BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Des experts inquiets au chevet de la biodiversité

Des experts inquiets au chevet de la biodiversité

En trois ans, cinq cent cinquante experts bénévoles de cent pays ont compilé dix mille publications scientifiques, complétées par des données statistiques et un inventaire des savoirs traditionnels locaux. L’objectif de ce travail colossal coordonné par la Plate-Forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) était de fournir aux décideurs de la planète cinq rapports sur l’état de la biodiversité mondiale.

Un rapport par région : l’Afrique, les Amériques, l’Asie-Pacifique et l’Europe-Asie centrale – pôles et océans non-inclus. Un cinquième rapport se penche sur l’état des sols dans le monde. Chaque rapport a ensuite été résumé en une note politique non-contraignante âprement négociée par les représentants des États membres réunis fin mars à Medellín, en Colombie.

L’analyse a privilégié une approche de la nature au travers des services qu’elle nous rend, les services écosystémiques, sans considérer le déclin des espèces animales et végétales comme une perte en soi. Mais ce déclin de la faune et de la flore, dans toutes les régions étudiées menace l’économie, les moyens d’existence, l’autonomie et la sécurité alimentaire et la qualité de vie des populations du monde entier.

Petit tour du monde…

En Afrique, dernier sanctuaire de grands mammifères, de nombreuses espèces sont menacées par la déforestation, des pratiques agricoles non-durables, des activités minières peu respectueuses de l’environnement, des espèces invasives ou les changements climatiques. Une source d’inquiétude supplémentaire est que la population du continent devrait doubler d’ici 2050.

En Asie-Pacifique, les menaces principales sont les changements climatiques, les espèces invasives, l’intensification de l’exploitation agricole et la surpêche. Malgré quelques succès dans la protection d’écosystèmes vitaux comme des zones marines ou forestières, les progrès sont insuffisants.

Les Amériques ont connu de profondes modifications des paysages marqués par la domination de l’homme. Les savoirs locaux concernant la culture et la gestion forestières sont en voie de disparition.

En Europe-Asie centrale la menace principale est l’intensification de l’agriculture et de l’exploitation forestière combinés à un usage intensif de produits agrochimiques (pesticides et engrais). Les ressources naturelles sont consommées à un rythme effréné qui ne permet pas leur remplacement. Les changements climatiques vont également peser de plus en plus sur cette exploitation non-durable, et de là sur la biodiversité.

Le 5e rapport se penche sur l’état des sols dans le monde ; des sols chaque jour plus dégradés par la pollution, la déforestation, l’exploitation minière et les pratiques agricoles non durables qui les appauvrissent.

BeBiodiversity Des experts inquiets au chevet de la biodiversité

Ces cinq rapports conduisent les experts à évoquer une sixième extinction de masse des espèces sur Terre. Les disparitions d’espèces se sont accélérées depuis 1900 à un rythme équivalent à celui de la disparition des dinosaures il y a 65 millions d’années.

« La bonne nouvelle, c’est qu’il n’est pas trop tard. Ce dont nous avons besoin, c’est de production durable de financements appropriés, débarrassés des subventions. » a déclaré Robert Watson, président de l’IPBES. Il a également mis l’accent sur une alimentation responsable et une production durable : « Nous n’avons pas besoin de devenir tous végétariens ! Mais un régime alimentaire plus équilibré, moins de bœuf, plus de poulet et de légumes peut aider à réduire la pression à la fois sur le changement climatique et sur la biodiversité. Nous sommes en train de saboter notre propre bien-être à venir ! » Les rapports de l’IPBES suggèrent aussi des pistes pour minimiser l’impact des activités humaines sur l’environnement : créer davantage d’aires protégées, restaurer les zones dégradées et développer l’agriculture durable.

« Nous devons prendre la biodiversité en compte dans notre façon de gérer l’agriculture, la pêche, la forêt, la terre », a expliqué le président de l’IPBES, conscient que la population mondiale va continuer à croître, donc ses besoins aussi. « Le monde gaspille environ 40% de la nourriture qu’il produit. Si nous pouvions réduire le gaspillage de nourriture, nous n’aurons pas à doubler sa production dans les 50 prochaines années », a-t-il suggéré.

Lors de sa prochaine réunion plénière en mai 2019, l’IPBES produira cette fois un bilan mondial de la biodiversité.

Si les nouvelles semblent alarmantes pour la biodiversité, des solutions sont à portée de main pour chacun d’entre nous. Nous pouvons adopter un régime alimentaire plus équilibré avec moins de bœuf, plus de poulet et de légumes. C’est le moment d’avoir des comportements responsables vis-à-vis du transport et de l’énergie pour minimiser notre impact sur les changements climatiques. Et enfin, il est essentiel que nous réduisions le gaspillage de nourriture et que nous privilégions un approvisionnement par un élevage et une agriculture durables.

Autres actus

BeBiodiversity La délégation belge à la COP Biodiversité

La délégation belge à la COP Biodiversité

La biodiversité est menacée. Vous le saviez probablement déjà.  Mais saviez-vous qu’une COP (Conférence des Parties) sur la biodiversité a lieu tous les deux ans ? Lors d’une telle COP, des ministres et experts négocient ensemble sur des questions et objectifs de biodiversité . Les représentants d’environ 200 pays passeront deux semaines ce mois-ci à Montréal, au Canada, pour négocier de nouveaux objectifs 2030 et tenter de parvenir à un accord final, définitif. La Belgique et sa délégation seront également présentes à la table des négociations avec les autres pays. La Belgique prend la protection de la biodiversité très au sérieux et a développé une forte expertise au niveau international, notamment par le biais des Conférences des Parties (COP).

Lire plus
BeBiodiversity Nos animaux de compagnie sont-ils un danger pour la biodiversité ?

Nos animaux de compagnie sont-ils un danger pour la biodiversité ?

6h10, un ronronnement aussi intense que soudain se fait entendre à quelques centimètres de votre oreille… Il a beau être le plus mignon, mais là « le petit félin » de la maison irrite… Marques d’attention, câlins,… Il parade afin de parvenir à ses fins : vous faire lever pour lui donner son repas du matin. Une fois rassasié, plus de nouvelles de lui jusqu’au prochain repas ! Dure, dure la vie de chat !

Lire plus
BeBiodiversity Une fête des Pères plus durable

Une fête des Pères plus durable

Comme pour nos autres fêtes, pourquoi ne pas donner un twist plus durable à nos cadeaux de Fête des pères ? Il est rare que les produits cosmétiques ne figurent pas en bonne place dans le Top 10 des idées de cadeaux pour cette fête. Voici une liste d’idées pour une fête des pères durable.

Lire plus
BeBiodiversity Du chocolat belge pour un monde meilleur

Du chocolat belge pour un monde meilleur

Le gouvernement fédéral et l’industrie du chocolat belge se sont engagés à payer un prix équitable aux producteurs et à mettre fin à la déforestation. Tant que la production de chocolat implique la déforestation, des salaires indécents et le travail des enfants, elle n’est pas durable. Les fabricants belges, la société civile et les pouvoirs publics ne restent pas les bras croisés et œuvrent en faveur d’un chocolat durable, bon pour l’homme et meilleur pour la biodiversité !

Lire plus
BeBiodiversity Les femmes engagées pour la biodiversité à travers l’Histoire

Les femmes engagées pour la biodiversité à travers l’Histoire

Depuis des siècles, des femmes s’efforcent de préserver la diversité biologique de la terre en utilisant des matériaux naturels pour construire, cultiver, élever, nourrir et soigner. Qu’elles dédient leur travail ou leur vie à une espèce ou une zone particulière, ou à la nature en général, de nombreuses femmes s’engagent avec courage et passion pour protéger la biodiversité et notre planète. Dans le monde, nombreuses sont les initiatives en faveur de la biodiversité fondées par des femmes ; elles vont souvent de pair avec la défense des droits de chacun.e. En cette journée internationale des droits de la femme, BeBiodiversity profite de l’occasion pour célébrer quelques-unes d’entre elles.

Lire plus
BeBiodiversity Zéro plastique, zéro panique !

Zéro plastique, zéro panique !

C’est une étape décisive en Belgique dans la lutte contre les plastiques jetables : un nouvel arrêté royal interdit la vente de divers produits en plastique « à usage unique » tels que les couverts, les assiettes et les pailles. Une bonne nouvelle pour les écosystèmes qui étouffent sous le plastique et les microplastiques.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus