BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity
Icon Newsletter #BeBiodiversity

Newsletter #BeBiodiversity

Subscribe and never miss a post

BeBiodiversity Prendre soin de soi sans faire la peau à la biodiversité

Prendre soin de soi sans faire la peau à la biodiversité

Nous aimons prendre soin de nous. Nous consommons quotidiennement des produits de soin : savon, gel douche, déodorant, lotion démaquillante, shampoing, crème hydratante, dentifrice, parfum… Résultat : le belge consomme en moyenne 18 grammes de produits cosmétiques par jour. Mais ce que nous pensons être bon pour nous, ne l’est pas forcément pour la biodiversité.

Origines

Les fabricants mettent souvent en avant l’origine naturelle des ingrédients comme un bienfait, un atout santé et un gage de qualité. Cela témoigne de l’engouement des consommateurs pour des produits de ce type. D’une manière ou d’une autre, tous les ingrédients de ces produits sont prélevés dans la nature. Et les résidus finissent à la poubelle ou dans les égouts. Lorsque les ingrédients sont cultivés, l’impact dépendra des pratiques agricoles et des surfaces utilisées.

Saviez-vous que pour un kilo d’huile essentielle, il faut récolter 4 000 kg de pétales pour la rose de Damas, 600 kg de feuilles pour le géranium ou 330 kg de feuilles pour le patchouli ?

Sur les étiquettes, on trouve souvent de l’huile de palme, provenant de palmiers plantés au détriment de forêts naturelles. Saviez-vous que :

  • entre 1990 et 2010, au moins 3,5 millions d’hectares de forêts naturelles ont été convertis en plantations de palmiers à huile ?
  • environ 20 % de la production d’huile de palme est consommée par l’industrie des cosmétiques ?

Accessoires

Par ailleurs, une femme utiliserait en moyenne 2 000 disques de coton jetables par an, alors que la production de coton a un impact considérable sur la biodiversité. Heureusement, des ingrédients comme les micro-billes en plastique présentes dans certains produits ou les cotons-tiges en plastique qui polluent les océans sont interdits ou vont l’être prochainement.

BeBiodiversity Prendre soin de soi sans faire la peau à la biodiversité

Que faire ?

Évidemment, il n’est pas question de ne plus prendre soin de soi. Un peu de bon sens et quelques gestes de consommateur éclairé permettent de réduire l’impact de notre hygiène quotidienne sur la biodiversité :

  • Je n’utilise que les produits de soin nécessaires et en petites quantités pour limiter la surface agricole nécessaire à la fabrication de mes cosmétiques.
  • J’utilise des cosmétiques dont les méthodes de production sont respectueuses de la biodiversité (ex : labels, production durable, pas de produits chimiques dangereux pour ma santé et celle de la nature).
  • J’utilise si possible des produits avec peu d’emballages, comme les pains de savon, et le plus grand conditionnement possible.
  • J’utilise des accessoires de soin réutilisables comme des disques démaquillants en tissu lavable.

Pour plus de gestes malins pour protéger la biodiversité, c’est ici.

Autres actus

BeBiodiversity Viande de brousse au menu !

Viande de brousse au menu !

La « viande de brousse », parfois appelée viande sauvage, désigne la viande de mammifères non domestiqués, de reptiles, d’amphibiens et d’oiseaux chassés pour la nourriture dans les forêts tropicales et subtropicales. Le prélèvement de viande de brousse dans la nature concerne un très grand nombre d’espèces dans de nombreux pays. Les exemples les plus connus sont les singes, les pangolins et les serpents mais cela concerne aussi les antilopes, les éléphants, les girafes ou les petits carnivores comme les civettes. Cette pratique souvent illégale est considérée comme une menace pour la santé humaine, l’agriculture, mais aussi pour la biodiversité et le fonctionnement de certains écosystèmes.

Lire plus
BeBiodiversity Les cadeaux ? Quels cadeaux ?

Les cadeaux ? Quels cadeaux ?

Cette année encore, la hotte de Saint-Nicolas et le traineau du père Noël seront remplis de jouets en plastique, de piles, de jouets peu durables, de contrefaçons aux conditions de fabrication douteuses, peu éthiques ou dangereuses pour l’environnement et les enfants. Et si on changeait ça aussi ?

Lire plus
BeBiodiversity Prêts pour un frisson d’Halloween plus durable ?

Prêts pour un frisson d’Halloween plus durable ?

Monstres, sorcières, zombies, fantômes, … aucun costume n’est trop fou pour célébrer ce moment de frisson et de plaisir annuel. Comment rester éco-responsable pendant cette fête diabolique ? Avec nos conseils d’habillage et de décoration, il y aura plus de peur que de mal !

Lire plus
BeBiodiversity Faut-il les tuer pour mieux les protéger ?

Faut-il les tuer pour mieux les protéger ?

A la fin du mois d’août, la Conférence sur le commerce international des espèces menacées – la CITES – s’est terminée sur une série de nouvelles décisions visant à mieux protéger une série d’animaux vulnérables et en danger d’extinction. Parmi ces animaux, la girafe, le plus grand mammifère terrestre, une véritable icône de la savane africaine.

Lire plus
BeBiodiversity La lutte contre les espèces exotiques invasives s’organise

La lutte contre les espèces exotiques invasives s’organise

Les espèces exotiques envahissantes, aussi appelées espèces invasives, sont des espèces introduites par l’homme en dehors de leur aire d’origine. Elles constituent une menace importante pour la biodiversité et les services fournis par les écosystèmes comme la production végétale, l’épuration de l’eau et la pollinisation.

Lire plus
BeBiodiversity Une diversité envahissante ?

Une diversité envahissante ?

De tout temps les espèces animales ou végétales ont colonisé le globe et occupé des espaces de vie en fonction de leurs capacités d’adaptation. Mais l’homme a également introduit volontairement ou par accident des espèces animales et végétales ainsi que des champignons et microorganismes en dehors de leurs habitats habituels. Certaines espèces s’acclimatent et prospèrent localement au point de devenir invasives.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus