BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Pas de cacao, pas de chocolat…

Pas de cacao, pas de chocolat…

Autrefois mets occasionnel, de fête et même parfois de luxe, le chocolat est désormais ancré dans nos habitudes alimentaires quotidiennes. Un plaisir pour les papilles et le moral mais auquel la biodiversité paye un lourd tribut.

Ces derniers mois, le cacao a attiré à plusieurs reprises l’attention de la presse. En septembre 2017, le rapport d’une ONG, Mighty Earth, dénonçait la déforestation liée à sa production en Afrique de l’Ouest. En Côte d’Ivoire, 30% de la déforestation totale est due à la culture du cacao. Dans les aires protégées ivoiriennes, c’est 90% de la déforestation qui est imputable à la culture du cacao ! Ces forêts sensées être protégées, abritent entre autres des éléphants et des chimpanzés. Depuis, l’ONG indique que ce phénomène touche d’autres parties du globe : Indonésie, Pérou, Equateur, Cameroun.

En janvier, c’est un autre sujet de préoccupation qui est apparu : la disparition du cacao lui-même en raison des changements climatiques et des maladies. Le réchauffement global rendrait les conditions de production des fèves moins favorables, faisant du cacao un produit plus rare.

De plus, la demande en cacao est en forte augmentation, et les producteurs de cacao ne sont pas équitablement rémunérés. Cette demande contribue à étendre toujours plus les surfaces nécessaires à la production de cacao, phénomène accru par la faiblesse des rendements dans des zones affectées par les changements climatiques. En outre, sur 100 milliards de dollars de revenus générés sur toute la chaîne de valeur du cacao, les pays producteurs ne capteraient que 6% de ce montant et seulement 2% iraient aux producteurs. Ces faibles prix les poussent donc encore à repousser les limites des zones cultivées, notamment dans des zones protégées.

BeBiodiversity Pas de cacao, pas de chocolat…

Comme suggéré par Pierre Marcolini, grand chocolatier belge, le cacao serait donc plus une affaire d’argent que de climat. Pour les entreprises agroalimentaires et les chocolatiers, l’enjeu réside donc dans la traçabilité de leur approvisionnement et dans un engagement pour un commerce plus équitable.

Pour les consommateurs, des solutions existent pour éviter de contribuer à la disparation des forêts tropicales concernées : mieux choisir son chocolat en privilégiant la qualité et non la quantité, préférer des marques engagées contre la déforestation et en faveur du commerce équitable. Notre entreprise pionnière Belvas est une chocolaterie belge qui s’inscrit complètement dans cette démarche écologique et équitable.

Le belge consommerait en moyenne 8 kilos de chocolat par an… Pour Pâques ou tout autre moment de plaisir chocolaté, veillez donc à faire des choix éclairés pour protéger notre indispensable biodiversité.

Autres actus

BeBiodiversity 2018 : l’Année de la mer du Nord

2018 : l’Année de la mer du Nord

Tout le monde aime la mer mais la connaît-on pour autant ? Qu’est-ce qui vit et bouge dans, sur et aux alentours de la mer du Nord ? L’objectif de cette Année de la mer du Nord : sensibiliser sur ce que la mer fait pour nous et sur ce que nous pourrions faire pour mieux la protéger. La mer commence dans chaque cuisine et salle de bain.

Lire plus
BeBiodiversity Les labels alimentaires : bons pour la biodiversité ?

Les labels alimentaires : bons pour la biodiversité ?

Le contenu de notre assiette pèse énormément sur notre empreinte écologique. Il existe d’ailleurs beaucoup de labels alimentaires  se voulant durables ; une multiplicité qui rend le choix parfois complexe, d’autant plus lorsqu’il est question de préservation de la biodiversité.

Lire plus
BeBiodiversity Mesurer la biodiversité en Belgique ?

Mesurer la biodiversité en Belgique ?

Chaque hiver, Natagora et Natuurpunt invitent les particuliers à compter les oiseaux qui visitent leur jardin. Ailleurs des scientifiques comptent les insectes présents, dressent la liste des plantes et inventorient la vie dans nos rivières et nos lacs. Pourquoi ?

Lire plus
BeBiodiversity Les insectes comme alternatives à la viande, une vraie solution ou un faux problème ?

Les insectes comme alternatives à la viande, une vraie solution ou un faux problème ?

On le sait désormais, il est important de limiter sa consommation de viande pour réduire les différentes pressions environnementales qui en découlent. Il n’est toutefois pas toujours simple de remplacer la viande dans nos assiettes. Parmi les alternatives proposées, une semble de moins en moins farfelue : manger des insectes ! Mais est-ce une vraie solution ?

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus