BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity
Icon Newsletter #BeBiodiversity

Newsletter #BeBiodiversity

Subscribe and never miss a post

BeBiodiversity La vanille, un plaisir bientôt inaccessible ?

La vanille, un plaisir bientôt inaccessible ?

Son arôme puissant et délicat en fait une épice très appréciée. Et bien qu’elle se retrouve un peu partout dans les produits alimentaires, les cosmétiques ou encore les huiles essentielles, la vanille fait pourtant partie des épices les plus chères avec le safran et pourrait devenir un produit aussi luxueux que ce dernier. En effet, sa production est de plus en plus menacée…

Les plants portant les gousses de vanille poussent en sous-bois dans les zones ombragées des régions tropicales. C’est une liane de la famille des orchidées qui grimpe le long d’un arbre-tuteur à l’aide de ses racines aériennes. Cette plante nécessite un sol bien drainé et riche en matières organiques.

… par les intempéries

L’île de Madagascar, au milieu de l’Océan indien, est à la source de la majorité de la production mondiale de vanille naturelle. C’est aussi un des 17 pays « mégadivers », ce groupe de pays qui détiennent la majorité des espèces et sont donc considérés comme les plus riches de la planète en matière de diversité biologique. Mais cette biodiversité et la production de vanille y sont menacées par les intempéries. En mars 2017, le cyclone Enawo a détruit une grande partie des exploitations de l’île : les plantations ont été inondées, les gousses tombées au sol ou plongées dans l’eau ont pourri, les plants de vanille ou leurs arbres-tuteurs ont été arrachés par le vent.

A l’heure actuelle, il n’est pas possible d’évaluer avec certitude si la fréquence des cyclones tropicaux a augmenté. Mais l’élévation de la température de la mer résultant des changements climatiques permet aux cyclones en formation d’accumuler plus d’humidité. Ce phénomène renforce les dégâts causés aux récoltes par les pluies cycloniques et la vanille se fait ainsi plus rare.

… par la spéculation

La culture de la vanille emploie directement environ 210 mille personnes, dont plus de 85 mille producteurs éparpillés et peu structurés qui ne profitent malheureusement pas de la hausse généralisée des prix. Le marché a en effet vu apparaître des intermédiaires fortunés qui achètent et stockent la vanille, qu’ils proposent ensuite aux exportateurs au prix fort. Cette spéculation ne bénéficie pas aux producteurs et est notamment un moyen de dissimuler des fortunes mal acquises : les vendeurs de bois de rose malgache, une espèce CITES dont l’exportation est illégale, blanchissent l’argent qu’ils tirent de leur trafic illégal en achetant de la vanille.

BeBiodiversity La vanille, un plaisir bientôt inaccessible ?

Vanilline de synthèse versus vanille naturelle ?

Rien ne remplace réellement la vanille naturelle. En effet, l’arôme de la vanille ne dépend pas que de la vanilline. Seul le produit naturel présente la richesse et la complexité d’arômes différents résultant de l’interaction entre les plants de vanille et diverses espèces de champignons symbiotiques. Les interactions avec son arbre-tuteur, son environnement et les procédés artisanaux de la récolte et du traitement contribuent aussi à donner à la vanille naturelle son goût unique.

Pourtant, actuellement, 90 % des utilisations industrielles se font avec de la vanilline d’origine synthétique. Il est également possible de biosynthétiser de la vanilline à partir de déchets de bois, la lignine ou encore à partir de riz. Mais cette biosynthèse de vanilline nécessite des quantités énormes de sucre, ce qui favorise ainsi les monocultures sucrières au détriment de la biodiversité. Pas une solution durable, donc.

Que faire alors pour continuer à goûter le plaisir unique des délicieuses gousses de vanille de Madagascar ? En l’achetant dans des circuits fair trade garantissant un salaire décent aux producteurs, en en consommant avec modération, en veillant à réduire notre impact sur les changements climatiques et en privilégiant du bois labellisé PEFC ou FSC. Des gestes qui préservent la biodiversité, la qualité du produit, et le producteur.

Autres actus

BeBiodiversity Prêts pour un frisson d’Halloween plus durable ?

Prêts pour un frisson d’Halloween plus durable ?

Monstres, sorcières, zombies, fantômes, … aucun costume n’est trop fou pour célébrer ce moment de frisson et de plaisir annuel. Comment rester éco-responsable pendant cette fête diabolique ? Avec nos conseils d’habillage et de décoration, il y aura plus de peur que de mal !

Lire plus
BeBiodiversity Faut-il les tuer pour mieux les protéger ?

Faut-il les tuer pour mieux les protéger ?

A la fin du mois d’août, la Conférence sur le commerce international des espèces menacées – la CITES – s’est terminée sur une série de nouvelles décisions visant à mieux protéger une série d’animaux vulnérables et en danger d’extinction. Parmi ces animaux, la girafe, le plus grand mammifère terrestre, une véritable icône de la savane africaine.

Lire plus
BeBiodiversity La lutte contre les espèces exotiques invasives s’organise

La lutte contre les espèces exotiques invasives s’organise

Les espèces exotiques envahissantes, aussi appelées espèces invasives, sont des espèces introduites par l’homme en dehors de leur aire d’origine. Elles constituent une menace importante pour la biodiversité et les services fournis par les écosystèmes comme la production végétale, l’épuration de l’eau et la pollinisation.

Lire plus
BeBiodiversity Une diversité envahissante ?

Une diversité envahissante ?

De tout temps les espèces animales ou végétales ont colonisé le globe et occupé des espaces de vie en fonction de leurs capacités d’adaptation. Mais l’homme a également introduit volontairement ou par accident des espèces animales et végétales ainsi que des champignons et microorganismes en dehors de leurs habitats habituels. Certaines espèces s’acclimatent et prospèrent localement au point de devenir invasives.

Lire plus
BeBiodiversity Un coach pour se préparer aux défis climatiques !

Un coach pour se préparer aux défis climatiques !

Quelles sont les causes et les effets de changements climatiques sur l’homme et la nature (par ex. augmentation du niveau de la mer, augmentation des canicules et de la sécheresse, mais également  plus de tempêtes et d’inondations, les impacts sur la biodiversité,…) ? Comment est-il possible de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 80% d’ici 2050 ? Quels changements de comportements et technologiques sont nécessaires afin de réaliser cette transition ?

Lire plus
BeBiodiversity SOUVENIRS, SOUVENIRS

SOUVENIRS, SOUVENIRS

Chaque année, de nombreux objets réalisés à partir d’espèces animales et végétales protégées sont importés illégalement en Belgique (fourrure, caviar, objets d’art, bijoux, …). Par le crime organisé ? Parfois. Mais le plus souvent, ce sont les touristes qui – sans penser à mal – rapportent ces objets dans leurs bagages à titre de souvenirs.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus