BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Offrir des roses, un choix épineux pour la biodiversité ?

Offrir des roses, un choix épineux pour la biodiversité ?

Recevoir un bouquet de fleurs, quel plaisir ! Voilà une attention qui peut cependant être néfaste pour la biodiversité. Comme pour toute production et consommation, l’impact dépendra énormément du mode de culture et du transport.

Les plantes et les fleurs coupées représentent un secteur économique très important.  Les pays européens concentrent près de 28% des cultures horticoles mondiales et la Belgique est un des cinq premiers pays exportateurs de plantes et de fleurs. Mais nous en importons presque autant, et principalement des fleurs coupées : plus de 126 millions de roses en 2015 ! Une partie considérable de ces fleurs proviennent du Kenya, d’Equateur, d’Ethiopie ou encore de Malaisie.

La première préoccupation environnementale est la consommation d’énergie et la contribution aux émissions de gaz à effet de serre : chauffage de la serre, livraison par avion, conservation en frigo…

Mais d’autres menaces pèsent sur la biodiversité. L’horticulture est ainsi un des secteurs les plus responsables de l’introduction d’espèces invasives. A titre d’exemple, la pyrale du buis est un papillon de nuit dont les chenilles dévorent les feuilles et l’écorce du buis. Originaire d’Asie et présent depuis peu en Belgique, cet insecte est arrivé en France en 2008 via des buis importés.

Par ailleurs, la production de certaines plantes et fleurs implique des pratiques agricoles intensives amenant à de grandes monocultures et une utilisation de produits chimiques, avec les effets que l’on connaît de ces méthodes sur la biodiversité dans les régions de culture. Prenons l’exemple du Kenya qui produit 70% des roses présentes sur le marché européen. Tout est concentré autour du lac Naivasha qui d’après des scientifiques pourrait disparaître suite à la consommation d’eau et le rejet de produits chimiques nécessaires à cette production de roses.

BeBiodiversity Offrir des roses, un choix épineux pour la biodiversité ?

Toutefois, Il n’y a aucune raison de renoncer à offrir des fleurs ! Des solutions existent. On peut se tourner vers des variétés locales et de saison ou encore choisir des fleurs certifiées.

Si vous voulez en savoir plus sur ces solutions, Ecoconso vous guidera : http://www.ecoconso.be/fr/content/comment-trouver-des-fleurs-et-des-plantes-bio-et-equitables

Les pouvoirs publics se penchent aussi sur la question de la production des matières premières issues du vivant (aliments, fleurs, bois, textiles, …) et de leur impact sur la biodiversité. Le 1er mars, le Service Public fédéral Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement organise, en collaboration avec le Global Nature Fund, l’Université catholique de Louvain et IPES-food, un colloque de réflexion sur la question. Pour participer, inscrivez-vous ici.

Autres actus

BeBiodiversity Phacochère, hérisson ou suricate, quel consommateur êtes-vous ?

Phacochère, hérisson ou suricate, quel consommateur êtes-vous ?

La biodiversité est menacée. L’érosion du nombre d’espèces progresse de manière importante sur terre et en mer. Mais comment agir pour ces espèces animales et végétales dont les habitats sont parfois si loin de chez nous ? Plus de 70 % de l’empreinte biodiversité de la Belgique se situe en dehors de nos frontières et est directement liée à nos importations.

Lire plus
BeBiodiversity Champignons, sortez vos petits parapluies, voici l’automne !

Champignons, sortez vos petits parapluies, voici l’automne !

Quoi de plus amusant que d’agrémenter une balade en forêt par la découverte et la dégustation de ces trésors de l’automne que sont les champignons. Et nous sommes bien servis ! Saviez-vous que la Belgique est le troisième pays d’Europe en matière de diversité de champignons ? Il y aurait plus de 10 000 espèces sur notre territoire, même si les espèces comestibles ne sont que quelques dizaines.

Lire plus
BeBiodiversity La croisière s’amuse, la biodiversité moins…

La croisière s’amuse, la biodiversité moins…

Les croisières ont de plus en plus la cote. Depuis 2009, le nombre de passagers de ce type de vacances est passé de 17,8 à 28 millions. Une hausse de près de 64 % qui n’est pas sans inquiéter les amoureux de la biodiversité,  en particulier pour les croisières vers les pôles.

Lire plus
BeBiodiversity Le sport dans la nature : oui, mais… !

Le sport dans la nature : oui, mais… !

Dans notre société orientée vers les loisirs et le rapport à la nature, on constate une forte croissance des activités sportives et touristiques en milieu naturel. La pêche, l’équitation, la randonnée, le running, le canyoning, l’escalade, le VTT ou le kayak se sont démocratisés et se pratiquent désormais en masse. C’est un marché florissant pour les régions possédant un patrimoine touristique naturel et paysager.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus