BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Une biodiversité en pleine santé pour nous protéger des catastrophes naturelles

Une biodiversité en pleine santé pour nous protéger des catastrophes naturelles

Les écosystèmes et les organismes vivants contribuent à amortir les catastrophes naturelles. Ils limitent les dégâts provoqués par les inondations, les ouragans, les tsunamis, les avalanches, les glissements de terrain et les sécheresses. Le maintien de la qualité de l’air et du sol ou encore la maîtrise des inondations et des maladies font partie des «services de régulation» assurés par les écosystèmes. Souvent invisibles, ces services sont de ce fait considérés pour la plupart d’entre nous comme allant de soi.

Quand les écosystèmes sont altérés, les pertes qui en résultent peuvent être importantes. Les inondations causées par le très violent ouragan Harvey qui vient de toucher le Texas aux Etats-Unis ou encore l’ouragan Irma dans les Caraïbes et en Floride en constituent de malheureux exemples.

Avec plus d’un mètre d’eau tombé en très peu de temps lors de l’ouragan Harvey, des habitations situées dans des zones à risque, à proximité de rivières ou de lacs, n’ont eu aucune chance. Outre les dizaines de personnes décédées et les milliers de réfugiés, les dégâts d’ouragan ont un coût exorbitant, déjà estimé à plusieurs dizaines de milliards de dollars pour Harvey et à 118 milliards de dollars pour Katrina en Louisiane en 2005[1].

Si l’on n’a pas encore le recul nécessaire pour tirer toutes les leçons de Harvey, on estime qu’une grande partie des dégâts aurait pu être évitée par des zones humides en bon état. Une étude menée suite au passage de Katrina a évalué que ne rien faire pour restaurer ces zones humides entraînera encore plusieurs milliards de dollars de coûts dans le futur. Alors que par ailleurs, mettre en œuvre un projet ambitieux de restauration pourrait créer des milliers d’emplois chaque année.

BeBiodiversity Une biodiversité en pleine santé pour nous protéger des catastrophes naturelles

Nous avons notre rôle à jouer pour aider les écosystèmes à remplir leur mission et réduire l’impact de telles catastrophes. Quelques exemples concrets :

  • Un bon couvert forestier et une gestion raisonnée des forêts peuvent contribuer à limiter localement l’incidence et l’ampleur des inondations et des glissements de terrain.
  • Des mangroves et des récifs coralliens en bonne santé jouent un rôle efficace dans la protection des populations côtières contre les phénomènes climatiques extrêmes. La pêche et l’aquaculture peuvent y contribuer, par exemple en aménageant des bassins intégrant mangroves et aquaculture, et en limitant les pratiques susceptibles de dégrader les récifs coralliens.
  • Et à l’échelle individuelle : bien choisir son endroit pour faire construire sa maison, planter des arbres et des plantes qui stabilisent les sols et améliorent la qualité de l’air, soutenir les politiques et associations qui se battent pour la protection des écosystèmes…
BeBiodiversity Une biodiversité en pleine santé pour nous protéger des catastrophes naturelles

[1] http://www.lemonde.fr/tempete-harvey/article/2017/08/30/harvey-l-une-des-tempetes-les-plus-couteuses-de-l-histoire-des-etats-unis_5178192_5177961.html

Autres actus

BeBiodiversity Bois et instruments de musique

Bois et instruments de musique

Malgré d’importantes avancées concernant notre connaissance des matériaux, le bois reste le matériau de prédilection pour la construction des instruments de musique. Ce sont les caractéristiques uniques de poids, de dureté, de résistance et de capacité à résonner qui en déterminent l’utilisation pour les instruments à cordes, les instruments à vent et les percussions. Chaque instrument est un assemblage de bois durs et tendres à la recherche des conditions optimales de sonorité.

Lire plus
BeBiodiversity Des scampis à volonté, au grand dam de la biodiversité

Des scampis à volonté, au grand dam de la biodiversité

Crevettes, scampis ou gambas ont longtemps été des mets rares, raffinés et chers. Mais de nos jours, leur consommation a explosé : dans le monde, on estime qu’en 2023, environ 6 millions de tonnes de crevettes seront consommées par an ! En 20 ans, la production aurait été multipliée par 9. Un boum qui fait des dégâts sur la biodiversité.

Lire plus
BeBiodiversity Détruire de l’ivoire pour la défense des éléphants sauvages

Détruire de l’ivoire pour la défense des éléphants sauvages

Chaque quart d’heure, un éléphant disparaît, victime du braconnage. Les éléphants sauvages d’Afrique et d’Asie sont menacés d’extinction. L’ivoire provient des défenses, c’est-à-dire des dents des éléphants. Personne ne se risquerait à arracher les dents d’un éléphant vivant : l’abattre est la solution la plus facile pour les trafiquants.

Lire plus
BeBiodiversity Des experts inquiets au chevet de la biodiversité

Des experts inquiets au chevet de la biodiversité

En trois ans, cinq cent cinquante experts bénévoles de cent pays ont compilé dix mille publications scientifiques, complétées par des données statistiques et un inventaire des savoirs traditionnels locaux. L’objectif de ce travail colossal coordonné par la Plate-Forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) était de fournir aux décideurs de la planète cinq rapports sur l’état de la biodiversité mondiale.

Lire plus
BeBiodiversity La vanille, un plaisir bientôt inaccessible ?

La vanille, un plaisir bientôt inaccessible ?

Son arôme puissant et délicat en fait une épice très appréciée. Et bien qu’elle se retrouve un peu partout dans les produits alimentaires, les cosmétiques ou encore les huiles essentielles, la vanille fait pourtant partie des épices les plus chères avec le safran et pourrait devenir un produit aussi luxueux que ce dernier. En effet, sa production est de plus en plus menacée…

Lire plus
BeBiodiversity Les pesticides : des évolutions timides

Les pesticides : des évolutions timides

De nouvelles études et rapports confirment quotidiennement l’état alarmant de la biodiversité. Le constat ne concerne plus uniquement des espèces emblématiques telles que l’ours polaire ou le rhinocéros blanc. Les espèces les plus communes sont aussi menacées… C’est le cas des oiseaux communs dont le nombre en Wallonie a diminué de 50% en 25 ans ! Parmi les causes de ce déclin en Europe, arrivent en première place l’agriculture intensive et l’utilisation de pesticides. Le recours aux pesticides par les particuliers est également problématique. Petit récapitulatif des évolutions récentes concernant ces produits.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus