de retour chez nos voisins luxembourgeois ! Par ailleurs, depuis quelques années la population des loups est en pleine expansion en France, en Allemagne et en Italie. Son statut d’espèce protégée lui permet de coloniser de nouveaux espaces.

BeBiodiversity Loup y es-tu ? …

Est-ce une bonne nouvelle ? Dans de nombreuses régions la cohabitation avec les loups est harmonieuse. Si notre enfance a été bercée par des contes où il tient toujours le rôle de celui qui dévore les enfants, le loup n’a pas partout cette mauvaise réputation. D’autres cultures dans le monde lui sont en effet beaucoup plus favorables. En Italie par exemple, l’animal y a toujours été protégé, en lien avec  la louve du Capitole et la légende de Romulus et Remus.

 

Le parc national Yellowstone aux Etats-Unis : l’exemple d’une réintroduction réussie du loup

La réintroduction des loups gris dans le parc national de Yellowstone en 1995 est symboliquement et écologiquement un des actes les plus importants de conservation de la faune. Elle a donné aux biologistes une occasion unique d’étudier ce qui se passe lorsqu’un prédateur fait son retour dans un écosystème dont il avait disparu.

BeBiodiversity Loup y es-tu ? …

Contrairement à ce que l’on aurait pu croire, de nombreuses espèces ont bénéficié de cette réintroduction. Des effets bénéfiques ont été presque immédiatement observés, et continuent à l’être aujourd’hui. Comme les loups s’attaquent essentiellement aux animaux malades ou vieillissants, les herbivores sauvages ont été régulés et les troupeaux sont en meilleure santé. Ceux-ci ne broutent plus dans les gorges ou les vallées, où ils pourraient être facilement repérés par les loups. La flore s’est alors rétablie et reproduite, augmentant ainsi la biodiversité en fournissant de la nourriture et un abri à un nombre croissant de plantes et d’animaux. Ce regain de végétation a également permis de diminuer l’érosion des berges des rivières.

Attendons-donc un peu avant de crier au loup.
Quoi qu’il en soit, il n’a pas fini de nous faire rêver, ou frissonner…

Image 1 : Loup gris commun (canis lupus lupus) – Par Mas3cf [CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons

 

Image 2 : Loup gris ibérique (canis lupus signatus) – Par Juan José González Vega [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/)], via Wikimedia Commons

Autres actus

BeBiodiversity Bois et instruments de musique

Bois et instruments de musique

Malgré d’importantes avancées concernant notre connaissance des matériaux, le bois reste le matériau de prédilection pour la construction des instruments de musique. Ce sont les caractéristiques uniques de poids, de dureté, de résistance et de capacité à résonner qui en déterminent l’utilisation pour les instruments à cordes, les instruments à vent et les percussions. Chaque instrument est un assemblage de bois durs et tendres à la recherche des conditions optimales de sonorité.

Lire plus
BeBiodiversity Des scampis à volonté, au grand dam de la biodiversité

Des scampis à volonté, au grand dam de la biodiversité

Crevettes, scampis ou gambas ont longtemps été des mets rares, raffinés et chers. Mais de nos jours, leur consommation a explosé : dans le monde, on estime qu’en 2023, environ 6 millions de tonnes de crevettes seront consommées par an ! En 20 ans, la production aurait été multipliée par 9. Un boum qui fait des dégâts sur la biodiversité.

Lire plus
BeBiodiversity Détruire de l’ivoire pour la défense des éléphants sauvages

Détruire de l’ivoire pour la défense des éléphants sauvages

Chaque quart d’heure, un éléphant disparaît, victime du braconnage. Les éléphants sauvages d’Afrique et d’Asie sont menacés d’extinction. L’ivoire provient des défenses, c’est-à-dire des dents des éléphants. Personne ne se risquerait à arracher les dents d’un éléphant vivant : l’abattre est la solution la plus facile pour les trafiquants.

Lire plus
BeBiodiversity Des experts inquiets au chevet de la biodiversité

Des experts inquiets au chevet de la biodiversité

En trois ans, cinq cent cinquante experts bénévoles de cent pays ont compilé dix mille publications scientifiques, complétées par des données statistiques et un inventaire des savoirs traditionnels locaux. L’objectif de ce travail colossal coordonné par la Plate-Forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) était de fournir aux décideurs de la planète cinq rapports sur l’état de la biodiversité mondiale.

Lire plus
BeBiodiversity La vanille, un plaisir bientôt inaccessible ?

La vanille, un plaisir bientôt inaccessible ?

Son arôme puissant et délicat en fait une épice très appréciée. Et bien qu’elle se retrouve un peu partout dans les produits alimentaires, les cosmétiques ou encore les huiles essentielles, la vanille fait pourtant partie des épices les plus chères avec le safran et pourrait devenir un produit aussi luxueux que ce dernier. En effet, sa production est de plus en plus menacée…

Lire plus
BeBiodiversity Les pesticides : des évolutions timides

Les pesticides : des évolutions timides

De nouvelles études et rapports confirment quotidiennement l’état alarmant de la biodiversité. Le constat ne concerne plus uniquement des espèces emblématiques telles que l’ours polaire ou le rhinocéros blanc. Les espèces les plus communes sont aussi menacées… C’est le cas des oiseaux communs dont le nombre en Wallonie a diminué de 50% en 25 ans ! Parmi les causes de ce déclin en Europe, arrivent en première place l’agriculture intensive et l’utilisation de pesticides. Le recours aux pesticides par les particuliers est également problématique. Petit récapitulatif des évolutions récentes concernant ces produits.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus