BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Détricoter le lien entre le trafic des tortues marines et la pollution plastique

Détricoter le lien entre le trafic des tortues marines et la pollution plastique

Chaque année des milliers de tortues rejoignent leur lieu de naissance sur les plages du Pacifique Sud pour y pondre leurs œufs. Parmi elles, les tortues olivâtres, la tortue luth du Pacifique et la tortue imbriquée. Si en mer leur grâce, leur agilité et leur vitesse charment et surprennent, sur les plages, elles sont lentes et vulnérables. Certaines espèces mettent 20 ans avant d’arriver en âge de se reproduire.

Les périls auxquels elles sont exposées ne sont pas tous naturels. Victimes de la pollution, de la réduction de leur espace de vie et de reproduction et du braconnage, les populations se réduisent. Pour protéger les populations restantes, toutes les tortues marines sont classées à l’Annexe I de la CITES qui interdit le commerce des œufs, des animaux vivants et de leurs sous-produits (écailles, carapaces).

En mer et sur les plages, les sacs plastiques retournés à l’état sauvage étouffent et étranglent les tortues adultes. La centaine d’œufs qu’elles pondent dans un trou creusé à même le sable est l’objet de la convoitise de trafiquants qui promettent un revenu complémentaire aux familles pauvres vivant sur le littoral. Difficile de résister quand il suffit de se baisser pour ramasser quelques œufs pour améliorer son quotidien.

Depuis 2001, Fauna & Flora International (FFI) a développé un programme de conservation des tortues. Ils ont mis en place des patrouilles de gardes forestiers issus des populations locales ainsi que des couvoirs. Ils travaillent également à la sensibilisation des populations locales et les aident à trouver des sources de revenus durables, par exemple grâce à l’initiative “Tisser pour la nature”.

 

Tisser pour la nature

L’idée : transformer un déchet en une ressource permettant de donner un débouché et des revenus supplémentaires aux communautés locales. Depuis 2007, des femmes formées au tissage collectent les sacs plastiques sur les plages. Les produits artisanaux qu’elles réalisent sont vendus aux touristes. Le revenu supplémentaire est d’environ 100 dollars US par mois pour chaque tisserand. C’est une proportion significative du revenu des ménages dans une région où le salaire moyen est estimé à 200 dollars US par mois. Avec cette source de revenus alternative, la motivation pour braconner les œufs disparaît. Le statut social des femmes s’est également amélioré grâce à cette activité.

La quantité de sacs plastiques sur les plages de nidification diminue. D’une part par le ramassage des sacs échoués, mais aussi par la récolte des sacs qui ne sont plus jetés dans la nature faute d’installations d’élimination des déchets.

Si les tortues sont toujours menacées, elles ne manquent pas d’alliés partout dans le monde : sauvetage de tortues prises dans des filets ou emmêlées dans des déchets flottants (Australie), surveillance et accompagnement des éclosions sur les plages (Costa Rica, Tunisie), éducation et projets artistiques autour du nettoyage de plages (Ghana), utilisation de faux œufs dotés de GPS pour traquer les trafiquants et acheteurs (Costa Rica), collecte et sauvetage de tortues terrestres et aquatiques chez nous (Belgique).

Pour plus d’info sur l’initiative « Tisser pour la nature » : Turtle-friendly plastic? A crafty solution to pollution, poaching and poverty | Fauna & Flora International (fauna-flora.org)

Photo : Pixabay

Vidéos : Pexel

Autres actus

BeBiodiversity Du chocolat belge pour un monde meilleur

Du chocolat belge pour un monde meilleur

Le gouvernement fédéral et l’industrie du chocolat belge se sont engagés à payer un prix équitable aux producteurs et à mettre fin à la déforestation. Tant que la production de chocolat implique la déforestation, des salaires indécents et le travail des enfants, elle n’est pas durable. Les fabricants belges, la société civile et les pouvoirs publics ne restent pas les bras croisés et œuvrent en faveur d’un chocolat durable, bon pour l’homme et meilleur pour la biodiversité !

Lire plus
BeBiodiversity Les femmes engagées pour la biodiversité à travers l’Histoire

Les femmes engagées pour la biodiversité à travers l’Histoire

Depuis des siècles, des femmes s’efforcent de préserver la diversité biologique de la terre en utilisant des matériaux naturels pour construire, cultiver, élever, nourrir et soigner. Qu’elles dédient leur travail ou leur vie à une espèce ou une zone particulière, ou à la nature en général, de nombreuses femmes s’engagent avec courage et passion pour protéger la biodiversité et notre planète. Dans le monde, nombreuses sont les initiatives en faveur de la biodiversité fondées par des femmes ; elles vont souvent de pair avec la défense des droits de chacun.e. En cette journée internationale des droits de la femme, BeBiodiversity profite de l’occasion pour célébrer quelques-unes d’entre elles.

Lire plus
BeBiodiversity Zéro plastique, zéro panique !

Zéro plastique, zéro panique !

C’est une étape décisive en Belgique dans la lutte contre les plastiques jetables : un nouvel arrêté royal interdit la vente de divers produits en plastique « à usage unique » tels que les couverts, les assiettes et les pailles. Une bonne nouvelle pour les écosystèmes qui étouffent sous le plastique et les microplastiques.

Lire plus
BeBiodiversity Le chocolat : une friandise à l’arrière-goût amer pour la biodiversité

Le chocolat : une friandise à l’arrière-goût amer pour la biodiversité

Chocolats de toutes les couleurs et de tous les parfums, fourrages et formes… En Belgique, vous trouverez une friandise chocolatée pour chaque occasion, souvent fabriquée avec beaucoup de savoir-faire et de créativité. Cependant, les chocolats brillants cachent un côté sombre : la culture du cacao, source du goût et de l’arôme délicieux, menace la biodiversité.

Lire plus
BeBiodiversity L’agroforesterie : en route vers un chocolat plus durable

L’agroforesterie : en route vers un chocolat plus durable

Les défis de la culture du cacao sont multiples : déforestation, changements climatiques, perte de biodiversité, utilisation de pesticides et d’engrais, travail des enfants. Heureusement, des solutions existent. Afin de rendre la culture du cacao plus durable, l’agroforesterie est de plus en plus envisagée.

Lire plus
BeBiodiversity Une pause-café pour la biodiversité ?

Une pause-café pour la biodiversité ?

Le commerce du café fait partie des cultures commerciales les plus importantes dans le monde. Un produit en apparence simple, mais dont la culture, le transport, les déchets produits et l’énergie consommée depuis le grain de café jusqu’à la tasse ne sont pas sans impact sur l’environnement. De manière étonnante, le fonctionnement de notre machine à café constitue même un des postes les plus importants en matière de consommation d’énergie et de production de déchets.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus