BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Du plastique dans nos assiettes ?!

Du plastique dans nos assiettes ?!

Après les moules et les crevettes, c’est au tour du sel marin d’être passé à la loupe par les chercheurs belges. Et malheureusement, ce sel riche en minéraux et oligoéléments est lui aussi victime de la pollution par les plastiques.

En effet, des microparticules de plastique ont été retrouvées dans 15 échantillons de sel achetés dans des magasins belges et provenant de régions différentes. Ce sont les sels marins de fabrication artisanale qui présentent les plus mauvais résultats.

Les micro-plastiques sont de très petites particules qui contiennent des substances toxiques. On les trouve dans des dentifrices, cosmétiques et détergents. Ils proviennent aussi de l’usure ou de la dégradation dans la nature des pneus en caoutchouc, des emballages et des bouteilles en plastique ou encore des lessives. Via les rivières, ils sont transportés jusqu’à nos mers et océans.

L’IMPACT DES MICRO-PLASTIQUES SUR la santé et L’ENVIRONNEMENT

Si les risques pour notre santé ne sont pas encore évalués, les déchets plastiques présentent un réel danger pour les animaux marins qui peuvent s’y empêtrer, s’y emmêler ou encore en avaler de grands morceaux. Les parties plus petites sont tout aussi dangereuses pour les organismes marins tels que les poissons, crustacés de petite taille et crevettes. Les morceaux ingurgités donnent rapidement une sensation de satiété ; les animaux mangent donc moins, s’affaiblissent allant jusqu’à mourir de faim. Même les plus petits organismes de la chaîne alimentaire (comme le plancton ou les algues) absorbent ces particules et de là impactent l’ensemble de l’écosystème des mers et des océans. Ainsi, la pollution par les plastiques se retrouve jusque dans notre assiette.

ET MOI, QUE PUIS-JE FAIRE ?

  • Je ne jette aucun déchet, sac et bouteille en plastique dans la nature et j’utilise un sac à provision réutilisable, une gourde ou encore une boîte à tartines ;
  • J’évite de laisser les ballons en plastique s’envoler ;
  • Je ne jette pas de lingette dans les toilettes ;
  • J’évite d’acheter des dentifrices, des scrubs et d’autres produits de soins qui contiennent des micro-plastiques.

Pour en savoir plus sur : https://www.health.belgium.be/fr/news/des-particules-de-micro-plastiques-dans-les-sel-marin

Autres actus

BeBiodiversity La croisière s’amuse, la biodiversité moins…

La croisière s’amuse, la biodiversité moins…

Les croisières ont de plus en plus la cote. Depuis 2009, le nombre de passagers de ce type de vacances est passé de 17,8 à 28 millions. Une hausse de près de 64 % qui n’est pas sans inquiéter les amoureux de la biodiversité,  en particulier pour les croisières vers les pôles.

Lire plus
BeBiodiversity Le sport dans la nature : oui, mais… !

Le sport dans la nature : oui, mais… !

Dans notre société orientée vers les loisirs et le rapport à la nature, on constate une forte croissance des activités sportives et touristiques en milieu naturel. La pêche, l’équitation, la randonnée, le running, le canyoning, l’escalade, le VTT ou le kayak se sont démocratisés et se pratiquent désormais en masse. C’est un marché florissant pour les régions possédant un patrimoine touristique naturel et paysager.

Lire plus
BeBiodiversity Du carbone compensé pour protéger la biodiversité

Du carbone compensé pour protéger la biodiversité

Les voyages en avion émettent d’importantes quantités de gaz à effet de serre, qui réchauffent la planète. Pas de quoi renoncer à vos vacances estivales ! De nombreux havres de paix ne sont qu’à quelques gares de chez vous. Mais si vraiment l’avion est indispensable, vous pouvez limiter les dégâts en compensant les émissions carbone de votre vol, c’est-à-dire en économisant une quantité équivalente de CO2 ailleurs.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus