BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Viande et biodiversité : un lien complexe

Viande et biodiversité : un lien complexe

Parmi les aliments les plus décriés pour leur impact environnemental se trouve la viande (bœuf, volaille, porc, etc.). Mais en quoi cela affecte-t-il la biodiversité ?

 

Le dernier rapport 2013 de la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) estime que l’élevage de bétail est responsable de 14,5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. L’augmentation de la concentration de ces gaz est l’un des facteurs bien connus du changement climatique qui est lui-même l’une des principales menaces pesant sur la biodiversité.

En élevage industriel, la production d’un kilo de bœuf absorberait 13 500 litres d’eau ; un kilo de porc équivaudrait à 4 600 litres et un kilo de poulet à 4 100 litres. La majeure partie de cette eau a été nécessaire pour produire leur fourrage : soja, maïs et autres céréales. L’impact biodiversité provient donc d’une compétition pour l’eau mais également des pratiques agricoles utilisées.

La destruction des habitats pour l’élevage et par l’élevage est aussi une réalité à prendre en compte. La faune et la flore d’origine sont souvent fortement impactées par le changement d’affectation du sol.

Ces chiffres mondiaux ne reflètent cependant pas les réalités très diverses de l’élevage. Difficile de mettre sur le même pied, l’élevage bovin intensif aux Etats-Unis où existent des fermes de plusieurs milliers de vaches, l’élevage parfois encore nomade dans certaines régions d’Afrique et l’élevage  de nos contrées. Non seulement les pratiques diffèrent, mais aussi les écosystèmes, et donc les impacts.

BeBiodiversity Viande et biodiversité : un lien complexe

La viande en Belgique

En Belgique, l’agriculture est responsable de 10% des émissions de gaz à effet de serre, dont 6% proviennent de  l’élevage. Les pratiques agricoles et la nourriture destinée à l’élevage peuvent alourdir ou alléger l’empreinte de la viande belge.

L’élevage extensif de bœuf permet, selon les pratiques des éleveurs, de donner aux prairies permanentes un rôle de « puits de carbone » : elles absorbent plus de CO2 qu’elles n’en émettent.

La Belgique importe par contre chaque année des centaines de milliers de tonnes de tourteaux de soja pour l’alimentation animale du Brésil, d’Argentine, des Etats-Unis et du Canada.

Et la biodiversité dans tout ça ?

Les prairies permanentes font partie du paysage belge et peuvent contribuer à la préservation de la faune et de la flore. Certains milieux riches en biodiversité, comme les pelouses calcaires, ont même été formés par les pratiques agro-pastorales traditionnelles. L’impact sur la biodiversité dépend des pratiques agricoles exercées telles que les méthodes de fertilisation ou le nombre de bêtes en prairie.

La déforestation de la forêt amazonienne due à la culture du soja aurait drastiquement baissé en 10 ans grâce à sa dénonciation par diverses ONG. Toutefois, il semblerait que la destruction des habitats se déporte sur un autre écosystème : le Cerrado. Cet écosystème abritant 5% de la biodiversité mondiale, dont 800 espèces d’oiseaux, se voit aujourd’hui menacé et remplacé par des champs de soja à perte de vue.

BeBiodiversity Viande et biodiversité : un lien complexe
Déforestation (1988-2010) source: ministère de l’Environnement du Brésil (Ministério do Meio Ambiente, MMA)
BeBiodiversity Viande et biodiversité : un lien complexe
Champs de soja au Paraguay. By Patty P (Own work) [Public domain], via Wikimedia Commons

Que faire ?

En 2015, le Belge consommait en moyenne 84.1 kg de viande (toute viande confondue) par an. Cela équivaut à environ 1,6 kg par semaine. Dans un avis rendu en 2013, le Conseil supérieur de la Santé recommande pourtant de limiter la consommation à maximum « 500 g/semaine pour un individu qui mange de la viande rouge et de consommer peu, voire pas du tout, de charcuteries à base de viande rouge ».

Une étude de l’autorité fédérale démontre qu’une réduction de moitié de la consommation de viande peut contribuer à une réduction significative des émissions de gaz à effet de serre. D’un point de vue de santé publique et de préservation de l’environnement, il est donc impératif de limiter sa consommation et de bien choisir la viande : se renseigner sur sa provenance, privilégier les circuits de distribution courts, voire établir une relation directe avec un éleveur local. Des gestes qui respectent à la fois le produit, le producteur et la biodiversité.

Autres actus

BeBiodiversity Bois et instruments de musique

Bois et instruments de musique

Malgré d’importantes avancées concernant notre connaissance des matériaux, le bois reste le matériau de prédilection pour la construction des instruments de musique. Ce sont les caractéristiques uniques de poids, de dureté, de résistance et de capacité à résonner qui en déterminent l’utilisation pour les instruments à cordes, les instruments à vent et les percussions. Chaque instrument est un assemblage de bois durs et tendres à la recherche des conditions optimales de sonorité.

Lire plus
BeBiodiversity Des scampis à volonté, au grand dam de la biodiversité

Des scampis à volonté, au grand dam de la biodiversité

Crevettes, scampis ou gambas ont longtemps été des mets rares, raffinés et chers. Mais de nos jours, leur consommation a explosé : dans le monde, on estime qu’en 2023, environ 6 millions de tonnes de crevettes seront consommées par an ! En 20 ans, la production aurait été multipliée par 9. Un boum qui fait des dégâts sur la biodiversité.

Lire plus
BeBiodiversity Détruire de l’ivoire pour la défense des éléphants sauvages

Détruire de l’ivoire pour la défense des éléphants sauvages

Chaque quart d’heure, un éléphant disparaît, victime du braconnage. Les éléphants sauvages d’Afrique et d’Asie sont menacés d’extinction. L’ivoire provient des défenses, c’est-à-dire des dents des éléphants. Personne ne se risquerait à arracher les dents d’un éléphant vivant : l’abattre est la solution la plus facile pour les trafiquants.

Lire plus
BeBiodiversity Des experts inquiets au chevet de la biodiversité

Des experts inquiets au chevet de la biodiversité

En trois ans, cinq cent cinquante experts bénévoles de cent pays ont compilé dix mille publications scientifiques, complétées par des données statistiques et un inventaire des savoirs traditionnels locaux. L’objectif de ce travail colossal coordonné par la Plate-Forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) était de fournir aux décideurs de la planète cinq rapports sur l’état de la biodiversité mondiale.

Lire plus
BeBiodiversity La vanille, un plaisir bientôt inaccessible ?

La vanille, un plaisir bientôt inaccessible ?

Son arôme puissant et délicat en fait une épice très appréciée. Et bien qu’elle se retrouve un peu partout dans les produits alimentaires, les cosmétiques ou encore les huiles essentielles, la vanille fait pourtant partie des épices les plus chères avec le safran et pourrait devenir un produit aussi luxueux que ce dernier. En effet, sa production est de plus en plus menacée…

Lire plus
BeBiodiversity Les pesticides : des évolutions timides

Les pesticides : des évolutions timides

De nouvelles études et rapports confirment quotidiennement l’état alarmant de la biodiversité. Le constat ne concerne plus uniquement des espèces emblématiques telles que l’ours polaire ou le rhinocéros blanc. Les espèces les plus communes sont aussi menacées… C’est le cas des oiseaux communs dont le nombre en Wallonie a diminué de 50% en 25 ans ! Parmi les causes de ce déclin en Europe, arrivent en première place l’agriculture intensive et l’utilisation de pesticides. Le recours aux pesticides par les particuliers est également problématique. Petit récapitulatif des évolutions récentes concernant ces produits.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus