BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity
Icon Newsletter #BeBiodiversity

Newsletter #BeBiodiversity

Subscribe and never miss a post

BeBiodiversity Viande et biodiversité : un lien complexe

Viande et biodiversité : un lien complexe

Parmi les aliments les plus décriés pour leur impact environnemental se trouve la viande (bœuf, volaille, porc, etc.). Mais en quoi cela affecte-t-il la biodiversité ?

 

Le dernier rapport 2013 de la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) estime que l’élevage de bétail est responsable de 14,5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. L’augmentation de la concentration de ces gaz est l’un des facteurs bien connus du changement climatique qui est lui-même l’une des principales menaces pesant sur la biodiversité.

En élevage industriel, la production d’un kilo de bœuf absorberait 13 500 litres d’eau ; un kilo de porc équivaudrait à 4 600 litres et un kilo de poulet à 4 100 litres. La majeure partie de cette eau a été nécessaire pour produire leur fourrage : soja, maïs et autres céréales. L’impact biodiversité provient donc d’une compétition pour l’eau mais également des pratiques agricoles utilisées.

La destruction des habitats pour l’élevage et par l’élevage est aussi une réalité à prendre en compte. La faune et la flore d’origine sont souvent fortement impactées par le changement d’affectation du sol.

Ces chiffres mondiaux ne reflètent cependant pas les réalités très diverses de l’élevage. Difficile de mettre sur le même pied, l’élevage bovin intensif aux Etats-Unis où existent des fermes de plusieurs milliers de vaches, l’élevage parfois encore nomade dans certaines régions d’Afrique et l’élevage  de nos contrées. Non seulement les pratiques diffèrent, mais aussi les écosystèmes, et donc les impacts.

BeBiodiversity Viande et biodiversité : un lien complexe

La viande en Belgique

En Belgique, l’agriculture est responsable de 10% des émissions de gaz à effet de serre, dont 6% proviennent de  l’élevage. Les pratiques agricoles et la nourriture destinée à l’élevage peuvent alourdir ou alléger l’empreinte de la viande belge.

L’élevage extensif de bœuf permet, selon les pratiques des éleveurs, de donner aux prairies permanentes un rôle de « puits de carbone » : elles absorbent plus de CO2 qu’elles n’en émettent.

La Belgique importe par contre chaque année des centaines de milliers de tonnes de tourteaux de soja pour l’alimentation animale du Brésil, d’Argentine, des Etats-Unis et du Canada.

Et la biodiversité dans tout ça ?

Les prairies permanentes font partie du paysage belge et peuvent contribuer à la préservation de la faune et de la flore. Certains milieux riches en biodiversité, comme les pelouses calcaires, ont même été formés par les pratiques agro-pastorales traditionnelles. L’impact sur la biodiversité dépend des pratiques agricoles exercées telles que les méthodes de fertilisation ou le nombre de bêtes en prairie.

La déforestation de la forêt amazonienne due à la culture du soja aurait drastiquement baissé en 10 ans grâce à sa dénonciation par diverses ONG. Toutefois, il semblerait que la destruction des habitats se déporte sur un autre écosystème : le Cerrado. Cet écosystème abritant 5% de la biodiversité mondiale, dont 800 espèces d’oiseaux, se voit aujourd’hui menacé et remplacé par des champs de soja à perte de vue.

BeBiodiversity Viande et biodiversité : un lien complexe
Déforestation (1988-2010) source: ministère de l’Environnement du Brésil (Ministério do Meio Ambiente, MMA)
BeBiodiversity Viande et biodiversité : un lien complexe
Champs de soja au Paraguay. By Patty P (Own work) [Public domain], via Wikimedia Commons

Que faire ?

En 2015, le Belge consommait en moyenne 84.1 kg de viande (toute viande confondue) par an. Cela équivaut à environ 1,6 kg par semaine. Dans un avis rendu en 2013, le Conseil supérieur de la Santé recommande pourtant de limiter la consommation à maximum « 500 g/semaine pour un individu qui mange de la viande rouge et de consommer peu, voire pas du tout, de charcuteries à base de viande rouge ».

Une étude de l’autorité fédérale démontre qu’une réduction de moitié de la consommation de viande peut contribuer à une réduction significative des émissions de gaz à effet de serre. D’un point de vue de santé publique et de préservation de l’environnement, il est donc impératif de limiter sa consommation et de bien choisir la viande : se renseigner sur sa provenance, privilégier les circuits de distribution courts, voire établir une relation directe avec un éleveur local. Des gestes qui respectent à la fois le produit, le producteur et la biodiversité.

Autres actus

BeBiodiversity Viande de brousse au menu !

Viande de brousse au menu !

La « viande de brousse », parfois appelée viande sauvage, désigne la viande de mammifères non domestiqués, de reptiles, d’amphibiens et d’oiseaux chassés pour la nourriture dans les forêts tropicales et subtropicales. Le prélèvement de viande de brousse dans la nature concerne un très grand nombre d’espèces dans de nombreux pays. Les exemples les plus connus sont les singes, les pangolins et les serpents mais cela concerne aussi les antilopes, les éléphants, les girafes ou les petits carnivores comme les civettes. Cette pratique souvent illégale est considérée comme une menace pour la santé humaine, l’agriculture, mais aussi pour la biodiversité et le fonctionnement de certains écosystèmes.

Lire plus
BeBiodiversity Les cadeaux ? Quels cadeaux ?

Les cadeaux ? Quels cadeaux ?

Cette année encore, la hotte de Saint-Nicolas et le traineau du père Noël seront remplis de jouets en plastique, de piles, de jouets peu durables, de contrefaçons aux conditions de fabrication douteuses, peu éthiques ou dangereuses pour l’environnement et les enfants. Et si on changeait ça aussi ?

Lire plus
BeBiodiversity Prêts pour un frisson d’Halloween plus durable ?

Prêts pour un frisson d’Halloween plus durable ?

Monstres, sorcières, zombies, fantômes, … aucun costume n’est trop fou pour célébrer ce moment de frisson et de plaisir annuel. Comment rester éco-responsable pendant cette fête diabolique ? Avec nos conseils d’habillage et de décoration, il y aura plus de peur que de mal !

Lire plus
BeBiodiversity Faut-il les tuer pour mieux les protéger ?

Faut-il les tuer pour mieux les protéger ?

A la fin du mois d’août, la Conférence sur le commerce international des espèces menacées – la CITES – s’est terminée sur une série de nouvelles décisions visant à mieux protéger une série d’animaux vulnérables et en danger d’extinction. Parmi ces animaux, la girafe, le plus grand mammifère terrestre, une véritable icône de la savane africaine.

Lire plus
BeBiodiversity La lutte contre les espèces exotiques invasives s’organise

La lutte contre les espèces exotiques invasives s’organise

Les espèces exotiques envahissantes, aussi appelées espèces invasives, sont des espèces introduites par l’homme en dehors de leur aire d’origine. Elles constituent une menace importante pour la biodiversité et les services fournis par les écosystèmes comme la production végétale, l’épuration de l’eau et la pollinisation.

Lire plus
BeBiodiversity Une diversité envahissante ?

Une diversité envahissante ?

De tout temps les espèces animales ou végétales ont colonisé le globe et occupé des espaces de vie en fonction de leurs capacités d’adaptation. Mais l’homme a également introduit volontairement ou par accident des espèces animales et végétales ainsi que des champignons et microorganismes en dehors de leurs habitats habituels. Certaines espèces s’acclimatent et prospèrent localement au point de devenir invasives.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus