BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity L’écotourisme et le commerce durable peuvent-il sauver les rhinocéros ?

L’écotourisme et le commerce durable peuvent-il sauver les rhinocéros ?

Ce 22 septembre, c’est la Journée Internationale du Rhinocéros. L’occasion de faire le point sur les pistes envisagées pour préserver ces animaux.

 

Il existe 5 espèces de rhinocéros « the five to keep alive » : 2 en Afrique (dont le rhinocéros blanc présent majoritairement en Afrique du Sud) et 3 en Asie. Les rhinocéros de Sumatra et de Java sont proches de l’extinction. Les 3 autres espèces en revanche ont vu leur population augmenter de plus de 40 % au cours des 10 dernières années. C’est le résultat de mesures de conservation très strictes, combinées à l’essor de l’éco-tourisme et du commerce durable des animaux.

Outre la diminution des habitats naturels (principalement en Asie), la plus grande menace est le braconnage. En Afrique du Sud, chaque jour, 3 rhinocéros tombent sous les balles des braconniers. Le nombre de décès excède quasiment celui des naissances. Les parcs nationaux, les réserves privées, les fermes d’élevage ne sont pas épargnés et il est de plus en plus cher de protéger les rhinocéros. Un grand nombre de réserves privées et de fermes font faillite.

En Asie, la poudre de corne est réputée avoir des propriétés médicinales diverses (notamment contre le cancer) voire aphrodisiaques. La corne s’y vend donc plus cher que la cocaïne : de 50 à 70.000 euros le kilo. En Chine et au Vietnam, les 2 plus grands pays consommateurs, les stars locales expliquent à la télévision que la corne de rhinocéros, composée de kératine, comme les ongles et les cheveux, n’a pas d’effets particuliers.  Mais ces campagnes de sensibilisation pourront-elles faire diminuer la demande ?

BeBiodiversity L’écotourisme et le commerce durable peuvent-il sauver les rhinocéros ?

Les fermes sont peut-être une autre solution. Elles accueillent près du 1/3 des rhinocéros présents en Afrique du Sud. À l’origine, leur but était de vendre des animaux aux zoos et aux réserves. Depuis, les éleveurs ont trouvé le moyen d’écorner les rhinocéros sans les tuer, rendant le commerce légal possible. Pour eux, la légalisation du commerce de la corne de rhinocéros (interdit depuis 1977 par la Convention CITES sur le commerce des espèces menacées) serait la solution contre le braconnage. C’est pourquoi ils militent pour la levée de cette interdiction, estimant pouvoir ainsi freiner le trafic illégal.

En visitant les parcs nationaux, les réserves privées, les sanctuaires et orphelinats pour rhinocéros, nous pouvons apporter notre soutien à ceux qui les protègent. Dans la course contre la montre pour la préservation des rhinocéros, les recettes de l’écotourisme sont les bienvenues.

Autres actus

BeBiodiversity Un bonne année 2019 sous le signe de la biodiversité !

Un bonne année 2019 sous le signe de la biodiversité !

Les fêtes de fin d’année sont derrière vous ? Fini  la course folle dans les centres commerciaux, les cadeaux coûteux, les repas copieux… Jusqu’à l’année prochaine ! Cette période de faste derrière nous, prenons le temps de nous poser la question : au fond, que représente une fête telle que Noël en termes d’impact sur la biodiversité ? Et surtout, que pouvons-nous faire pour alléger notre empreinte durant les fêtes, quelles qu’elles soient ?

Lire plus
BeBiodiversity Phacochère, hérisson ou suricate, quel consommateur êtes-vous ?

Phacochère, hérisson ou suricate, quel consommateur êtes-vous ?

La biodiversité est menacée. L’érosion du nombre d’espèces progresse de manière importante sur terre et en mer. Mais comment agir pour ces espèces animales et végétales dont les habitats sont parfois si loin de chez nous ? Plus de 70 % de l’empreinte biodiversité de la Belgique se situe en dehors de nos frontières et est directement liée à nos importations.

Lire plus
BeBiodiversity Champignons, sortez vos petits parapluies, voici l’automne !

Champignons, sortez vos petits parapluies, voici l’automne !

Quoi de plus amusant que d’agrémenter une balade en forêt par la découverte et la dégustation de ces trésors de l’automne que sont les champignons. Et nous sommes bien servis ! Saviez-vous que la Belgique est le troisième pays d’Europe en matière de diversité de champignons ? Il y aurait plus de 10 000 espèces sur notre territoire, même si les espèces comestibles ne sont que quelques dizaines.

Lire plus
BeBiodiversity La croisière s’amuse, la biodiversité moins…

La croisière s’amuse, la biodiversité moins…

Les croisières ont de plus en plus la cote. Depuis 2009, le nombre de passagers de ce type de vacances est passé de 17,8 à 28 millions. Une hausse de près de 64 % qui n’est pas sans inquiéter les amoureux de la biodiversité,  en particulier pour les croisières vers les pôles.

Lire plus
BeBiodiversity Le sport dans la nature : oui, mais… !

Le sport dans la nature : oui, mais… !

Dans notre société orientée vers les loisirs et le rapport à la nature, on constate une forte croissance des activités sportives et touristiques en milieu naturel. La pêche, l’équitation, la randonnée, le running, le canyoning, l’escalade, le VTT ou le kayak se sont démocratisés et se pratiquent désormais en masse. C’est un marché florissant pour les régions possédant un patrimoine touristique naturel et paysager.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus