BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity
Icon Newsletter #BeBiodiversity

Newsletter #BeBiodiversity

Subscribe and never miss a post

BeBiodiversity L’écotourisme et le commerce durable peuvent-il sauver les rhinocéros ?

L’écotourisme et le commerce durable peuvent-il sauver les rhinocéros ?

Ce 22 septembre, c’est la Journée Internationale du Rhinocéros. L’occasion de faire le point sur les pistes envisagées pour préserver ces animaux.

 

Il existe 5 espèces de rhinocéros « the five to keep alive » : 2 en Afrique (dont le rhinocéros blanc présent majoritairement en Afrique du Sud) et 3 en Asie. Les rhinocéros de Sumatra et de Java sont proches de l’extinction. Les 3 autres espèces en revanche ont vu leur population augmenter de plus de 40 % au cours des 10 dernières années. C’est le résultat de mesures de conservation très strictes, combinées à l’essor de l’éco-tourisme et du commerce durable des animaux.

Outre la diminution des habitats naturels (principalement en Asie), la plus grande menace est le braconnage. En Afrique du Sud, chaque jour, 3 rhinocéros tombent sous les balles des braconniers. Le nombre de décès excède quasiment celui des naissances. Les parcs nationaux, les réserves privées, les fermes d’élevage ne sont pas épargnés et il est de plus en plus cher de protéger les rhinocéros. Un grand nombre de réserves privées et de fermes font faillite.

En Asie, la poudre de corne est réputée avoir des propriétés médicinales diverses (notamment contre le cancer) voire aphrodisiaques. La corne s’y vend donc plus cher que la cocaïne : de 50 à 70.000 euros le kilo. En Chine et au Vietnam, les 2 plus grands pays consommateurs, les stars locales expliquent à la télévision que la corne de rhinocéros, composée de kératine, comme les ongles et les cheveux, n’a pas d’effets particuliers.  Mais ces campagnes de sensibilisation pourront-elles faire diminuer la demande ?

BeBiodiversity L’écotourisme et le commerce durable peuvent-il sauver les rhinocéros ?

Les fermes sont peut-être une autre solution. Elles accueillent près du 1/3 des rhinocéros présents en Afrique du Sud. À l’origine, leur but était de vendre des animaux aux zoos et aux réserves. Depuis, les éleveurs ont trouvé le moyen d’écorner les rhinocéros sans les tuer, rendant le commerce légal possible. Pour eux, la légalisation du commerce de la corne de rhinocéros (interdit depuis 1977 par la Convention CITES sur le commerce des espèces menacées) serait la solution contre le braconnage. C’est pourquoi ils militent pour la levée de cette interdiction, estimant pouvoir ainsi freiner le trafic illégal.

En visitant les parcs nationaux, les réserves privées, les sanctuaires et orphelinats pour rhinocéros, nous pouvons apporter notre soutien à ceux qui les protègent. Dans la course contre la montre pour la préservation des rhinocéros, les recettes de l’écotourisme sont les bienvenues.

Autres actus

BeBiodiversity Viande de brousse au menu !

Viande de brousse au menu !

La « viande de brousse », parfois appelée viande sauvage, désigne la viande de mammifères non domestiqués, de reptiles, d’amphibiens et d’oiseaux chassés pour la nourriture dans les forêts tropicales et subtropicales. Le prélèvement de viande de brousse dans la nature concerne un très grand nombre d’espèces dans de nombreux pays. Les exemples les plus connus sont les singes, les pangolins et les serpents mais cela concerne aussi les antilopes, les éléphants, les girafes ou les petits carnivores comme les civettes. Cette pratique souvent illégale est considérée comme une menace pour la santé humaine, l’agriculture, mais aussi pour la biodiversité et le fonctionnement de certains écosystèmes.

Lire plus
BeBiodiversity Les cadeaux ? Quels cadeaux ?

Les cadeaux ? Quels cadeaux ?

Cette année encore, la hotte de Saint-Nicolas et le traineau du père Noël seront remplis de jouets en plastique, de piles, de jouets peu durables, de contrefaçons aux conditions de fabrication douteuses, peu éthiques ou dangereuses pour l’environnement et les enfants. Et si on changeait ça aussi ?

Lire plus
BeBiodiversity Prêts pour un frisson d’Halloween plus durable ?

Prêts pour un frisson d’Halloween plus durable ?

Monstres, sorcières, zombies, fantômes, … aucun costume n’est trop fou pour célébrer ce moment de frisson et de plaisir annuel. Comment rester éco-responsable pendant cette fête diabolique ? Avec nos conseils d’habillage et de décoration, il y aura plus de peur que de mal !

Lire plus
BeBiodiversity Faut-il les tuer pour mieux les protéger ?

Faut-il les tuer pour mieux les protéger ?

A la fin du mois d’août, la Conférence sur le commerce international des espèces menacées – la CITES – s’est terminée sur une série de nouvelles décisions visant à mieux protéger une série d’animaux vulnérables et en danger d’extinction. Parmi ces animaux, la girafe, le plus grand mammifère terrestre, une véritable icône de la savane africaine.

Lire plus
BeBiodiversity La lutte contre les espèces exotiques invasives s’organise

La lutte contre les espèces exotiques invasives s’organise

Les espèces exotiques envahissantes, aussi appelées espèces invasives, sont des espèces introduites par l’homme en dehors de leur aire d’origine. Elles constituent une menace importante pour la biodiversité et les services fournis par les écosystèmes comme la production végétale, l’épuration de l’eau et la pollinisation.

Lire plus
BeBiodiversity Une diversité envahissante ?

Une diversité envahissante ?

De tout temps les espèces animales ou végétales ont colonisé le globe et occupé des espaces de vie en fonction de leurs capacités d’adaptation. Mais l’homme a également introduit volontairement ou par accident des espèces animales et végétales ainsi que des champignons et microorganismes en dehors de leurs habitats habituels. Certaines espèces s’acclimatent et prospèrent localement au point de devenir invasives.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus