BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity
Icon Newsletter #BeBiodiversity

Newsletter #BeBiodiversity

Subscribe and never miss a post

BeBiodiversity Pour un jardin « biodiversity-friendly »

Pour un jardin « biodiversity-friendly »

Face au déclin alarmant de la biodiversité, chaque petit geste compte. Vous pouvez agir à votre échelle simplement en rendant votre jardin plus accueillant pour la nature.

Fournir le gîte et le couvert

Plus votre jardin sera diversifié en fleurs et en micro-habitats, plus il sera susceptible d’accueillir une grande diversité d’espèces animales : insectes, oiseaux, petits lézards ou encore hérissons. Pour le gîte, il suffit de laisser des tas de bois mort, des tas de pierres, des talus de sable et de terre, des touffes d’herbes hautes et de mousse, et d’installer des nichoirs.

Pour le couvert, choisissez pour vos parterres de fleurs des espèces sauvages de votre région et si possible non traitées chimiquement, qui fourniront nectar et pollen aux insectes pollinisateurs. Privilégiez une grande diversité d’espèces pour offrir une floraison étalée de mars à septembre. Il n’y a pas de « mauvaises herbes » ! Chaque plante sauvage a sa place dans l’écosystème, même les chardons, très importants pour un grand nombre d’espèces. Évitez par contre les plantes horticoles exotiques, qui ne fournissent souvent que très peu de nectar, et encore plus si elles sont invasives (bambou, renouée du japon, balsamine de l’Himalaya…). Vous pouvez cependant planter des parcelles de plantes aromatiques, très appréciées des abeilles, bourdons et papillons (romarin, sauge, ciboulette, lavande…), ainsi que des arbres et arbustes fruitiers (pommiers, cerisiers, groseilliers, framboisiers…).

A la place d’un gazon tondu comme un terrain de golf, laissez une partie de votre jardin en fauchage tardif, que vous ne faucherez qu’une (voire deux) fois par an (de préférence fin septembre). Vous pouvez même aller plus loin en semant une prairie fleurie. A la place d’une clôture ou d’une haie de thuyas, plantez une haie champêtre composée d’arbres et arbustes indigènes (saule, aubépine, prunellier, sureau, viorne, sorbier…), qui offriront à la fois le gîte et le couvert, ainsi que des plantes grimpantes mellifères (lierre, chèvrefeuille, clématite…). Une mare sera aussi appréciée par les grenouilles, crapauds et tritons, par les insectes dont les larves sont aquatiques comme les demoiselles et libellules, et par les autres animaux pour s’abreuver.

BeBiodiversity Pour un jardin « biodiversity-friendly »

Evitez les produits chimiques !

Pour un jardin riche en fleurs sauvages diversifiées, il faut un sol pauvre. Si vous ne voulez pas voir votre belle prairie fleurie envahie par les orties, n’utilisez des engrais naturels (compost, etc.) qu’au potager et bannissez les engrais chimiques ! Il est aussi possible d’enrichir le sol de son potager sans employer d’engrais, simplement en plantant des légumineuses (trèfle, luzerne, sainfoin…) qui fixent naturellement l’azote atmosphérique et qui le rendent disponible pour les autres plantes. Les bourdons en seront ravis ! De même, évitez les pesticides chimiques et préférez des méthodes naturelles de prévention, par exemple en suivant les principes de la permaculture.

En résumé, il n’est pas bien compliqué de favoriser la biodiversité au jardin, il suffit bien souvent de « laisser-faire » et de respecter la spontanéité de la vie sauvage, elle vous le rendra !

 

Sarah Vray

Docteur en biologie – écologue.

Autres actus

BeBiodiversity La lutte contre les espèces exotiques invasives s’organise

La lutte contre les espèces exotiques invasives s’organise

Les espèces exotiques envahissantes, aussi appelées espèces invasives, sont des espèces introduites par l’homme en dehors de leur aire d’origine. Elles constituent une menace importante pour la biodiversité et les services fournis par les écosystèmes comme la production végétale, l’épuration de l’eau et la pollinisation.

Lire plus
BeBiodiversity Une diversité envahissante ?

Une diversité envahissante ?

De tout temps les espèces animales ou végétales ont colonisé le globe et occupé des espaces de vie en fonction de leurs capacités d’adaptation. Mais l’homme a également introduit volontairement ou par accident des espèces animales et végétales ainsi que des champignons et microorganismes en dehors de leurs habitats habituels. Certaines espèces s’acclimatent et prospèrent localement au point de devenir invasives.

Lire plus
BeBiodiversity Un coach pour se préparer aux défis climatiques !

Un coach pour se préparer aux défis climatiques !

Quelles sont les causes et les effets de changements climatiques sur l’homme et la nature (par ex. augmentation du niveau de la mer, augmentation des canicules et de la sécheresse, mais également  plus de tempêtes et d’inondations, les impacts sur la biodiversité,…) ? Comment est-il possible de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 80% d’ici 2050 ? Quels changements de comportements et technologiques sont nécessaires afin de réaliser cette transition ?

Lire plus
BeBiodiversity SOUVENIRS, SOUVENIRS

SOUVENIRS, SOUVENIRS

Chaque année, de nombreux objets réalisés à partir d’espèces animales et végétales protégées sont importés illégalement en Belgique (fourrure, caviar, objets d’art, bijoux, …). Par le crime organisé ? Parfois. Mais le plus souvent, ce sont les touristes qui – sans penser à mal – rapportent ces objets dans leurs bagages à titre de souvenirs.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus