BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Restez stylé en respectant la biodiversité

Restez stylé en respectant la biodiversité

Les soldes ont débarqué. Les rayons regorgent de bonnes affaires et l’envie de se refaire une garde-robe est là. Mais c’est sans compter l’impact de la fast-fashion sur la biodiversité. Nous vous expliquions ici comment la production textile menace de nombreuses espèces. La bonne nouvelle, c’est que l’on peut rester stylé sans trop leur nuire.

Comme pour la nourriture, les vêtements à petits prix sont en général mauvais signe. Mais une consommation responsable ne signifie pas forcément se ruiner. Le phénomène du slow-fashion se démocratise. L’idée est d’acheter moins et d’acheter mieux. Voici quelques pistes.

De manière générale :

  • J’achète moins et j’évite de multiplier inutilement les pièces semblables dans ma garde-robe. J’investis plutôt dans quelques pièces intemporelles et de qualité que j’accessoirise pour être à la mode.
  • Je dresse avant de partir faire les soldes une liste de ce dont j’ai vraiment besoin et je m’y tiens.
  • Je me renseigne sur l’origine et la politique éthique de mes marques préférées. Je favorise les vêtements fabriqués en Belgique/Europe, les matières premières locales (lin,…) et le textile issu du commerce équitable, fabriqué et distribué par des organisations membres de la Fédération Mondiale du Commerce Équitable, comme par exemple les magasins OXFAM.
  • Je m’impose des périodes sans achat textile pour porter les vêtements qui dorment dans mes armoires.
BeBiodiversity Restez stylé en respectant la biodiversité

Si je craque :

  • Je suis attentif à la qualité des vêtements que j’achète. J’inspecte boutons et coutures pour éviter d’acheter un vêtement qui ne durera pas au-delà des premiers lavages.
  • Je cherche les vêtements portant des labels, comme celui de la Fair Wear Fondation ou le Label Social Belge. Il existe aussi des labels écologiques comme le GOTS (Global Organic Textiles Standards), la Biogarantie, le Soil Association Organic Standard, l’EKO Sustainable Textile, Nature Textile, ou encore l’Ecolabel européen pour le linge de maison et les chaussures.
  • Je fais mon shopping dans les boutiques de seconde main, le vintage est à la mode, ça tombe bien !
  • Je loue les vêtements pour mes enfants (ils ne les mettent quand même pas très longtemps…) et les vêtements de fête (costumes, robes de soirée, etc.) ou utilisés à de rare occasion (vêtements de grossesse).
  • J’entretiens correctement mes vêtements, je ne les lave pas trop souvent et avec des détergents écolabellisés (plus d’infos sur http://www.ecoconso.be/La-lessive-ecologique)

Et après ?

  • Je répare ce qui peut l’être (un trou, une tirette cassée, des boutons décousus…) ou je transforme mes vieux vêtements en de nouvelles pièces. Il existe plein d’artisans et d’atelier de couture/retouche prêts à m’aider.
  • Je revends ou j’échange mes vêtements en bon état que je ne peux ou ne veux plus porter, par exemple lors de brocantes et autres événements du genre. De nombreuses plates-formes en ligne sont également dédiées à ces échanges.
  • Je donne mes vêtements en bon état. De nombreuses associations collectent les vêtements pour les revendre en seconde main voire les donner.
  • Et enfin, avant de les jeter, je recycle mes vêtements en fin de vie : en chiffons ou loques pour le nettoyage et le bricolage, en déguisement pour les enfants, …

Vous l’aurez compris, chaque euro non dépensé dans le textile – ou dépensé intelligemment – est aussi un acte puissant du consommateur en faveur de la biodiversité.

Autres actus

BeBiodiversity Champignons, sortez vos petits parapluies, voici l’automne !

Champignons, sortez vos petits parapluies, voici l’automne !

Quoi de plus amusant que d’agrémenter une balade en forêt par la découverte et la dégustation de ces trésors de l’automne que sont les champignons. Et nous sommes bien servis ! Saviez-vous que la Belgique est le troisième pays d’Europe en matière de diversité de champignons ? Il y aurait plus de 10 000 espèces sur notre territoire, même si les espèces comestibles ne sont que quelques dizaines.

Lire plus
BeBiodiversity La croisière s’amuse, la biodiversité moins…

La croisière s’amuse, la biodiversité moins…

Les croisières ont de plus en plus la cote. Depuis 2009, le nombre de passagers de ce type de vacances est passé de 17,8 à 28 millions. Une hausse de près de 64 % qui n’est pas sans inquiéter les amoureux de la biodiversité,  en particulier pour les croisières vers les pôles.

Lire plus
BeBiodiversity Le sport dans la nature : oui, mais… !

Le sport dans la nature : oui, mais… !

Dans notre société orientée vers les loisirs et le rapport à la nature, on constate une forte croissance des activités sportives et touristiques en milieu naturel. La pêche, l’équitation, la randonnée, le running, le canyoning, l’escalade, le VTT ou le kayak se sont démocratisés et se pratiquent désormais en masse. C’est un marché florissant pour les régions possédant un patrimoine touristique naturel et paysager.

Lire plus
BeBiodiversity Du carbone compensé pour protéger la biodiversité

Du carbone compensé pour protéger la biodiversité

Les voyages en avion émettent d’importantes quantités de gaz à effet de serre, qui réchauffent la planète. Pas de quoi renoncer à vos vacances estivales ! De nombreux havres de paix ne sont qu’à quelques gares de chez vous. Mais si vraiment l’avion est indispensable, vous pouvez limiter les dégâts en compensant les émissions carbone de votre vol, c’est-à-dire en économisant une quantité équivalente de CO2 ailleurs.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus