BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Faire les soldes sans brader la biodiversité

Faire les soldes sans brader la biodiversité

Les soldes sont de retour. Voilà une bonne occasion de faire des affaires tout en questionnant nos habitudes de consommateurs. On parle beaucoup du gaspillage alimentaire, mais le gaspillage textile est une réalité préoccupante pour la biodiversité.

Les européens achètent de plus en plus de vêtements. En moyenne, le belge achète entre 20 et 25 kilos de vêtements par an, soit 60 % de plus qu’en 2000. Et parce qu’ils sont de moins bonne qualité, ou très vite démodés, ils sont peu portés. Nous les gardons moitié moins de temps qu’au début du siècle ! Et moins d’un quart de ces achats se retrouvent dans les filières de recyclage.

Cette surconsommation de textile est stimulée par une offre immense, et des collections qui s’enchaînent dans les rayons à un rythme effréné. Tous les vêtements ne trouvent pas d’acheteur, et ces invendus sont généralement détruits.

Premier problème : l’eau !

On l’oublie souvent, le textile est généralement issu de plantes : chanvre, lin et coton notamment. Ce dernier est utilisé pour presque 40 pourcent de nos vêtements ! La production de ces ressources naturelles impacte la biodiversité.

Saviez-vous qu’il faut 2700 litres d’eau pour fabriquer un T-shirt en coton, soit l’équivalent de ce qu’une personne boit pendant 2 ans et demi ? Cette soif insatiable peut avoir des conséquences désastreuses sur des écosystèmes entiers comme dans le cas de l’assèchement de la mer d’Aral due à l’irrigation des champs de coton d’Asie centrale.

BeBiodiversity Faire les soldes sans brader la biodiversité
Le jeans... Véritable bête noire pour la biodiversité. Pour en fabriquer un seul, il faudrait pas moins d'1kg de coton, entre 5 000 et 25 000 litres d’eau, 75kg de pesticide et 2kg d’engrais chimique.

Second problème : les produits chimiques

L’industrie de la mode est aussi très gourmande en produits chimiques. Elle serait responsable d’environ 20 % de la pollution industrielle de l’eau au niveau mondial. On dénonce notamment la fabrication de viscose. Cette fibre, si elle est d’origine végétale, subit des traitements chimiques intensifs souvent dramatiques pour la biodiversité. L’industrie de la viscose est responsable de la pollution du plus grand lac d’eau douce de Chine, dont les eaux désormais de couleur noire sont toxiques tant pour le marsouin que pour les populations humaines.

Et cerise sur le gâteau : le transport

Si nous achetons de plus en plus de vêtements, ils voyagent aussi de plus en plus avant d’arriver dans nos armoires. Plus de 60 % des vêtements sont produits en Asie du Sud-Est. Le transport de ces marchandises partout dans le monde contribue au réchauffement climatique, lui-même nocif pour la biodiversité.

Bref, l’achat de pièces derniers cris qui ne dureront pas, c’est une pratique qui coûte cher aux espèces de notre planète. Alors pour un shopping responsable, voici quelques pistes : c’est par ici !

Autres actus

BeBiodiversity Champignons, sortez vos petits parapluies, voici l’automne !

Champignons, sortez vos petits parapluies, voici l’automne !

Quoi de plus amusant que d’agrémenter une balade en forêt par la découverte et la dégustation de ces trésors de l’automne que sont les champignons. Et nous sommes bien servis ! Saviez-vous que la Belgique est le troisième pays d’Europe en matière de diversité de champignons ? Il y aurait plus de 10 000 espèces sur notre territoire, même si les espèces comestibles ne sont que quelques dizaines.

Lire plus
BeBiodiversity La croisière s’amuse, la biodiversité moins…

La croisière s’amuse, la biodiversité moins…

Les croisières ont de plus en plus la cote. Depuis 2009, le nombre de passagers de ce type de vacances est passé de 17,8 à 28 millions. Une hausse de près de 64 % qui n’est pas sans inquiéter les amoureux de la biodiversité,  en particulier pour les croisières vers les pôles.

Lire plus
BeBiodiversity Le sport dans la nature : oui, mais… !

Le sport dans la nature : oui, mais… !

Dans notre société orientée vers les loisirs et le rapport à la nature, on constate une forte croissance des activités sportives et touristiques en milieu naturel. La pêche, l’équitation, la randonnée, le running, le canyoning, l’escalade, le VTT ou le kayak se sont démocratisés et se pratiquent désormais en masse. C’est un marché florissant pour les régions possédant un patrimoine touristique naturel et paysager.

Lire plus
BeBiodiversity Du carbone compensé pour protéger la biodiversité

Du carbone compensé pour protéger la biodiversité

Les voyages en avion émettent d’importantes quantités de gaz à effet de serre, qui réchauffent la planète. Pas de quoi renoncer à vos vacances estivales ! De nombreux havres de paix ne sont qu’à quelques gares de chez vous. Mais si vraiment l’avion est indispensable, vous pouvez limiter les dégâts en compensant les émissions carbone de votre vol, c’est-à-dire en économisant une quantité équivalente de CO2 ailleurs.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus