BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity
Icon Newsletter #BeBiodiversity

Newsletter #BeBiodiversity

Subscribe and never miss a post

BeBiodiversity Une pause-café pour la biodiversité ?

Une pause-café pour la biodiversité ?

Le commerce du café fait partie des cultures commerciales les plus importantes dans le monde. Un produit en apparence simple, mais dont la culture, le transport, les déchets produits et l’énergie consommée depuis le grain de café jusqu’à la tasse ne sont pas sans impact sur l’environnement. De manière étonnante, le fonctionnement de notre machine à café constitue même un des postes les plus importants en matière de consommation d’énergie et de production de déchets.

Le caféier, à l’ombre des grands arbres

On distingue diverses méthodes de culture des caféiers. La polyculture traditionnelle, fortement ombragée, la monoculture ombragée et la monoculture non-ombragée.

Dans la polyculture traditionnelle, seul le sous-bois est défriché et les plants poussent à l’ombre de la canopée des grands arbres. Le rendement est proportionnellement faible, mais cette culture conserve une grande part de la biodiversité. Les corridors biologiques pour les animaux sont maintenus et l’érosion des sols est limitée.

La monoculture ombragée tend à remplacer cette culture traditionnelle en sous-bois, avec un impact important sur la biodiversité.

En dernier lieu vient la monoculture non-ombragée, qui a le meilleur rendement, le taux de déforestation le plus élevé et le moins d’intérêt pour la biodiversité. Des labels et un prix de vente un peu plus élevé incitent les producteurs à abandonner la monoculture non-ombragée pour revenir vers la monoculture ombragée qui offre un meilleur compromis entre rendement et préservation de la biodiversité.

Concurrencé par les espèces commerciales, les cafés sauvages sont menacés d’extinction. En Ethiopie, une réserve naturelle préserve ces caféiers sauvages, une réserve génétique où puiser la résistance aux maladies et aux changements climatiques pour préparer le futur.

A défaut d’un choix parfait pour la biodiversité, le consommateur peut faire jouer d’autres critères éthiques comme un prix plus juste pour le producteur. D’autres labels garantissent l’origine et l’utilisation raisonnée de pesticides, c’est aussi un aspect à considérer pour notre santé et celle de l’environnement.

BeBiodiversity Une pause-café pour la biodiversité ?
Réserve de la biosphère de Kafa, Éthiopie. © Sue Pleming/Banque mondiale

Un café noir

C’est au moment d’acheter et de préparer son café que le consommateur a la main. Si le marc de café est facilement compostable, il est souvent bien mal accompagné : filtres, dosettes, gobelets à usage unique, touillettes, emballages de sucre, de lait et de biscuit. Sans parler du percolateur qui reste branché de longues heures pour un fond de café recuit qu’on finit par jeter (ou par boire par dépit en pinçant les lèvres).

A vous de choisir les bons gestes !

Et le thé ?

Le thé fait partie des boissons les plus consommées au monde. Malheureusement, les pays producteurs ne font pas toujours partie des bons élèves en matière d’environnement et de biodiversité. Les magnifiques paysages de carte postale des champs de thé sont des déserts biologiques par rapport aux forêts tropicales qu’ils ont supplanté.

Là aussi, les labels biologiques et fairtrade sont un pas dans la bonne direction, même s’ils promettent peu en matière de biodiversité.

Un conseil : privilégiez le thé bio en vrac qui sera un plaisir à préparer dans une belle théière, avec zéro déchet en bonus.

Autres actus

BeBiodiversity Les dégâts du greenwashing

Les dégâts du greenwashing

Depuis une cinquantaine d’années, les performances environnementales des entreprises ont augmenté de façon spectaculaire. Insuffisantes sans doute, mais spectaculaires. Parallèlement, le greenwashing s’est développé de manière tout aussi spectaculaire.

Lire plus
BeBiodiversity La biodiversité en rempart contre les dégâts des crues

La biodiversité en rempart contre les dégâts des crues

Il peut sembler cynique d’évoquer des problématiques environnementales ou la perte de biodiversité face aux drames humains que les inondations provoquent, mais ces phénomènes sont étroitement liés. Le maintien d’espaces de biodiversité peut aider à les prévenir ou à en réduire l’impact tout en garantissant un cadre de vie sûr, sain et agréable.

Lire plus
BeBiodiversity De l’espace pour la biodiversité

De l’espace pour la biodiversité

Avez-vous entendu parler du concours « 1 m² pour la biodiversité » ? Non ? Pas de problème, on vous explique ! A l’initiative de ce concours, le mouvement Ensemble pour la biodiversité encourage tout un chacun à donner plus de place aux plantes et aux animaux sauvages autour de nos habitations.

Lire plus
BeBiodiversity Déchets en mer : les animaux ne savent qu’en faire !

Déchets en mer : les animaux ne savent qu’en faire !

Un mégot de cigarette jeté dans une bouche d’égout, un sachet en plastique qui s’échappe des mains et de ce fait emporté par le vent, un masque jetable qui tombe de la voiture ou d’une poche… Des petits gestes qui semblent parfois anodins et qui ont pourtant de lourdes conséquences pour la biodiversité. Les déchets sont partout et beaucoup finissent malheureusement dans la mer et les océans. Notre mer du Nord n’est pas épargnée.

Lire plus
BeBiodiversity La mer du Nord sous la loupe

La mer du Nord sous la loupe

Elle fait peut-être moins rêver que les eaux turquoises des tropiques, cela n’empêche pas notre mer du Nord d’être riche en biodiversité ! Avec ses 2000 espèces d’animaux et de plantes répartis sur 3454 km², notre mer du Nord joue un rôle essentiel dans le paysage et l’économie de notre pays. Elle est d’ailleurs protégée : plus d’un tiers de ce territoire (37%) est désigné comme une zone marine naturelle protégée Natura 2000.

Lire plus
BeBiodiversity Régie des bâtiments : revégétaliser les espaces

Régie des bâtiments : revégétaliser les espaces

La biodiversité, c’est notre business !   En parcourant le pays, nous sommes allés à la rencontre de patrons d’entreprises qui ont délibérément joué  la carte de la biodiversité. Et visiblement, ils en retirent de nombreux avantages. Le secteur de la construction a de multiples effets sur la nature et les écosystèmes : depuis l’extraction des minéraux ou la production des matériaux et leur transport, jusqu’à la question de l’isolation thermique et sonore. Dès lors, comment faire pour minimiser les conséquences néfastes de la construction sur la faune et la flore et éviter le tout-béton ?

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus