BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Prendre soin de soi sans faire la peau à la biodiversité

Prendre soin de soi sans faire la peau à la biodiversité

Nous aimons prendre soin de nous. Nous consommons quotidiennement des produits de soin : savon, gel douche, déodorant, lotion démaquillante, shampoing, crème hydratante, dentifrice, parfum… Résultat : le belge consomme en moyenne 18 grammes de produits cosmétiques par jour. Mais ce que nous pensons être bon pour nous, ne l’est pas forcément pour la biodiversité.

Origines

Les fabricants mettent souvent en avant l’origine naturelle des ingrédients comme un bienfait, un atout santé et un gage de qualité. Cela témoigne de l’engouement des consommateurs pour des produits de ce type. D’une manière ou d’une autre, tous les ingrédients de ces produits sont prélevés dans la nature. Et les résidus finissent à la poubelle ou dans les égouts. Lorsque les ingrédients sont cultivés, l’impact dépendra des pratiques agricoles et des surfaces utilisées.

Saviez-vous que pour un kilo d’huile essentielle, il faut récolter 4 000 kg de pétales pour la rose de Damas, 600 kg de feuilles pour le géranium ou 330 kg de feuilles pour le patchouli ?

Sur les étiquettes, on trouve souvent de l’huile de palme, provenant de palmiers plantés au détriment de forêts naturelles. Saviez-vous que :

  • entre 1990 et 2010, au moins 3,5 millions d’hectares de forêts naturelles ont été convertis en plantations de palmiers à huile ?
  • environ 20 % de la production d’huile de palme est consommée par l’industrie des cosmétiques ?

Accessoires

Par ailleurs, une femme utiliserait en moyenne 2 000 disques de coton jetables par an, alors que la production de coton a un impact considérable sur la biodiversité. Heureusement, des ingrédients comme les micro-billes en plastique présentes dans certains produits ou les cotons-tiges en plastique qui polluent les océans sont interdits ou vont l’être prochainement.

BeBiodiversity Prendre soin de soi sans faire la peau à la biodiversité

Que faire ?

Évidemment, il n’est pas question de ne plus prendre soin de soi. Un peu de bon sens et quelques gestes de consommateur éclairé permettent de réduire l’impact de notre hygiène quotidienne sur la biodiversité :

  • Je n’utilise que les produits de soin nécessaires et en petites quantités pour limiter la surface agricole nécessaire à la fabrication de mes cosmétiques.
  • J’utilise des cosmétiques dont les méthodes de production sont respectueuses de la biodiversité (ex : labels, production durable, pas de produits chimiques dangereux pour ma santé et celle de la nature).
  • J’utilise si possible des produits avec peu d’emballages, comme les pains de savon, et le plus grand conditionnement possible.
  • J’utilise des accessoires de soin réutilisables comme des disques démaquillants en tissu lavable.

Pour plus de gestes malins pour protéger la biodiversité, c’est ici.

Autres actus

BeBiodiversity Champignons, sortez vos petits parapluies, voici l’automne !

Champignons, sortez vos petits parapluies, voici l’automne !

Quoi de plus amusant que d’agrémenter une balade en forêt par la découverte et la dégustation de ces trésors de l’automne que sont les champignons. Et nous sommes bien servis ! Saviez-vous que la Belgique est le troisième pays d’Europe en matière de diversité de champignons ? Il y aurait plus de 10 000 espèces sur notre territoire, même si les espèces comestibles ne sont que quelques dizaines.

Lire plus
BeBiodiversity La croisière s’amuse, la biodiversité moins…

La croisière s’amuse, la biodiversité moins…

Les croisières ont de plus en plus la cote. Depuis 2009, le nombre de passagers de ce type de vacances est passé de 17,8 à 28 millions. Une hausse de près de 64 % qui n’est pas sans inquiéter les amoureux de la biodiversité,  en particulier pour les croisières vers les pôles.

Lire plus
BeBiodiversity Le sport dans la nature : oui, mais… !

Le sport dans la nature : oui, mais… !

Dans notre société orientée vers les loisirs et le rapport à la nature, on constate une forte croissance des activités sportives et touristiques en milieu naturel. La pêche, l’équitation, la randonnée, le running, le canyoning, l’escalade, le VTT ou le kayak se sont démocratisés et se pratiquent désormais en masse. C’est un marché florissant pour les régions possédant un patrimoine touristique naturel et paysager.

Lire plus
BeBiodiversity Du carbone compensé pour protéger la biodiversité

Du carbone compensé pour protéger la biodiversité

Les voyages en avion émettent d’importantes quantités de gaz à effet de serre, qui réchauffent la planète. Pas de quoi renoncer à vos vacances estivales ! De nombreux havres de paix ne sont qu’à quelques gares de chez vous. Mais si vraiment l’avion est indispensable, vous pouvez limiter les dégâts en compensant les émissions carbone de votre vol, c’est-à-dire en économisant une quantité équivalente de CO2 ailleurs.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus