BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Poisson d’avril

Poisson d’avril

La saisonnalité ne concerne pas que les fruits et les légumes : la plupart des produits frais, fromages et poissons, sont idéalement à consommer à des périodes déterminées de l’année. Pourquoi les poissons ont une saison ? Les naissances et la reproduction déterminent la saison idéale pour déguster chaque espèce de poisson.

Mais tous les poissons et fruits de mer ne sont pas à consommer, reportez-vous au guide des poissons du WWF pour faire les bons choix. Lisez les étiquettes, cherchez les labels pour vérifier les conditions d’élevage et de pêche ou faites confiance à votre poissonnier pour vous indiquer le meilleur moment pour déguster chaque espèce.

Notre alimentation représente une partie importante de notre impact sur l’environnement. Manger selon les rythmes de saison, c’est respecter la biodiversité des espèces et préserver la nature. Cela permet aussi de manger équilibré et varié tout au long de l’année.

De manière moins surprenante, les fruits et légumes sont des aliments pour lesquels la disponibilité varie fortement selon les saisons.

Quelques conseils pour faire des choix responsables :

  • achetez sur un marché ou directement chez le producteur pour trouver plus facilement des légumes de saison et vous faire conseiller ;
  • lisez bien les étiquettes pour connaître la provenance des produits ;
  • consultez un tableau des fruits et légumes de saison pour établir votre liste de courses ;
  • choisissez des fruits et des légumes frais plutôt que surgelés.

Attention, certains fruits et légumes d’été arrivant en primeur sur les étals et les marchés proviennent de régions lointaines ou de serres chauffées. Les meilleurs fruits sont locaux, cultivés en pleine terre à ciel ouvert. Voir le calendrier des fruits et légumes par exemple sur le site «Recettes4saisons» développé par l’IBGE.

Au printemps, pourquoi ne pas démarrer un petit potager ? Persil, sauge, ciboulette, thym, laurier, menthe et même radis, salade ou roquette poussent très bien en pot ou en jardinière sur un coin de balcon. De votre balcon à votre cuisine, difficile d’imaginer une filière plus courte.

BeBiodiversity Poisson d’avril

En avril, les viandes de prédilection sont : agneau, bécasse, bœuf, chevreau, lapin, magret de canard, mouton, porc, poulet, veau. Respectez les quantités recommandées pour votre santé (maximum 500 grammes de viande rouge par semaine).

Ici aussi, voici quelques conseils pour poser les bons gestes pour votre santé et celle de l’environnement :

  • alternez la viande rouge avec du poisson ou de la volaille ;
  • remplacez une à deux fois par semaine la viande par un substitut végétarien ;
  • remplacez régulièrement la viande ou le poisson par une association de céréales (blé, maïs, riz, quinoa, etc.) et de légumineuses (lentilles, soja, pois chiches, haricots rouges, pois cassés, fèves, flageolets, etc.), riches en protéines végétales ;
  • optez pour de la viande bio.

De manière plus surprenante, même les fromages ont un cycle saisonnier qui dépend du type de lait (vache, chèvre, brebis), de l’alimentation des animaux dans les mois concernés, de la durée d’affinage des fromages. Pour les fromages, labels bio, production locale et artisanale ou appellations d’origine vous permettront de vous frayer intelligemment un chemin dans une offre abondante. . Au printemps, les fromages de chèvres sont au top !

Tous les produits que nous consommons ne peuvent pas être produits localement. Pour les produits provenant de l’exportation, privilégiez les produits issus du commerce équitable. En plus de garantir une juste rétribution des exploitants agricoles, le commerce équitable exige aussi souvent une production dans le respect de l’environnement.

Autres actus

BeBiodiversity Restez stylé en respectant la biodiversité

Restez stylé en respectant la biodiversité

Les soldes ont débarqué. Les rayons regorgent de bonnes affaires et l’envie de se refaire une garde-robe est là. Mais c’est sans compter l’impact de la fast-fashion sur la biodiversité. Nous vous expliquions ici comment la production textile menace de nombreuses espèces. La bonne nouvelle, c’est que l’on peut rester stylé sans trop leur nuire.

Lire plus
BeBiodiversity Faire les soldes sans brader la biodiversité

Faire les soldes sans brader la biodiversité

Les soldes sont de retour. Voilà une bonne occasion de faire des affaires tout en questionnant nos habitudes de consommateurs. On parle beaucoup du gaspillage alimentaire, mais le gaspillage textile est une réalité préoccupante pour la biodiversité.

Lire plus
BeBiodiversity Prendre soin de soi sans faire la peau à la biodiversité

Prendre soin de soi sans faire la peau à la biodiversité

Nous aimons prendre soin de nous. Nous consommons quotidiennement des produits de soin : savon, gel douche, déodorant, lotion démaquillante, shampoing, crème hydratante, dentifrice, parfum… Résultat : le belge consomme en moyenne 18 grammes de produits cosmétiques par jour. Mais ce que nous pensons être bon pour nous, ne l’est pas forcément pour la biodiversité.

Lire plus
BeBiodiversity Bois et instruments de musique

Bois et instruments de musique

Malgré d’importantes avancées concernant notre connaissance des matériaux, le bois reste le matériau de prédilection pour la construction des instruments de musique. Ce sont les caractéristiques uniques de poids, de dureté, de résistance et de capacité à résonner qui en déterminent l’utilisation pour les instruments à cordes, les instruments à vent et les percussions. Chaque instrument est un assemblage de bois durs et tendres à la recherche des conditions optimales de sonorité.

Lire plus
BeBiodiversity Des scampis à volonté, au grand dam de la biodiversité

Des scampis à volonté, au grand dam de la biodiversité

Crevettes, scampis ou gambas ont longtemps été des mets rares, raffinés et chers. Mais de nos jours, leur consommation a explosé : dans le monde, on estime qu’en 2023, environ 6 millions de tonnes de crevettes seront consommées par an ! En 20 ans, la production aurait été multipliée par 9. Un boum qui fait des dégâts sur la biodiversité.

Lire plus
BeBiodiversity Détruire de l’ivoire pour la défense des éléphants sauvages

Détruire de l’ivoire pour la défense des éléphants sauvages

Chaque quart d’heure, un éléphant disparaît, victime du braconnage. Les éléphants sauvages d’Afrique et d’Asie sont menacés d’extinction. L’ivoire provient des défenses, c’est-à-dire des dents des éléphants. Personne ne se risquerait à arracher les dents d’un éléphant vivant : l’abattre est la solution la plus facile pour les trafiquants.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus