BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity
Icon Newsletter #BeBiodiversity

Newsletter #BeBiodiversity

Subscribe and never miss a post

BeBiodiversity Faire les soldes sans brader la biodiversité

Faire les soldes sans brader la biodiversité

Les soldes sont de retour. Voilà une bonne occasion de faire des affaires tout en questionnant nos habitudes de consommateurs. On parle beaucoup du gaspillage alimentaire, mais le gaspillage textile est une réalité préoccupante pour la biodiversité.

Les européens achètent de plus en plus de vêtements. En moyenne, le belge achète entre 20 et 25 kilos de vêtements par an, soit 60 % de plus qu’en 2000. Et parce qu’ils sont de moins bonne qualité, ou très vite démodés, ils sont peu portés. Nous les gardons moitié moins de temps qu’au début du siècle ! Et moins d’un quart de ces achats se retrouvent dans les filières de recyclage.

Cette surconsommation de textile est stimulée par une offre immense, et des collections qui s’enchaînent dans les rayons à un rythme effréné. Tous les vêtements ne trouvent pas d’acheteur, et ces invendus sont généralement détruits.

Premier problème : l’eau !

On l’oublie souvent, le textile est généralement issu de plantes : chanvre, lin et coton notamment. Ce dernier est utilisé pour presque 40 pourcent de nos vêtements ! La production de ces ressources naturelles impacte la biodiversité.

Saviez-vous qu’il faut 2700 litres d’eau pour fabriquer un T-shirt en coton, soit l’équivalent de ce qu’une personne boit pendant 2 ans et demi ? Cette soif insatiable peut avoir des conséquences désastreuses sur des écosystèmes entiers comme dans le cas de l’assèchement de la mer d’Aral due à l’irrigation des champs de coton d’Asie centrale.

BeBiodiversity Faire les soldes sans brader la biodiversité
Le jeans... Véritable bête noire pour la biodiversité. Pour en fabriquer un seul, il faudrait pas moins d'1kg de coton, entre 5 000 et 25 000 litres d’eau, 75kg de pesticide et 2kg d’engrais chimique.

Second problème : les produits chimiques

L’industrie de la mode est aussi très gourmande en produits chimiques. Elle serait responsable d’environ 20 % de la pollution industrielle de l’eau au niveau mondial. On dénonce notamment la fabrication de viscose. Cette fibre, si elle est d’origine végétale, subit des traitements chimiques intensifs souvent dramatiques pour la biodiversité. L’industrie de la viscose est responsable de la pollution du plus grand lac d’eau douce de Chine, dont les eaux désormais de couleur noire sont toxiques tant pour le marsouin que pour les populations humaines.

Et cerise sur le gâteau : le transport

Si nous achetons de plus en plus de vêtements, ils voyagent aussi de plus en plus avant d’arriver dans nos armoires. Plus de 60 % des vêtements sont produits en Asie du Sud-Est. Le transport de ces marchandises partout dans le monde contribue au réchauffement climatique, lui-même nocif pour la biodiversité.

Bref, l’achat de pièces derniers cris qui ne dureront pas, c’est une pratique qui coûte cher aux espèces de notre planète. Alors pour un shopping responsable, voici quelques pistes : c’est par ici !

Autres actus

BeBiodiversity Prêts pour un frisson d’Halloween plus durable ?

Prêts pour un frisson d’Halloween plus durable ?

Monstres, sorcières, zombies, fantômes, … aucun costume n’est trop fou pour célébrer ce moment de frisson et de plaisir annuel. Comment rester éco-responsable pendant cette fête diabolique ? Avec nos conseils d’habillage et de décoration, il y aura plus de peur que de mal !

Lire plus
BeBiodiversity Faut-il les tuer pour mieux les protéger ?

Faut-il les tuer pour mieux les protéger ?

A la fin du mois d’août, la Conférence sur le commerce international des espèces menacées – la CITES – s’est terminée sur une série de nouvelles décisions visant à mieux protéger une série d’animaux vulnérables et en danger d’extinction. Parmi ces animaux, la girafe, le plus grand mammifère terrestre, une véritable icône de la savane africaine.

Lire plus
BeBiodiversity La lutte contre les espèces exotiques invasives s’organise

La lutte contre les espèces exotiques invasives s’organise

Les espèces exotiques envahissantes, aussi appelées espèces invasives, sont des espèces introduites par l’homme en dehors de leur aire d’origine. Elles constituent une menace importante pour la biodiversité et les services fournis par les écosystèmes comme la production végétale, l’épuration de l’eau et la pollinisation.

Lire plus
BeBiodiversity Une diversité envahissante ?

Une diversité envahissante ?

De tout temps les espèces animales ou végétales ont colonisé le globe et occupé des espaces de vie en fonction de leurs capacités d’adaptation. Mais l’homme a également introduit volontairement ou par accident des espèces animales et végétales ainsi que des champignons et microorganismes en dehors de leurs habitats habituels. Certaines espèces s’acclimatent et prospèrent localement au point de devenir invasives.

Lire plus
BeBiodiversity Un coach pour se préparer aux défis climatiques !

Un coach pour se préparer aux défis climatiques !

Quelles sont les causes et les effets de changements climatiques sur l’homme et la nature (par ex. augmentation du niveau de la mer, augmentation des canicules et de la sécheresse, mais également  plus de tempêtes et d’inondations, les impacts sur la biodiversité,…) ? Comment est-il possible de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 80% d’ici 2050 ? Quels changements de comportements et technologiques sont nécessaires afin de réaliser cette transition ?

Lire plus
BeBiodiversity SOUVENIRS, SOUVENIRS

SOUVENIRS, SOUVENIRS

Chaque année, de nombreux objets réalisés à partir d’espèces animales et végétales protégées sont importés illégalement en Belgique (fourrure, caviar, objets d’art, bijoux, …). Par le crime organisé ? Parfois. Mais le plus souvent, ce sont les touristes qui – sans penser à mal – rapportent ces objets dans leurs bagages à titre de souvenirs.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus