BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Les espèces exotiques envahissantes – La campagne de sensibilisation auprès des voyageurs

Les espèces exotiques envahissantes – La campagne de sensibilisation auprès des voyageurs

Invasion silencieuse : les espèces exotiques envahissantes

 

Bulbul à ventre rouge, ouette d’Egypte, goujon de l’amour, barbon de Virginie, ces noms ne vous disent probablement rien… Il s’agit pourtant de certaines des 88 espèces exotiques animales et végétales envahissantes réglementées par l’Union Européenne. Malgré leurs noms sympathiques, ces espèces constituent une menace importante pour notre biodiversité et les écosystèmes dans lesquels nous vivons.

Les espèces exotiques envahissantes (EEE), c’est quoi ?

Les EEE sont des animaux ou des végétaux introduits intentionnellement ou par accident en dehors de leurs milieux de vie habituels (des animaux européens en Océanie, des plantes asiatiques en Europe…). Ces introductions sont souvent dues aux activités humaines telles que le commerce des animaux exotiques, l’agriculture ou encore la pêche sportive. Certaines de ces espèces arrivent chez nous par accident via le transport de cargaisons de marchandises, comme les plantes en pot, ou de matériaux de construction. Les changements climatiques peuvent également favoriser leur expansion en créant des conditions climatiques plus favorables à leur survie et à leur reproduction.

Pourquoi sont-elles tellement redoutées ?

Ces espèces perturbent les écosystèmes : elles ont la capacité de se répandre rapidement, de s’adapter facilement à de nouveaux environnements, souvent au détriment des espèces indigènes. Elles peuvent ainsi être la cause directe d’une diminution de la biodiversité locale et de la perte d’habitats naturels pour les animaux et végétaux indigènes. La gestion des EEE constitue un véritable défi : il est souvent difficile de contrôler leur propagation une fois qu’elles sont établies dans un nouvel environnement.

Certaines EEE peuvent présenter des risques pour la santé humaine et/ou la santé de la faune et de la flore sauvages, en étant par exemple vectrices de parasites ou de maladies.

Les conséquences économiques de ces invasions sont importantes, en raison des coûts liés à la gestion de ces espèces et à la restauration des écosystèmes endommagés.

De redoutables concurrentes pour nos animaux et végétaux

La berce du Caucase et le ver plat sont deux exemples d’EEE qui ont été introduites en Europe ces dernières années. La berce du Caucase  est une espèce d’origine ornementale qui a été plantée pour ses vertus esthétiques et mellifères. Elle se disperse dans l’environnement et envahit les bords de route, les berges de rivière, les lisières forestières et les prairies gérées de manière extensive depuis une vingtaine d’année. Elle y forme des populations très denses qui prennent le pas sur la flore indigène. En plus de sa prorogation, cette plante peut occasionner des brulures de la peau au contact des rayon du soleil.

Le ver plat, originaire de Nouvelle-Zélande, est la terreur des jardins. Pourquoi ? Car il dévore toutes les petites bêtes utiles aux espaces naturels et agricoles telles que les escargots et les lombrics, ces « ingénieurs des sols » qui participent notamment au recyclage des matériaux organiques. N’ayant pas de prédateur, il peut proliférer sans gêne et nuit à l’équilibre des sols.

Prévenir plutôt que guérir

La meilleure manière de gérer le risque lié aux invasions biologiques est d’empêcher les espèces exotiques envahissantes de s’installer. La prévention consiste à limiter leur introduction en contrôlant les mouvements commerciaux, les importations et les échanges de plantes et d’animaux, et cela à tous les niveaux : international, européen, national et local.

Mais pour protéger la biodiversité, il est important que nous agissions tous ensemble, chacun à notre niveau.

Voici les bons gestes à adopter pour éviter d’importer ou de propager des espèces exotiques envahissantes :

  • privilégier les espèces indigènes ou les espèces exotiques qui ne posent pas de problème lors de l’aménagement du jardin ou d’un espace extérieur ;
  • ne jamais relâcher un animal de compagnie exotique dans la nature. Même une petite tortue peut faire d’immenses dégâts… ;
  • respecter les règles d’importation lors de voyages à l’étranger, et éviter de ramener n’importe quel souvenir, comme des plantes exotiques sous forme de boutures ou de semences.

Que font les autorités fédérales ?

Le règlement européen adopté en 2014, qui vise à prévenir l’introduction et à gérer la propagation des espèces exotiques envahissantes, impose aux Etats membres d’élaborer des plans d’action nationaux relatifs aux introductions non-intentionnelles.

Au niveau belge, l’autorité fédérale est compétente en matière de conservation de la nature pour l’importation, l’exportation et le transit des espèces non-indigènes. Sur base de cette compétence, le SPF Santé publique est notamment responsable des contrôles aux frontières afin de prévenir l’introduction intentionnelle ou non-intentionnelle des espèces exotiques envahissantes, lors de voyages privés ou lors de mouvements commerciaux. Sur le terrain, ces contrôles sont opérés grâce à l’intervention de la Douane et de l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) qui sont en première ligne aux frontières. Un protocole d’accord trilatéral entre la Douane, l’AFSCA et le SPF Santé publique règle cette coordination depuis 2018.

La campagne « Home Sweet Home », visible en avril et mai 2023 sur les réseaux sociaux, dans et aux abords des aéroports et agences de voyage, est une initiative du SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement, avec le soutien des douanes belges et des aéroports d’Anvers, Charleroi, Liège et Ostende. Elle vise à informer et sensibiliser les citoyens voyageurs aux dangers de l’introduction des EEE pour notre santé et celle de nos écosystèmes, et à prévenir les risques de nouvelle introduction/propagation.

Découvrez nos vidéos sur les espèces exotiques envahissantes:

 

Pour en savoir plus  :

www.health.belgium.be

www.iasregulation.be

Autres actus

BeBiodiversity La délégation belge à la COP Biodiversité

La délégation belge à la COP Biodiversité

La biodiversité est menacée. Vous le saviez probablement déjà.  Mais saviez-vous qu’une COP (Conférence des Parties) sur la biodiversité a lieu tous les deux ans ? Lors d’une telle COP, des ministres et experts négocient ensemble sur des questions et objectifs de biodiversité . Les représentants d’environ 200 pays passeront deux semaines ce mois-ci à Montréal, au Canada, pour négocier de nouveaux objectifs 2030 et tenter de parvenir à un accord final, définitif. La Belgique et sa délégation seront également présentes à la table des négociations avec les autres pays. La Belgique prend la protection de la biodiversité très au sérieux et a développé une forte expertise au niveau international, notamment par le biais des Conférences des Parties (COP).

Lire plus
BeBiodiversity Nos animaux de compagnie sont-ils un danger pour la biodiversité ?

Nos animaux de compagnie sont-ils un danger pour la biodiversité ?

6h10, un ronronnement aussi intense que soudain se fait entendre à quelques centimètres de votre oreille… Il a beau être le plus mignon, mais là « le petit félin » de la maison irrite… Marques d’attention, câlins,… Il parade afin de parvenir à ses fins : vous faire lever pour lui donner son repas du matin. Une fois rassasié, plus de nouvelles de lui jusqu’au prochain repas ! Dure, dure la vie de chat !

Lire plus
BeBiodiversity Une fête des Pères plus durable

Une fête des Pères plus durable

Comme pour nos autres fêtes, pourquoi ne pas donner un twist plus durable à nos cadeaux de Fête des pères ? Il est rare que les produits cosmétiques ne figurent pas en bonne place dans le Top 10 des idées de cadeaux pour cette fête. Voici une liste d’idées pour une fête des pères durable.

Lire plus
BeBiodiversity Du chocolat belge pour un monde meilleur

Du chocolat belge pour un monde meilleur

Le gouvernement fédéral et l’industrie du chocolat belge se sont engagés à payer un prix équitable aux producteurs et à mettre fin à la déforestation. Tant que la production de chocolat implique la déforestation, des salaires indécents et le travail des enfants, elle n’est pas durable. Les fabricants belges, la société civile et les pouvoirs publics ne restent pas les bras croisés et œuvrent en faveur d’un chocolat durable, bon pour l’homme et meilleur pour la biodiversité !

Lire plus
BeBiodiversity Les femmes engagées pour la biodiversité à travers l’Histoire

Les femmes engagées pour la biodiversité à travers l’Histoire

Depuis des siècles, des femmes s’efforcent de préserver la diversité biologique de la terre en utilisant des matériaux naturels pour construire, cultiver, élever, nourrir et soigner. Qu’elles dédient leur travail ou leur vie à une espèce ou une zone particulière, ou à la nature en général, de nombreuses femmes s’engagent avec courage et passion pour protéger la biodiversité et notre planète. Dans le monde, nombreuses sont les initiatives en faveur de la biodiversité fondées par des femmes ; elles vont souvent de pair avec la défense des droits de chacun.e. En cette journée internationale des droits de la femme, BeBiodiversity profite de l’occasion pour célébrer quelques-unes d’entre elles.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus