BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Un sapin de Noël… durable ?

Un sapin de Noël… durable ?

Les fêtes de fin d’année approchent à grands pas, et vous souhaitez probablement égayer votre intérieur avec un sapin de Noël. La biodiversité et l’écologie vous tiennent à cœur et vous vous demandez quelle est l’option la plus durable : sapin naturel ou artificiel ? Notre préférence va plutôt vers une troisième option, le « sapin créatif » fait maison. Voici pourquoi.

A éviter : le sapin artificiel

Certes, on réutilise le même sapin pendant plusieurs années mais les déchets et nuisances liés à sa production sont très importants. Il est fabriqué avec des matières non renouvelables comme le PVC, le plastique et l’aluminium. Il n’est pas biodégradable et la seule solution pour s’en débarrasser est de l’incinérer. Enfin, son transport nécessite une grande quantité d’énergie puisqu’il vient souvent de pays asiatiques. Pour contrebalancer ces impacts négatifs, un sapin artificiel devrait être utilisé au moins 20 ans. Or, en moyenne, il n’est conservé que 6 ans.

Evidemment, si vous possédez déjà un sapin artificiel, la meilleure option est de l’utiliser le plus longtemps possible afin d’amortir son impact environnemental !

BeBiodiversity Un sapin de Noël… durable ?

Eventuellement : le sapin naturel

Il est facile de s’en procurer un d’origine belge puisque la Wallonie est le deuxième producteur de sapins de Noël en Europe. Et mieux vaut privilégier un sapin coupé et cloué sur un socle. En effet, ceux vendus avec une motte de terre contribuent à l’érosion du sol wallon tout comme ceux qui sont issus de cultures intensives. Le secteur évolue mais il reste difficile de trouver un sapin “bio” ou provenant d’une culture intégrée, sans pesticides.

Et après les fêtes ?

Certaines communes organisent une collecte des sapins, tenez le calendrier à l’œil afin de profiter de ce service. Votre sapin sera alors composté et pourra continuer son cycle de vie comme engrais naturel. Si vous aviez opté pour un sapin avec motte et que vous avez un jardin, vous pouvez essayer de le replanter. Mais les chances de reprise sont plutôt minces après un séjour prolongé dans l’intérieur surchauffé d’une maison.

A préférer : le sapin “Do It Yourself”

Très tendance, vous pouvez fabriquer votre arbre DIY à partir de matériaux de récup, le bricoler avec des palettes en bois, en assemblant toutes sortes d’objets trouvés chez vous, le dessiner avec une simple guirlande au mur… Les possibilités sont nombreuses. En manque d’idées ? Un petit tour sur Pinterest vous en fournira en masse !

Certaines associations comme Terre-en-vue organisent même un concours des plus beaux arbres de Noël alternatifs et eco-friendly.

BeBiodiversity Un sapin de Noël… durable ?

Cadeaux durables sous notre sapin durable 

Maintenant que vous avez réalisé un beau sapin créatif, pourquoi ne pas garnir son pied de cadeaux éthiques et doux pour la planète ? Du fait-main, du « made-in-Belgium », du naturel, de l’équitable, des cadeaux qui créent du lien, … Quelques suggestions de notre équipe : des évènements culturels (théâtre, expo, …), un cours de cuisine durable, un atelier créatif basé sur le recyclage, … A vous de jouer maintenant !

Autres actus

BeBiodiversity Bois et instruments de musique

Bois et instruments de musique

Malgré d’importantes avancées concernant notre connaissance des matériaux, le bois reste le matériau de prédilection pour la construction des instruments de musique. Ce sont les caractéristiques uniques de poids, de dureté, de résistance et de capacité à résonner qui en déterminent l’utilisation pour les instruments à cordes, les instruments à vent et les percussions. Chaque instrument est un assemblage de bois durs et tendres à la recherche des conditions optimales de sonorité.

Lire plus
BeBiodiversity Des scampis à volonté, au grand dam de la biodiversité

Des scampis à volonté, au grand dam de la biodiversité

Crevettes, scampis ou gambas ont longtemps été des mets rares, raffinés et chers. Mais de nos jours, leur consommation a explosé : dans le monde, on estime qu’en 2023, environ 6 millions de tonnes de crevettes seront consommées par an ! En 20 ans, la production aurait été multipliée par 9. Un boum qui fait des dégâts sur la biodiversité.

Lire plus
BeBiodiversity Détruire de l’ivoire pour la défense des éléphants sauvages

Détruire de l’ivoire pour la défense des éléphants sauvages

Chaque quart d’heure, un éléphant disparaît, victime du braconnage. Les éléphants sauvages d’Afrique et d’Asie sont menacés d’extinction. L’ivoire provient des défenses, c’est-à-dire des dents des éléphants. Personne ne se risquerait à arracher les dents d’un éléphant vivant : l’abattre est la solution la plus facile pour les trafiquants.

Lire plus
BeBiodiversity Des experts inquiets au chevet de la biodiversité

Des experts inquiets au chevet de la biodiversité

En trois ans, cinq cent cinquante experts bénévoles de cent pays ont compilé dix mille publications scientifiques, complétées par des données statistiques et un inventaire des savoirs traditionnels locaux. L’objectif de ce travail colossal coordonné par la Plate-Forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) était de fournir aux décideurs de la planète cinq rapports sur l’état de la biodiversité mondiale.

Lire plus
BeBiodiversity La vanille, un plaisir bientôt inaccessible ?

La vanille, un plaisir bientôt inaccessible ?

Son arôme puissant et délicat en fait une épice très appréciée. Et bien qu’elle se retrouve un peu partout dans les produits alimentaires, les cosmétiques ou encore les huiles essentielles, la vanille fait pourtant partie des épices les plus chères avec le safran et pourrait devenir un produit aussi luxueux que ce dernier. En effet, sa production est de plus en plus menacée…

Lire plus
BeBiodiversity Les pesticides : des évolutions timides

Les pesticides : des évolutions timides

De nouvelles études et rapports confirment quotidiennement l’état alarmant de la biodiversité. Le constat ne concerne plus uniquement des espèces emblématiques telles que l’ours polaire ou le rhinocéros blanc. Les espèces les plus communes sont aussi menacées… C’est le cas des oiseaux communs dont le nombre en Wallonie a diminué de 50% en 25 ans ! Parmi les causes de ce déclin en Europe, arrivent en première place l’agriculture intensive et l’utilisation de pesticides. Le recours aux pesticides par les particuliers est également problématique. Petit récapitulatif des évolutions récentes concernant ces produits.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus