BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity
Icon Newsletter #BeBiodiversity

Newsletter #BeBiodiversity

Subscribe and never miss a post

BeBiodiversity Un régime très carné : quelles conséquences sur la biodiversité ?

Un régime très carné : quelles conséquences sur la biodiversité ?

Saviez-vous que le secteur de l’alimentation est la cause principale des dégâts environnementaux dans l’Union européenne, suivi du logement et de la mobilité ?[1] Bien que de nombreux consommateurs en soient conscients, nous avons tendance à sous-estimer les effets de nos habitudes alimentaires sur l’environnement[2]. Si ce n’est pas une bonne nouvelle, cela signifie tout de même que les choix que nous faisons peuvent vraiment faire la différence. Mais peut-on vraiment protéger la biodiversité en passant à table ?

À l’échelle mondiale, 65 milliards d’animaux sont abattus annuellement pour satisfaire notre consommation carnée. Si en Europe et aux Etats-Unis, la consommation de viande stagne, voire ralenti depuis quelques années (la consommation moyenne annuelle de viande des belges est passée de 82,4 kg en 2010 à 72,2 kg en 2020[3]), dans d’autres régions du monde – comme en Chine et en Inde par exemple – la consommation de viande connaît un véritable essor, notamment en raison de l’augmentation des revenus. La production mondiale a même quintuplé entre 1950 et 2000. Chiffrée à 309 millions de tonnes en 2013, elle pourrait bien atteindre 465 millions en 2050 sur une planète à plus de 9 milliards d’êtres humains.[4]

Une telle augmentation de la production de viande a pourtant des conséquences sur la biodiversité et sur la santé humaine. Les dommages sur les écosystèmes sont notamment générés par les élevages de bétail de plus en plus intensifs pour répondre à la demande croissante de viande rouge : déforestation pour transformer les forêts en cultures de céréales destinées à nourrir les animaux, pollution de l’eau et des sols, émissions de gaz à effets de serre, maltraitance des animaux, introduction de substances chimiques potentiellement dangereuses dans la chaîne alimentaire (antibiotiques, hormones de croissance, etc.).

BeBiodiversity Un régime très carné : quelles conséquences sur la biodiversité ?
Conversion d'un forêt tropicale atlantique en champs de soja (Adobe Stock)

Déforestation

La consommation actuelle de viande serait responsable de la destruction de 62% des forêts et autres écosystèmes[5]. La production d’1 kg de viande nécessite en effet entre 7 et 12kg de céréales[6]. Ce qui engendre le déboisement de millions d’hectares chaque année dans le monde pour y planter du blé, du maïs ou du soja visant à nourrir le bétail. Par ailleurs, 70% des terres agricoles sont aujourd’hui destinées à nourrir les animaux, 65% au niveau européen.[7]

Les forêts tropicales sont des écosystèmes particulièrement en danger. Un demi-hectare de forêt tropicale, soit l’équivalent de la surface d’un terrain de foot, est détruit toutes les secondes, avec pour corollaire la disparition de nombreuses espèces de plantes, d’animaux, d’insectes.[8]

Pollution et émission de gaz à effets de serre

Les élevages intensifs, très gourmands en eau (plus d’info ici), sont également sources de pollution en raison du nitrate et du phosphore dus aux épandages de fumier et de lisier. Le non-traitement des excréments de bovins générerait plus de 500 zones mortes saturées d’azote dans les océans[9]. Les rejets de pesticides et d’engrais contaminent les zones aquatiques et les sols qui s’appauvrissent.

D’après l’Organisation des nations-unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’élevage serait responsable de 20% des émissions de gaz à effet de serres (données 2017[10]), en raison de sa forte émission de méthane et de protoxyde d’azote, devançant ainsi le secteur du transport. Ces deux gaz résultent de l’usage d’engrais pour les cultures et de la digestion des ruminants. Ils ont un potentiel de réchauffement respectivement 25 et 300 fois supérieur à celui du CO2.[11] Une étude menée au Royaume-Uni a révélé que les émissions de gaz à effets de serre de la viande de bœuf s’élevaient à 16 kg d’équivalent CO2 par kilo de viande de bœuf, contre 0,8 kg d’équivalent CO2 par kilo de blé (Garnett 2009). En termes d’émissions de gaz à effets de serre, « la consommation d’un kilo de bœuf domestique dans un ménage représente l’utilisation d’une automobile sur une distance de 160 km. » (Carlsson-Kanyama et González 2009) Or, les changements climatiques constituent une importante menace pour la biodiversité et l’équilibre des écosystèmes.

Dès lors, quelles solutions puis-je adopter pour réduire mon empreinte et améliorer ma santé ? Découvrez-le dans l’article « Mieux manger pour sauver la biodiversité ».

 

[1] European Commission Joint Research Centre, Indicators and assessment of the environmental impact of EU consumption, 2019.
[2] Autriche, Belgique, Allemagne, Grèce, Italie, Lituanie, Pays-Bas, Portugal, Slovaquie, Slovénie, Espagne. Des travaux sur le terrain ont eu lieu en octobre-novembre 2019, auprès d’un échantillon représentatif de plus de 11 000 consommateurs.

[3] https://www.retaildetail.be/fr/news/food/les-belges-mangent-toujours-moins-de-viande
[4] Le monde, l’impact de la viande sur l’environnement expliqué en 4 minutes, L’impact de la viande sur l’environnement expliqué en 4 minutes – YouTube

[5] Pendrill, F., Persson, U. M., Godar, J., Kastner, T., Moran, D., Schmidt, S., & Wood, R. (2019a). Agricultural and forestry trade drives large share of tropical deforestation emissions. Global Environmental Change, 56, 1-10.
[6] Le monde, l’impact de la viande sur l’environnement expliqué en 4 minutes, L’impact de la viande sur l’environnement expliqué en 4 minutes – YouTube
[7] Impacts of European livestock production: nitrogen, sulphur, phosphorus and greenhouse gas emissions, land-use, water eutrophication and biodiversity https://iopscience.iop.org/article/10.1088/1748-9326/10/11/115004/meta
[8]Le monde, Faut-il arrêter de manger de la viande ?
[9] Kip Andersen, Keegan Kuhn, Documentaire Cowspiracy
[10] http://www.fao.org/economic/ess/environment/data/emission-shares/en/
[11] Le monde, Pourquoi la viande est-elle si nocive pour la planète ?

Autres actus

BeBiodiversity Mieux manger pour sauver la biodiversité

Mieux manger pour sauver la biodiversité

Nos choix alimentaires ont des effets considérables sur la biodiversité et les écosystèmes, mais aussi sur notre santé. La production intensive de viande est notamment responsable de la destruction de nombreux écosystèmes dans le monde et sa consommation excessive source de diverses maladies. Pourtant la demande ne fait que croître sur une planète de plus en plus peuplée et aux ressources naturelles limitées. En tant qu’individu, avons-nous un rôle à jouer pour atténuer cette tendance dans un monde globalisé ? La réponse est oui !

Lire plus
BeBiodiversity Consommer autrement pour protéger les forêts

Consommer autrement pour protéger les forêts

Les activités humaines sont liées à la biodiversité et aux services qu’elle nous rend, de manière directe ou indirecte. Nous bénéficions de bienfaits et de produits qui sont offerts par cette biodiversité et parfois par des écosystèmes très éloignés, tels que les forêts tropicales. Cela signifie que nos actions peuvent aussi avoir un impact sur ces écosystèmes, proches ou lointains.

Lire plus
BeBiodiversity SOS Forêts en détresse

SOS Forêts en détresse

Les forêts couvrent actuellement un tiers de la surface terrestre de la planète. Vitales à l’existence des sociétés humaines, elles jouent un rôle essentiel pour les ressources en eau douce, pour la biodiversité et pour le stockage du carbone. Elles abritent de nombreux peuples autochtones et communautés locales qui dépendent d’elles pour leur survie. Elles constituent une grande source d’inspiration à travers l’imaginaire et l’apaisement qu’elles nous procurent. Elles remplissent également une mission sanitaire en nous protégeant de certains virus, comme nous le rappelle la pandémie actuelle.

Lire plus
BeBiodiversity Détricoter le lien entre le trafic des tortues marines et la pollution plastique

Détricoter le lien entre le trafic des tortues marines et la pollution plastique

Chaque année des milliers de tortues rejoignent leur lieu de naissance sur les plages du Pacifique Sud pour y pondre leurs œufs. Parmi elles, les tortues olivâtres, la tortue luth du Pacifique et la tortue imbriquée. Si en mer leur grâce, leur agilité et leur vitesse charment et surprennent, sur les plages, elles sont lentes et vulnérables. Certaines espèces mettent 20 ans avant d’arriver en âge de se reproduire.

Lire plus
BeBiodiversity Halte aux espèces exotiques envahissantes

Halte aux espèces exotiques envahissantes

Quel est le point commun entre la tortue de Floride, la berce du Caucase et le frelon asiatique ? Exotiques ? Prédatrices ? Compétitives ? La réponse à cette question est loin d’être anodine et représente un enjeu crucial pour la préservation de la biodiversité. Aussi remarquables soient-elles, ces espèces sont massivement présentes en Belgique et font partie des 66 espèces reprises dans la liste d’espèces exotiques envahissantes préoccupantes pour l’Union européenne.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus