BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity
Icon Newsletter #BeBiodiversity

Newsletter #BeBiodiversity

Subscribe and never miss a post

BeBiodiversity Quelles leçons tirer du rapport IPBES sur l’état de la biodiversité ?

Quelles leçons tirer du rapport IPBES sur l’état de la biodiversité ?

En ce 22 mai, journée internationale de la biodiversité, il est utile de s’arrêter sur les éléments-clés du rapport de l’IPBES (le GIEC de la Biodiversité). Si le rapport dresse un constat implacable, il présente également plusieurs scénarios sur ce qui pourrait se passer à l’avenir en fonction des décisions prises ou de l’absence de décisions.

La professeure Sandra Díaz (Argentine) qui a co-présidé l’évaluation internationale, tire la sonnette d’alarme : « Les contributions apportées par la biodiversité et la nature aux populations forment le plus important ’filet de sécurité’ pour la survie de l’humanité. Mais ce filet de sécurité a été étiré jusqu’à son point de rupture. ».

Mais il ne suffit pas de crier au loup, il faut aussi agir et vite ! C’est le message de Sir Robert Watson, le président de l’IPBES : « Il n’est pas trop tard pour agir, mais seulement si nous commençons à le faire maintenant à tous les niveaux, du local au mondial. ».

Un constat accablant en Belgique aussi !

Les espèces disparaissent à une vitesse sans précédent. Plus d’1 million d’espèces sur les 8 millions que comptent la planète seraient menacées d’extinction.

Parmi les espèces animales, la situation est particulièrement problématique pour :

  • les amphibiens qui paient le plus lourd tribut : plus de 40 % des espèces sont directement menacées
  • tous les mammifères marins dont plus d’un tiers sont en voie d’extinction
  • les récifs coralliens dont près d’un tiers risquent de disparaître à jamais.

En Belgique, les espèces les plus menacées sont les reptiles (57%), les fourmis (52%) et les amphibiens (43%). La situation est précaire pour d’autres catégories d’insectes comme les araignées et les libellules (plus de 33% de leurs populations sont au bord de l’extinction). Plusieurs espèces de scarabées et de papillons ont d’ores et déjà disparu. La survie de près de 30% des oiseaux et de 28 % des mammifères serait également compromise.

BeBiodiversity Quelles leçons tirer du rapport IPBES sur l’état de la biodiversité ?

Pourquoi cette extinction de masse ?

Les auteurs de l’évaluation ont classé les facteurs directs qui ont les plus forts impacts à l’échelle mondiale. Les facteurs responsables sont, par ordre décroissant :

1 : les changements d’usage des terres et de la mer ;

2 : l’exploitation directe de certains organismes ;

3 : le changement climatique ;

4 : la pollution ;

5 : les espèces exotiques envahissantes

Le rapport souligne aussi que, depuis 1980, les émissions de gaz à effet de serre ont été multipliées par deux et que les changements climatiques se répercutent sur la nature. Cet impact devrait encore augmenter au cours des décennies à venir et devrait même devenir, dans certains cas, la première cause de de la détérioration de la biodiversité.

A trajectoires inchangées, quels scénarios pour l’avenir ?

Le rapport met en évidence que les trajectoires actuelles ne permettent pas d’atteindre les objectifs mondiaux visant à conserver et exploiter durablement la nature.

Les objectifs fixés pour 2030 et au-delà ne pourront être atteints que par un changement totalement transformateur dans les domaines de l’économie, de la société, de la politique et de la technologie.

Les tendances négatives actuelles concernant la biodiversité et les écosystèmes vont freiner la réalisation de la plupart des objectifs de développement durable (SDG’s) des Nations-Unies et ce plus particulièrement pour ceux liés à la pauvreté, la faim, la santé, l’eau, les villes, le climat, les océans et les sols.

Ces tendances négatives devraient continuer jusqu’en 2050 et au-delà, dans tous les scénarios politiques explorés dans le rapport, sauf dans ceux qui proposent un changement transformateur radical.

BeBiodiversity Quelles leçons tirer du rapport IPBES sur l’état de la biodiversité ?

Comment corriger le tir ?

Le rapport présente également un large éventail d’exemples d’actions en faveur du développement durable et les trajectoires pour les réaliser dans des secteurs tels que l’agriculture, la gestion forestière, les écosystèmes marins, les écosystèmes d’eau douce, les zones urbaines, l’énergie, les finances et bien d’autres.

En vue de créer une économie mondiale durable, les auteurs jugent le concept de la croissance économique trop limité et préconisent de faire évoluer non seulement les systèmes économiques mondiaux mais aussi les systèmes financiers. Ainsi – il ne s’agit que d’un  exemple parmi d’autres – ils proposent de faire évoluer l’indicateur du produit national brut afin d’y intégrer des critères liés à la qualité de la vie et à des perspectives économiques plus durables.

Quelles suites ?

Lors de la dernière Conférence des Parties de la Convention sur la diversité biologique, il a été décidé de lancer un nouveau plan d’action ambitieux pour les prochaines décennies : la Vision 2050 pour la biodiversité. L’adoption de ce plan sera l’objectif de la Conférence de Bejing en 2020. Ce sommet sera donc crucial pour définir de nouvelles trajectoires mondiales. Quelle y sera la contribution de la Belgique ? Les experts belges sont déjà à pied d’œuvre pour établir les pistes d’actions qui devront être présentées aux décideurs politiques en vue de la conférence.

Pour plus d’informations :

Autres actus

BeBiodiversity Viande de brousse au menu !

Viande de brousse au menu !

La « viande de brousse », parfois appelée viande sauvage, désigne la viande de mammifères non domestiqués, de reptiles, d’amphibiens et d’oiseaux chassés pour la nourriture dans les forêts tropicales et subtropicales. Le prélèvement de viande de brousse dans la nature concerne un très grand nombre d’espèces dans de nombreux pays. Les exemples les plus connus sont les singes, les pangolins et les serpents mais cela concerne aussi les antilopes, les éléphants, les girafes ou les petits carnivores comme les civettes. Cette pratique souvent illégale est considérée comme une menace pour la santé humaine, l’agriculture, mais aussi pour la biodiversité et le fonctionnement de certains écosystèmes.

Lire plus
BeBiodiversity Les cadeaux ? Quels cadeaux ?

Les cadeaux ? Quels cadeaux ?

Cette année encore, la hotte de Saint-Nicolas et le traineau du père Noël seront remplis de jouets en plastique, de piles, de jouets peu durables, de contrefaçons aux conditions de fabrication douteuses, peu éthiques ou dangereuses pour l’environnement et les enfants. Et si on changeait ça aussi ?

Lire plus
BeBiodiversity Prêts pour un frisson d’Halloween plus durable ?

Prêts pour un frisson d’Halloween plus durable ?

Monstres, sorcières, zombies, fantômes, … aucun costume n’est trop fou pour célébrer ce moment de frisson et de plaisir annuel. Comment rester éco-responsable pendant cette fête diabolique ? Avec nos conseils d’habillage et de décoration, il y aura plus de peur que de mal !

Lire plus
BeBiodiversity Faut-il les tuer pour mieux les protéger ?

Faut-il les tuer pour mieux les protéger ?

A la fin du mois d’août, la Conférence sur le commerce international des espèces menacées – la CITES – s’est terminée sur une série de nouvelles décisions visant à mieux protéger une série d’animaux vulnérables et en danger d’extinction. Parmi ces animaux, la girafe, le plus grand mammifère terrestre, une véritable icône de la savane africaine.

Lire plus
BeBiodiversity La lutte contre les espèces exotiques invasives s’organise

La lutte contre les espèces exotiques invasives s’organise

Les espèces exotiques envahissantes, aussi appelées espèces invasives, sont des espèces introduites par l’homme en dehors de leur aire d’origine. Elles constituent une menace importante pour la biodiversité et les services fournis par les écosystèmes comme la production végétale, l’épuration de l’eau et la pollinisation.

Lire plus
BeBiodiversity Une diversité envahissante ?

Une diversité envahissante ?

De tout temps les espèces animales ou végétales ont colonisé le globe et occupé des espaces de vie en fonction de leurs capacités d’adaptation. Mais l’homme a également introduit volontairement ou par accident des espèces animales et végétales ainsi que des champignons et microorganismes en dehors de leurs habitats habituels. Certaines espèces s’acclimatent et prospèrent localement au point de devenir invasives.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus