BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity
Icon Newsletter #BeBiodiversity

Newsletter #BeBiodiversity

Subscribe and never miss a post

BeBiodiversity Détricoter le lien entre le trafic des tortues marines et la pollution plastique

Détricoter le lien entre le trafic des tortues marines et la pollution plastique

Chaque année des milliers de tortues rejoignent leur lieu de naissance sur les plages du Pacifique Sud pour y pondre leurs œufs. Parmi elles, les tortues olivâtres, la tortue luth du Pacifique et la tortue imbriquée. Si en mer leur grâce, leur agilité et leur vitesse charment et surprennent, sur les plages, elles sont lentes et vulnérables. Certaines espèces mettent 20 ans avant d’arriver en âge de se reproduire.

Les périls auxquels elles sont exposées ne sont pas tous naturels. Victimes de la pollution, de la réduction de leur espace de vie et de reproduction et du braconnage, les populations se réduisent. Pour protéger les populations restantes, toutes les tortues marines sont classées à l’Annexe I de la CITES qui interdit le commerce des œufs, des animaux vivants et de leurs sous-produits (écailles, carapaces).

En mer et sur les plages, les sacs plastiques retournés à l’état sauvage étouffent et étranglent les tortues adultes. La centaine d’œufs qu’elles pondent dans un trou creusé à même le sable est l’objet de la convoitise de trafiquants qui promettent un revenu complémentaire aux familles pauvres vivant sur le littoral. Difficile de résister quand il suffit de se baisser pour ramasser quelques œufs pour améliorer son quotidien.

Depuis 2001, Fauna & Flora International (FFI) a développé un programme de conservation des tortues. Ils ont mis en place des patrouilles de gardes forestiers issus des populations locales ainsi que des couvoirs. Ils travaillent également à la sensibilisation des populations locales et les aident à trouver des sources de revenus durables, par exemple grâce à l’initiative “Tisser pour la nature”.

 

Tisser pour la nature

L’idée : transformer un déchet en une ressource permettant de donner un débouché et des revenus supplémentaires aux communautés locales. Depuis 2007, des femmes formées au tissage collectent les sacs plastiques sur les plages. Les produits artisanaux qu’elles réalisent sont vendus aux touristes. Le revenu supplémentaire est d’environ 100 dollars US par mois pour chaque tisserand. C’est une proportion significative du revenu des ménages dans une région où le salaire moyen est estimé à 200 dollars US par mois. Avec cette source de revenus alternative, la motivation pour braconner les œufs disparaît. Le statut social des femmes s’est également amélioré grâce à cette activité.

La quantité de sacs plastiques sur les plages de nidification diminue. D’une part par le ramassage des sacs échoués, mais aussi par la récolte des sacs qui ne sont plus jetés dans la nature faute d’installations d’élimination des déchets.

Si les tortues sont toujours menacées, elles ne manquent pas d’alliés partout dans le monde : sauvetage de tortues prises dans des filets ou emmêlées dans des déchets flottants (Australie), surveillance et accompagnement des éclosions sur les plages (Costa Rica, Tunisie), éducation et projets artistiques autour du nettoyage de plages (Ghana), utilisation de faux œufs dotés de GPS pour traquer les trafiquants et acheteurs (Costa Rica), collecte et sauvetage de tortues terrestres et aquatiques chez nous (Belgique).

Pour plus d’info sur l’initiative « Tisser pour la nature » : Turtle-friendly plastic? A crafty solution to pollution, poaching and poverty | Fauna & Flora International (fauna-flora.org)

Photo : Pixabay

Vidéos : Pexel

Autres actus

BeBiodiversity Mieux manger pour sauver la biodiversité

Mieux manger pour sauver la biodiversité

Nos choix alimentaires ont des effets considérables sur la biodiversité et les écosystèmes, mais aussi sur notre santé. La production intensive de viande est notamment responsable de la destruction de nombreux écosystèmes dans le monde et sa consommation excessive source de diverses maladies. Pourtant la demande ne fait que croître sur une planète de plus en plus peuplée et aux ressources naturelles limitées. En tant qu’individu, avons-nous un rôle à jouer pour atténuer cette tendance dans un monde globalisé ? La réponse est oui !

Lire plus
BeBiodiversity Un régime très carné : quelles conséquences sur la biodiversité ?

Un régime très carné : quelles conséquences sur la biodiversité ?

Saviez-vous que le secteur de l’alimentation est la cause principale des dégâts environnementaux dans l’Union européenne, suivi du logement et de la mobilité ?[1] Bien que de nombreux consommateurs en soient conscients, nous avons tendance à sous-estimer les effets de nos habitudes alimentaires sur l’environnement[2]. Si ce n’est pas une bonne nouvelle, cela signifie tout de même que les choix que nous faisons peuvent vraiment faire la différence. Mais peut-on vraiment protéger la biodiversité en passant à table ?

Lire plus
BeBiodiversity Consommer autrement pour protéger les forêts

Consommer autrement pour protéger les forêts

Les activités humaines sont liées à la biodiversité et aux services qu’elle nous rend, de manière directe ou indirecte. Nous bénéficions de bienfaits et de produits qui sont offerts par cette biodiversité et parfois par des écosystèmes très éloignés, tels que les forêts tropicales. Cela signifie que nos actions peuvent aussi avoir un impact sur ces écosystèmes, proches ou lointains.

Lire plus
BeBiodiversity SOS Forêts en détresse

SOS Forêts en détresse

Les forêts couvrent actuellement un tiers de la surface terrestre de la planète. Vitales à l’existence des sociétés humaines, elles jouent un rôle essentiel pour les ressources en eau douce, pour la biodiversité et pour le stockage du carbone. Elles abritent de nombreux peuples autochtones et communautés locales qui dépendent d’elles pour leur survie. Elles constituent une grande source d’inspiration à travers l’imaginaire et l’apaisement qu’elles nous procurent. Elles remplissent également une mission sanitaire en nous protégeant de certains virus, comme nous le rappelle la pandémie actuelle.

Lire plus
BeBiodiversity Halte aux espèces exotiques envahissantes

Halte aux espèces exotiques envahissantes

Quel est le point commun entre la tortue de Floride, la berce du Caucase et le frelon asiatique ? Exotiques ? Prédatrices ? Compétitives ? La réponse à cette question est loin d’être anodine et représente un enjeu crucial pour la préservation de la biodiversité. Aussi remarquables soient-elles, ces espèces sont massivement présentes en Belgique et font partie des 66 espèces reprises dans la liste d’espèces exotiques envahissantes préoccupantes pour l’Union européenne.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus