BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Quand les cétacés se heurtent aux bateaux…

Quand les cétacés se heurtent aux bateaux…

Dans des océans de plus en plus encombrés par un trafic maritime croissant, il n’est pas rare qu’un bateau percute une baleine, un dauphin ou un marsouin. Les collisions avec les bateaux sont à présent une cause de mortalité majeure chez les cétacés.

Malgré leurs aptitudes de plongeur hors pair, la vie des baleines, dauphins et marsouins est intimement liée à la surface des océans. C’est là que se déroulent plusieurs aspects fondamentaux de leur existence: respiration, périodes de repos, sommeil, déplacements sur de longues distances, divers comportements sociaux, nourriture, etc.

Mais si la surface des océans est vitale pour les cétacés, elle est aussi le lieu d’un trafic maritime intense composé de milliers de bateaux. Au cours de la dernière décennie, le développement du commerce international a entraîné une intensification du trafic maritime. Par ailleurs, la taille et la vitesse des bateaux ne cessent de croître pour des raisons commerciales et économiques.

BeBiodiversity Quand les cétacés se heurtent aux bateaux…
Baleine franche de l'Atlantique Nord tuée par des hélices de navire

Ce phénomène a des répercussions sur la faune marine. En effet, les cétacés ne parviennent malheureusement pas toujours à détecter la menace ou à s’éloigner assez rapidement de la trajectoire des navires. Les blessures causées par l’impact avec la coque et les mutilations infligées par les hélices peuvent être fatales. Les collisions sont ainsi devenues une nouvelle menace majeure pour les cétacés.

Une base de données et des mesures envisageables

La Commission baleinière internationale (CBI) a lancé en 2009 une base de données recensant les collisions signalées à travers le monde afin de mieux étudier ce phénomène et proposer des solutions: la Ship Strikes Database. Parmi ces solutions, les scientifiques recommandent de diminuer la vitesse de navigation des bateaux, de modifier le tracé des routes maritimes afin d’éviter les zones les plus fréquentées par les cétacés et de développer les outils technologiques pour localiser les baleines et informer les équipages de leur présence en temps réel.

De telles mesures ont été adoptées par les Etats-Unis et la Canada afin de protéger les baleines franches de l’Atlantique Nord. Autrefois victime d’une chasse intensive, il n’en reste plus que 500 individus. Les collisions sont la cause de 35% de la mortalité chez ces animaux. Les résultats des mesures adoptées sont encourageants et montrent une diminution de 90% du nombre de collisions pour cette espèce menacée. Malheureusement, il n’existe aucune restriction de vitesse dans les eaux internationales et rares sont les pays qui ont pris de telles mesures dans leurs eaux territoriales.

– 2016 Conservation Committee Report, p. 9 et 10 (https://iwc.int/iwc66docs).

– ASCOBANS Document AC17/Doc.6-06 (2011): Risk Assessment of Potential Conflicts between Shipping and Cetaceans in the ASCOBANS Region, p. 12 et 33. (http://www.ascobans.org/sites/default/files/basic_page_documents/AC18_6-04_rev1_Pro­jectReport_ShipStrikes.pdf).

– CONN (P. B.) and SILBER (G. K.), Vessel speed restrictions reduce risk of collision-related mortality for North Atlantic right whales, 2013, Ecosphere 4(4):43. http://dx.doi.org/10.1890/ES13-00004.1.

– Day Five of IWC 2016 (http://uk.whales.org/blog/2016/10/day-five-of-iwc-2016).

– F. Ritter, Collisions of Vessels with Cetaceans: how to mitigate an issue with many unknowns.

– IUCN Document: Maritime traffic effects on biodiversity in the Mediterranean Sea (Volume1), éd. A. Abdulla et O. Linden, 2008, p. 12.

– Ship Strikes Database (https://iwc.int/ship-strikes)

– Simmonds (M. P.) et Brakes (P.), « Whales and Dolphins on a Rapidly Changing Planet », Whales and Dolphins: Cognition, Culture, Conservation and Human Perception, dir. P. Brakes et M. Simmonds, London, Earthscan, 2011, p. 173 et 174.

– Statistiques de UNCTAD (http://unctadstat.unctad.org/wds/TableViewer/tableView.aspx).

Autres actus

BeBiodiversity Bois et instruments de musique

Bois et instruments de musique

Malgré d’importantes avancées concernant notre connaissance des matériaux, le bois reste le matériau de prédilection pour la construction des instruments de musique. Ce sont les caractéristiques uniques de poids, de dureté, de résistance et de capacité à résonner qui en déterminent l’utilisation pour les instruments à cordes, les instruments à vent et les percussions. Chaque instrument est un assemblage de bois durs et tendres à la recherche des conditions optimales de sonorité.

Lire plus
BeBiodiversity Des scampis à volonté, au grand dam de la biodiversité

Des scampis à volonté, au grand dam de la biodiversité

Crevettes, scampis ou gambas ont longtemps été des mets rares, raffinés et chers. Mais de nos jours, leur consommation a explosé : dans le monde, on estime qu’en 2023, environ 6 millions de tonnes de crevettes seront consommées par an ! En 20 ans, la production aurait été multipliée par 9. Un boum qui fait des dégâts sur la biodiversité.

Lire plus
BeBiodiversity Détruire de l’ivoire pour la défense des éléphants sauvages

Détruire de l’ivoire pour la défense des éléphants sauvages

Chaque quart d’heure, un éléphant disparaît, victime du braconnage. Les éléphants sauvages d’Afrique et d’Asie sont menacés d’extinction. L’ivoire provient des défenses, c’est-à-dire des dents des éléphants. Personne ne se risquerait à arracher les dents d’un éléphant vivant : l’abattre est la solution la plus facile pour les trafiquants.

Lire plus
BeBiodiversity Des experts inquiets au chevet de la biodiversité

Des experts inquiets au chevet de la biodiversité

En trois ans, cinq cent cinquante experts bénévoles de cent pays ont compilé dix mille publications scientifiques, complétées par des données statistiques et un inventaire des savoirs traditionnels locaux. L’objectif de ce travail colossal coordonné par la Plate-Forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) était de fournir aux décideurs de la planète cinq rapports sur l’état de la biodiversité mondiale.

Lire plus
BeBiodiversity La vanille, un plaisir bientôt inaccessible ?

La vanille, un plaisir bientôt inaccessible ?

Son arôme puissant et délicat en fait une épice très appréciée. Et bien qu’elle se retrouve un peu partout dans les produits alimentaires, les cosmétiques ou encore les huiles essentielles, la vanille fait pourtant partie des épices les plus chères avec le safran et pourrait devenir un produit aussi luxueux que ce dernier. En effet, sa production est de plus en plus menacée…

Lire plus
BeBiodiversity Les pesticides : des évolutions timides

Les pesticides : des évolutions timides

De nouvelles études et rapports confirment quotidiennement l’état alarmant de la biodiversité. Le constat ne concerne plus uniquement des espèces emblématiques telles que l’ours polaire ou le rhinocéros blanc. Les espèces les plus communes sont aussi menacées… C’est le cas des oiseaux communs dont le nombre en Wallonie a diminué de 50% en 25 ans ! Parmi les causes de ce déclin en Europe, arrivent en première place l’agriculture intensive et l’utilisation de pesticides. Le recours aux pesticides par les particuliers est également problématique. Petit récapitulatif des évolutions récentes concernant ces produits.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus