BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity
Icon Newsletter #BeBiodiversity

Newsletter #BeBiodiversity

Subscribe and never miss a post

BeBiodiversity Quand les cétacés se heurtent aux bateaux…

Quand les cétacés se heurtent aux bateaux…

Dans des océans de plus en plus encombrés par un trafic maritime croissant, il n’est pas rare qu’un bateau percute une baleine, un dauphin ou un marsouin. Les collisions avec les bateaux sont à présent une cause de mortalité majeure chez les cétacés.

Malgré leurs aptitudes de plongeur hors pair, la vie des baleines, dauphins et marsouins est intimement liée à la surface des océans. C’est là que se déroulent plusieurs aspects fondamentaux de leur existence: respiration, périodes de repos, sommeil, déplacements sur de longues distances, divers comportements sociaux, nourriture, etc.

Mais si la surface des océans est vitale pour les cétacés, elle est aussi le lieu d’un trafic maritime intense composé de milliers de bateaux. Au cours de la dernière décennie, le développement du commerce international a entraîné une intensification du trafic maritime. Par ailleurs, la taille et la vitesse des bateaux ne cessent de croître pour des raisons commerciales et économiques.

BeBiodiversity Quand les cétacés se heurtent aux bateaux…
Baleine franche de l'Atlantique Nord tuée par des hélices de navire

Ce phénomène a des répercussions sur la faune marine. En effet, les cétacés ne parviennent malheureusement pas toujours à détecter la menace ou à s’éloigner assez rapidement de la trajectoire des navires. Les blessures causées par l’impact avec la coque et les mutilations infligées par les hélices peuvent être fatales. Les collisions sont ainsi devenues une nouvelle menace majeure pour les cétacés.

Une base de données et des mesures envisageables

La Commission baleinière internationale (CBI) a lancé en 2009 une base de données recensant les collisions signalées à travers le monde afin de mieux étudier ce phénomène et proposer des solutions: la Ship Strikes Database. Parmi ces solutions, les scientifiques recommandent de diminuer la vitesse de navigation des bateaux, de modifier le tracé des routes maritimes afin d’éviter les zones les plus fréquentées par les cétacés et de développer les outils technologiques pour localiser les baleines et informer les équipages de leur présence en temps réel.

De telles mesures ont été adoptées par les Etats-Unis et la Canada afin de protéger les baleines franches de l’Atlantique Nord. Autrefois victime d’une chasse intensive, il n’en reste plus que 500 individus. Les collisions sont la cause de 35% de la mortalité chez ces animaux. Les résultats des mesures adoptées sont encourageants et montrent une diminution de 90% du nombre de collisions pour cette espèce menacée. Malheureusement, il n’existe aucune restriction de vitesse dans les eaux internationales et rares sont les pays qui ont pris de telles mesures dans leurs eaux territoriales.

– 2016 Conservation Committee Report, p. 9 et 10 (https://iwc.int/iwc66docs).

– ASCOBANS Document AC17/Doc.6-06 (2011): Risk Assessment of Potential Conflicts between Shipping and Cetaceans in the ASCOBANS Region, p. 12 et 33. (http://www.ascobans.org/sites/default/files/basic_page_documents/AC18_6-04_rev1_Pro­jectReport_ShipStrikes.pdf).

– CONN (P. B.) and SILBER (G. K.), Vessel speed restrictions reduce risk of collision-related mortality for North Atlantic right whales, 2013, Ecosphere 4(4):43. http://dx.doi.org/10.1890/ES13-00004.1.

– Day Five of IWC 2016 (http://uk.whales.org/blog/2016/10/day-five-of-iwc-2016).

– F. Ritter, Collisions of Vessels with Cetaceans: how to mitigate an issue with many unknowns.

– IUCN Document: Maritime traffic effects on biodiversity in the Mediterranean Sea (Volume1), éd. A. Abdulla et O. Linden, 2008, p. 12.

– Ship Strikes Database (https://iwc.int/ship-strikes)

– Simmonds (M. P.) et Brakes (P.), « Whales and Dolphins on a Rapidly Changing Planet », Whales and Dolphins: Cognition, Culture, Conservation and Human Perception, dir. P. Brakes et M. Simmonds, London, Earthscan, 2011, p. 173 et 174.

– Statistiques de UNCTAD (http://unctadstat.unctad.org/wds/TableViewer/tableView.aspx).

Autres actus

BeBiodiversity Viande de brousse au menu !

Viande de brousse au menu !

La « viande de brousse », parfois appelée viande sauvage, désigne la viande de mammifères non domestiqués, de reptiles, d’amphibiens et d’oiseaux chassés pour la nourriture dans les forêts tropicales et subtropicales. Le prélèvement de viande de brousse dans la nature concerne un très grand nombre d’espèces dans de nombreux pays. Les exemples les plus connus sont les singes, les pangolins et les serpents mais cela concerne aussi les antilopes, les éléphants, les girafes ou les petits carnivores comme les civettes. Cette pratique souvent illégale est considérée comme une menace pour la santé humaine, l’agriculture, mais aussi pour la biodiversité et le fonctionnement de certains écosystèmes.

Lire plus
BeBiodiversity Les cadeaux ? Quels cadeaux ?

Les cadeaux ? Quels cadeaux ?

Cette année encore, la hotte de Saint-Nicolas et le traineau du père Noël seront remplis de jouets en plastique, de piles, de jouets peu durables, de contrefaçons aux conditions de fabrication douteuses, peu éthiques ou dangereuses pour l’environnement et les enfants. Et si on changeait ça aussi ?

Lire plus
BeBiodiversity Prêts pour un frisson d’Halloween plus durable ?

Prêts pour un frisson d’Halloween plus durable ?

Monstres, sorcières, zombies, fantômes, … aucun costume n’est trop fou pour célébrer ce moment de frisson et de plaisir annuel. Comment rester éco-responsable pendant cette fête diabolique ? Avec nos conseils d’habillage et de décoration, il y aura plus de peur que de mal !

Lire plus
BeBiodiversity Faut-il les tuer pour mieux les protéger ?

Faut-il les tuer pour mieux les protéger ?

A la fin du mois d’août, la Conférence sur le commerce international des espèces menacées – la CITES – s’est terminée sur une série de nouvelles décisions visant à mieux protéger une série d’animaux vulnérables et en danger d’extinction. Parmi ces animaux, la girafe, le plus grand mammifère terrestre, une véritable icône de la savane africaine.

Lire plus
BeBiodiversity La lutte contre les espèces exotiques invasives s’organise

La lutte contre les espèces exotiques invasives s’organise

Les espèces exotiques envahissantes, aussi appelées espèces invasives, sont des espèces introduites par l’homme en dehors de leur aire d’origine. Elles constituent une menace importante pour la biodiversité et les services fournis par les écosystèmes comme la production végétale, l’épuration de l’eau et la pollinisation.

Lire plus
BeBiodiversity Une diversité envahissante ?

Une diversité envahissante ?

De tout temps les espèces animales ou végétales ont colonisé le globe et occupé des espaces de vie en fonction de leurs capacités d’adaptation. Mais l’homme a également introduit volontairement ou par accident des espèces animales et végétales ainsi que des champignons et microorganismes en dehors de leurs habitats habituels. Certaines espèces s’acclimatent et prospèrent localement au point de devenir invasives.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus