BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity
Icon Newsletter #BeBiodiversity

Newsletter #BeBiodiversity

Subscribe and never miss a post

BeBiodiversity Consommer autrement pour protéger les forêts

Consommer autrement pour protéger les forêts

Les activités humaines sont liées à la biodiversité et aux services qu’elle nous rend, de manière directe ou indirecte. Nous bénéficions de bienfaits et de produits qui sont offerts par cette biodiversité et parfois par des écosystèmes très éloignés, tels que les forêts tropicales. Cela signifie que nos actions peuvent aussi avoir un impact sur ces écosystèmes, proches ou lointains.

Les citoyens-consommateurs peuvent évidemment faire des choix quotidiens qui contribuent à préserver la biodiversité. Mais il est évident que l’action citoyenne ne suffit pas. Les autorités et les entreprises doivent agir aussi.

Les pouvoirs publics belges, tous niveaux de pouvoir confondus, agissent déjà pour la préservation de la biodiversité. Pour lutter contre la déforestation importée, notre pays a récemment signé l’« Amsterdam Declaration Partnership ».

Au niveau européen, dans le cadre du Pacte Vert, la Commission a proposé des initiatives d’envergure qui devraient avoir un impact sur la santé des forêts, notamment à travers la stratégie biodiversité à l’horizon 2030 et la stratégie « De la ferme à la table (Farm to Fork) » qui vise à donner les moyens pour garantir une chaîne alimentaire plus durable.

BeBiodiversity Consommer autrement pour protéger les forêts
Champs de palmiers à huile, Negeri Sembilan, Malaisie (crédit photo : Nazarizal Mohammad, Unsplash)

Quelles solutions un changement dans nos habitudes de consommation peut-il apporter ?

En tant que citoyens, nous ne sommes pas sans ressource. Chacun d’entre nous peut contribuer à la préservation des forêts et des écosystèmes en modifiant certaines habitudes de consommation.

  • Privilégier les produits certifiés selon des normes environnementales et sociales crédibles : en nous informant sur les choix effectués tout au long de la chaîne de production, les certifications garantissent une exploitation durable de la forêt ainsi qu’un salaire décent et des conditions sanitaires correctes aux travailleurs. Par exemple, le label FSC pour le bois et le papier, RSPO pour l’huile de palme, ou encore Fairtrade pour le cacao et le café. Pour en savoir plus sur les labels, cliquez ici.
  • Réduire sa consommation de viande rouge et favoriser les protéines végétales : l’Europe importe 35 millions de tonnes de soja chaque année pour nourrir les animaux qui sont destinés à nos assiettes. Vu les pressions exercées par l’élevage et l’agriculture, un geste relativement simple pour lutter au quotidien est de manger moins de viande en préférant une viande élevée et nourrie localement ou en privilégiant les protéines végétales contenues notamment dans les légumineuses.
  • Favoriser le recyclage et les produits de seconde main : avec le développement de l’économie circulaire, il devient plus facile d’acheter des produits recyclés (p.ex. papier) ou des articles de seconde main comme des meubles, des objets, des vêtements, des chaussures et autres accessoires en cuir. La réutilisation ou le recyclage permettent d’économiser des matières premières, de sorte qu’aucune nouvelle exploitation des forêts ou des écosystèmes n’est nécessaire pour ces produits.
  • Manger frais et fait maison : en cuisinant autant que possible vos plats avec des produits locaux et de saison, vous réduirez votre consommation de produits transformés ; ceux-ci contiennent souvent des ingrédients à haut risque de déforestation ou autre impact sur la biodiversité (huile de palme, soja, viande importée, etc.). A défaut, favorisez les produits certifiés (voir ci-dessus).
BeBiodiversity Consommer autrement pour protéger les forêts
Fruits du palmier à huile, déchets papiers, plats végétariens, fèves de café (crédits photos : Unsplash)

Autres actus

BeBiodiversity Mieux manger pour sauver la biodiversité

Mieux manger pour sauver la biodiversité

Nos choix alimentaires ont des effets considérables sur la biodiversité et les écosystèmes, mais aussi sur notre santé. La production intensive de viande est notamment responsable de la destruction de nombreux écosystèmes dans le monde et sa consommation excessive source de diverses maladies. Pourtant la demande ne fait que croître sur une planète de plus en plus peuplée et aux ressources naturelles limitées. En tant qu’individu, avons-nous un rôle à jouer pour atténuer cette tendance dans un monde globalisé ? La réponse est oui !

Lire plus
BeBiodiversity Un régime très carné : quelles conséquences sur la biodiversité ?

Un régime très carné : quelles conséquences sur la biodiversité ?

Saviez-vous que le secteur de l’alimentation est la cause principale des dégâts environnementaux dans l’Union européenne, suivi du logement et de la mobilité ?[1] Bien que de nombreux consommateurs en soient conscients, nous avons tendance à sous-estimer les effets de nos habitudes alimentaires sur l’environnement[2]. Si ce n’est pas une bonne nouvelle, cela signifie tout de même que les choix que nous faisons peuvent vraiment faire la différence. Mais peut-on vraiment protéger la biodiversité en passant à table ?

Lire plus
BeBiodiversity SOS Forêts en détresse

SOS Forêts en détresse

Les forêts couvrent actuellement un tiers de la surface terrestre de la planète. Vitales à l’existence des sociétés humaines, elles jouent un rôle essentiel pour les ressources en eau douce, pour la biodiversité et pour le stockage du carbone. Elles abritent de nombreux peuples autochtones et communautés locales qui dépendent d’elles pour leur survie. Elles constituent une grande source d’inspiration à travers l’imaginaire et l’apaisement qu’elles nous procurent. Elles remplissent également une mission sanitaire en nous protégeant de certains virus, comme nous le rappelle la pandémie actuelle.

Lire plus
BeBiodiversity Détricoter le lien entre le trafic des tortues marines et la pollution plastique

Détricoter le lien entre le trafic des tortues marines et la pollution plastique

Chaque année des milliers de tortues rejoignent leur lieu de naissance sur les plages du Pacifique Sud pour y pondre leurs œufs. Parmi elles, les tortues olivâtres, la tortue luth du Pacifique et la tortue imbriquée. Si en mer leur grâce, leur agilité et leur vitesse charment et surprennent, sur les plages, elles sont lentes et vulnérables. Certaines espèces mettent 20 ans avant d’arriver en âge de se reproduire.

Lire plus
BeBiodiversity Halte aux espèces exotiques envahissantes

Halte aux espèces exotiques envahissantes

Quel est le point commun entre la tortue de Floride, la berce du Caucase et le frelon asiatique ? Exotiques ? Prédatrices ? Compétitives ? La réponse à cette question est loin d’être anodine et représente un enjeu crucial pour la préservation de la biodiversité. Aussi remarquables soient-elles, ces espèces sont massivement présentes en Belgique et font partie des 66 espèces reprises dans la liste d’espèces exotiques envahissantes préoccupantes pour l’Union européenne.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus