BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Les labels alimentaires : bons pour la biodiversité ?

Les labels alimentaires : bons pour la biodiversité ?

Le contenu de notre assiette pèse énormément sur notre empreinte écologique. Il existe d’ailleurs beaucoup de labels alimentaires  se voulant durables ; une multiplicité qui rend le choix parfois complexe, d’autant plus lorsqu’il est question de préservation de la biodiversité.

D’après une récente étude du Programme des Nations unies pour l’environnement[1], la production alimentaire est responsable, entre autres, de :

  • 60% de la perte de biodiversité terrestre ;
  • 24%  des émissions de gaz à effet de serre ;
  • 33% de la dégradation des sols.

En trente ans, près de 80 % des insectes auraient disparu en Europe dû notamment à l’intensification des pratiques agricoles et au recours aux pesticides, menaçant la chaîne alimentaire.

Un constat alarmant qui démontre l’ampleur des efforts à fournir pour rendre notre alimentation durable et compatible avec la conservation des espèces et la santé des écosystèmes. Les labels peuvent nous y aider mais il faut les reconnaître, les comprendre et, certainement, les améliorer.

Tout d’abord, il convient de faire la distinction entre ces deux catégories de labels :

  • Les labels officiels, nationaux ou supranationaux ; initiés ou approuvés par des autorités et contrôlés par des organismes indépendants.
  • Les « auto-déclarations environnementales », c’est-à-dire les labels ou allégations portés par des acteurs privés et qui ne sont pas certifiés par un organisme indépendant.

Certains offrent de vraies garanties écologiques et vont même plus loin que certains labels officiels. D’autres, par contre, flirtent avec le Greenwashing…

BeBiodiversity Les labels alimentaires : bons pour la biodiversité ?
Exemples de labels

Un point commun existe malheureusement entre tous ces labels : la biodiversité est trop peu intégrée dans leurs critères et méthodologies. La plupart agissent sur au moins une des cinq menaces pesant sur la biodiversité. Le plus souvent, il s’agit de la pollution puisqu’ils réduisent voir interdisent l’utilisation de produits chimiques dans les cultures. Parfois ces labels introduisent des exigences visant à éviter la déforestation. Mais très peu d’entre eux suivent une démarche visant à préserver spécifiquement la diversité des espèces présentes ou la santé de l’écosystème sur un site de production agricole.

Une situation regrettable mais aussi un défi que l’autorité fédérale souhaite relever. Le 1er mars de cette année, une conférence a été co-organisée avec le Global Nature Fund, l’International Panel of Experts on Sustainable Food Systems (IPES-Food) et l’Université Catholique de Louvain pour débattre de l’approvisionnement en produits alimentaires et de son impact sur la biodiversité. L’objectif : définir les prochaines étapes pour une meilleure intégration de cet enjeu dans les labels et dans les politiques d’achats de nos entreprises agroalimentaires.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les garanties offertes par les labels et pouvoir les comparer, rendez-vous sur le site www.infolabel.be.

Pour plus d’informations sur le colloque, rendez-vous ici.

[1] UNEP (2016) Food Systems and Natural Resources. A Report of the Working Group on Food Systems of the International Resource Panel. Westhoek, H, Ingram J., Van Berkum, S., Özay, L., and Hajer M.

Autres actus

BeBiodiversity Bois et instruments de musique

Bois et instruments de musique

Malgré d’importantes avancées concernant notre connaissance des matériaux, le bois reste le matériau de prédilection pour la construction des instruments de musique. Ce sont les caractéristiques uniques de poids, de dureté, de résistance et de capacité à résonner qui en déterminent l’utilisation pour les instruments à cordes, les instruments à vent et les percussions. Chaque instrument est un assemblage de bois durs et tendres à la recherche des conditions optimales de sonorité.

Lire plus
BeBiodiversity Des scampis à volonté, au grand dam de la biodiversité

Des scampis à volonté, au grand dam de la biodiversité

Crevettes, scampis ou gambas ont longtemps été des mets rares, raffinés et chers. Mais de nos jours, leur consommation a explosé : dans le monde, on estime qu’en 2023, environ 6 millions de tonnes de crevettes seront consommées par an ! En 20 ans, la production aurait été multipliée par 9. Un boum qui fait des dégâts sur la biodiversité.

Lire plus
BeBiodiversity Détruire de l’ivoire pour la défense des éléphants sauvages

Détruire de l’ivoire pour la défense des éléphants sauvages

Chaque quart d’heure, un éléphant disparaît, victime du braconnage. Les éléphants sauvages d’Afrique et d’Asie sont menacés d’extinction. L’ivoire provient des défenses, c’est-à-dire des dents des éléphants. Personne ne se risquerait à arracher les dents d’un éléphant vivant : l’abattre est la solution la plus facile pour les trafiquants.

Lire plus
BeBiodiversity Des experts inquiets au chevet de la biodiversité

Des experts inquiets au chevet de la biodiversité

En trois ans, cinq cent cinquante experts bénévoles de cent pays ont compilé dix mille publications scientifiques, complétées par des données statistiques et un inventaire des savoirs traditionnels locaux. L’objectif de ce travail colossal coordonné par la Plate-Forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) était de fournir aux décideurs de la planète cinq rapports sur l’état de la biodiversité mondiale.

Lire plus
BeBiodiversity La vanille, un plaisir bientôt inaccessible ?

La vanille, un plaisir bientôt inaccessible ?

Son arôme puissant et délicat en fait une épice très appréciée. Et bien qu’elle se retrouve un peu partout dans les produits alimentaires, les cosmétiques ou encore les huiles essentielles, la vanille fait pourtant partie des épices les plus chères avec le safran et pourrait devenir un produit aussi luxueux que ce dernier. En effet, sa production est de plus en plus menacée…

Lire plus
BeBiodiversity Les pesticides : des évolutions timides

Les pesticides : des évolutions timides

De nouvelles études et rapports confirment quotidiennement l’état alarmant de la biodiversité. Le constat ne concerne plus uniquement des espèces emblématiques telles que l’ours polaire ou le rhinocéros blanc. Les espèces les plus communes sont aussi menacées… C’est le cas des oiseaux communs dont le nombre en Wallonie a diminué de 50% en 25 ans ! Parmi les causes de ce déclin en Europe, arrivent en première place l’agriculture intensive et l’utilisation de pesticides. Le recours aux pesticides par les particuliers est également problématique. Petit récapitulatif des évolutions récentes concernant ces produits.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus