BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity
Icon Newsletter #BeBiodiversity

Newsletter #BeBiodiversity

Subscribe and never miss a post

BeBiodiversity Des scampis à volonté, au grand dam de la biodiversité

Des scampis à volonté, au grand dam de la biodiversité

Crevettes, scampis ou gambas ont longtemps été des mets rares, raffinés et chers. Mais de nos jours, leur consommation a explosé : dans le monde, on estime qu’en 2023, environ 6 millions de tonnes de crevettes seront consommées par an ! En 20 ans, la production aurait été multipliée par 9. Un boum qui fait des dégâts sur la biodiversité.

La crevette est le produit de la mer qui fait le plus de kilomètres avant d’arriver dans nos assiettes : elles viennent pour la plupart de Chine, Thaïlande, Indonésie, Inde, Viêtnam, Brésil, Equateur ou encore du Bangladesh. Plus de la moitié des crevettes consommées de nos jours proviennent de fermes d’aquaculture. Le reste est pêché en mer. Deux types de production qui ont chacune des conséquences néfastes sur la biodiversité.

Comme pour beaucoup d’autres produits de la mer, la crevette est victime de la surpêche. Selon le WWF, seules quelques zones situées en Australie et au Mexique feraient exception en appliquant une pêche respectant les seuils de renouvellement des espèces. La pêche au chalut de crevettes est également celle qui entraine le plus de prises accessoires : jusqu’à dix kilos de poissons, tortues et autres prises « annexes » pour un kilo de crevettes pêchées dans les zones tropicales. Les filets raclant le sol, cette pêche occasionne d’énormes dégâts sur les écosystèmes des fonds marins.

BeBiodiversity Des scampis à volonté, au grand dam de la biodiversité

Les dommages de l’élevage de crevettes sont aussi multiples. Les fermes sont situées en bord de mer et peuvent mener à la destruction d’écosystèmes très riches : estuaires, prés-salés, marais ou mangroves. Ces écosystèmes jouent un rôle vital pour la faune terrestre et marine : ils sont un lieu essentiel de reproduction, d’alimentation et de migration pour de nombreuses espèces de poissons, crustacés et d’oiseaux. Si la production de crevettes n’est pas la seule responsable, on estime qu’elle est un facteur important de disparition des mangroves. A l’échelle mondiale, la FAO estime une perte de 26 % des surfaces de mangroves depuis 1980. Pour l’Amérique du Sud, ce taux serait de 50 % et pour Singapour plus de 80 % !

L’aquaculture de crevettes est aussi source de pollution du milieu marin et des nappes phréatiques des terres agricoles avoisinantes. Enfin, la densité des populations de crevette d’élevage et leur pauvreté génétique favorisent la propagation de maladies, y compris vers les crustacés sauvages.

Un bien triste constat quand on est fin gourmet. Il est donc préférable de limiter sa consommation de crevettes, petites ou grandes, qui doivent rester un plat exceptionnel. Privilégiez les crevettes labellisées (depuis peu) de l’Aquaculture Stewardship Council et MSC, et dégustez des fruits de mer locaux lorsque vous avez l’occasion d’une escapade à la mer, où que ce soit dans le monde.

BeBiodiversity Des scampis à volonté, au grand dam de la biodiversité
Des rangs et des rangs de piscines artificielles pour l'aquaculture de crevettes dans l'une des plus grandes fermes le long du Golfe de Californie, au Mexique. By Planet Labs, Inc. [CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons

Autres actus

BeBiodiversity Viande de brousse au menu !

Viande de brousse au menu !

La « viande de brousse », parfois appelée viande sauvage, désigne la viande de mammifères non domestiqués, de reptiles, d’amphibiens et d’oiseaux chassés pour la nourriture dans les forêts tropicales et subtropicales. Le prélèvement de viande de brousse dans la nature concerne un très grand nombre d’espèces dans de nombreux pays. Les exemples les plus connus sont les singes, les pangolins et les serpents mais cela concerne aussi les antilopes, les éléphants, les girafes ou les petits carnivores comme les civettes. Cette pratique souvent illégale est considérée comme une menace pour la santé humaine, l’agriculture, mais aussi pour la biodiversité et le fonctionnement de certains écosystèmes.

Lire plus
BeBiodiversity Les cadeaux ? Quels cadeaux ?

Les cadeaux ? Quels cadeaux ?

Cette année encore, la hotte de Saint-Nicolas et le traineau du père Noël seront remplis de jouets en plastique, de piles, de jouets peu durables, de contrefaçons aux conditions de fabrication douteuses, peu éthiques ou dangereuses pour l’environnement et les enfants. Et si on changeait ça aussi ?

Lire plus
BeBiodiversity Prêts pour un frisson d’Halloween plus durable ?

Prêts pour un frisson d’Halloween plus durable ?

Monstres, sorcières, zombies, fantômes, … aucun costume n’est trop fou pour célébrer ce moment de frisson et de plaisir annuel. Comment rester éco-responsable pendant cette fête diabolique ? Avec nos conseils d’habillage et de décoration, il y aura plus de peur que de mal !

Lire plus
BeBiodiversity Faut-il les tuer pour mieux les protéger ?

Faut-il les tuer pour mieux les protéger ?

A la fin du mois d’août, la Conférence sur le commerce international des espèces menacées – la CITES – s’est terminée sur une série de nouvelles décisions visant à mieux protéger une série d’animaux vulnérables et en danger d’extinction. Parmi ces animaux, la girafe, le plus grand mammifère terrestre, une véritable icône de la savane africaine.

Lire plus
BeBiodiversity La lutte contre les espèces exotiques invasives s’organise

La lutte contre les espèces exotiques invasives s’organise

Les espèces exotiques envahissantes, aussi appelées espèces invasives, sont des espèces introduites par l’homme en dehors de leur aire d’origine. Elles constituent une menace importante pour la biodiversité et les services fournis par les écosystèmes comme la production végétale, l’épuration de l’eau et la pollinisation.

Lire plus
BeBiodiversity Une diversité envahissante ?

Une diversité envahissante ?

De tout temps les espèces animales ou végétales ont colonisé le globe et occupé des espaces de vie en fonction de leurs capacités d’adaptation. Mais l’homme a également introduit volontairement ou par accident des espèces animales et végétales ainsi que des champignons et microorganismes en dehors de leurs habitats habituels. Certaines espèces s’acclimatent et prospèrent localement au point de devenir invasives.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus