BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity A chaque espèce son territoire !

A chaque espèce son territoire !

En vacances, une partie des dépenses est souvent consacrée aux cadeaux et à la découverte des produits locaux. Qui n’a pas envie de ramener un souvenir de ce petit coin de paradis où on a vécu de merveilleux moments en famille ou entre amis ? Or, certains souvenirs que vous comptez mettre dans votre valise peuvent nuire à la biodiversité d’ici… et de là-bas.

Du coup, comment faire pour être sûr de ne pas porter atteinte à notre chère Mère Nature ? C’est simple : premièrement, ne ramenez aucun souvenir tel que des graines, fleurs, plantes, fruits ou légumes lorsque vous revenez de vacances ! Ceux-ci peuvent être porteurs d’une maladie ou d’un parasite sans que vous ne le remarquiez et ainsi contaminer nos espèces locales. Même une pomme d’apparence parfaitement saine peut contenir des mouches qui se répandront dans notre nature et affecteront nos plantes.

Par ailleurs, certaines espèces exotiques que vous pourriez ramener de vacances sont dites « invasives ». Ce sont tous ces animaux et ces plantes qui sont arrivés parfois de très loin dans notre nature par l’intermédiaire de l’homme, qui s’adaptent à notre climat et à notre nature, qui se reproduisent avec une rapidité parfois fulgurante et causent des dégâts à l’environnement et à la biodiversité locale. Elles peuvent aussi causer des dégâts économiques considérables : elles peuvent anéantir les récoltes, obstruer les voies navigables,… Leur éradication coûte très cher, et s’avère même parfois impossible. Un exemple d’espèce invasive de plus en plus visible en Belgique est la perruche à collier. Ces oiseaux vert fluo se sont installés dans nos arbres et se sont reproduits en masse, entrant ainsi en concurrence avec d’autres espèces locales comme le moineau domestique.

BeBiodiversity A chaque espèce son territoire !

Autre danger potentiel si vous comptez ramener un animal de l’étranger : la rage ! Renseignez-vous bien sur les modalités de rapatriement, vous devrez probablement passer par la case de vaccination et de quarantaine avant de rentrer au pays. De même si vous souhaitez voyager avec votre chien, votre minou ou votre furet chéri, vous devrez vous soumettre à certaines règles afin d’éviter la propagation de cette maladie mortelle. Et puis comme déjà dit dans un précédent article, évitez d’acheter des souvenirs fabriqués à partir d’espèces animales et végétales menacées, comme les statuettes et bijoux en ivoire, les sacs à main et chaussures en cuir de reptile ou encore les bijoux et colliers en corail. L’achat d’un souvenir interdit peut avoir de lourdes conséquences. Vous mettez la survie d’une espèce menacée en danger et risquez une solide amende ! Certaines espèces menacées sont en effet protégées par la législation nationale, européenne ou internationale.

Bref, admirez, goûtez, sentez tout ce que vous voulez sur place. Mais surtout, ne ramenez aucune graine ni aucune plante, ni aucun animal exotique de vos vacances. Privilégiez plutôt les photos ?! La préservation de la biodiversité d’ici et de là-bas en dépend !

Autres actus

BeBiodiversity Bois et instruments de musique

Bois et instruments de musique

Malgré d’importantes avancées concernant notre connaissance des matériaux, le bois reste le matériau de prédilection pour la construction des instruments de musique. Ce sont les caractéristiques uniques de poids, de dureté, de résistance et de capacité à résonner qui en déterminent l’utilisation pour les instruments à cordes, les instruments à vent et les percussions. Chaque instrument est un assemblage de bois durs et tendres à la recherche des conditions optimales de sonorité.

Lire plus
BeBiodiversity Des scampis à volonté, au grand dam de la biodiversité

Des scampis à volonté, au grand dam de la biodiversité

Crevettes, scampis ou gambas ont longtemps été des mets rares, raffinés et chers. Mais de nos jours, leur consommation a explosé : dans le monde, on estime qu’en 2023, environ 6 millions de tonnes de crevettes seront consommées par an ! En 20 ans, la production aurait été multipliée par 9. Un boum qui fait des dégâts sur la biodiversité.

Lire plus
BeBiodiversity Détruire de l’ivoire pour la défense des éléphants sauvages

Détruire de l’ivoire pour la défense des éléphants sauvages

Chaque quart d’heure, un éléphant disparaît, victime du braconnage. Les éléphants sauvages d’Afrique et d’Asie sont menacés d’extinction. L’ivoire provient des défenses, c’est-à-dire des dents des éléphants. Personne ne se risquerait à arracher les dents d’un éléphant vivant : l’abattre est la solution la plus facile pour les trafiquants.

Lire plus
BeBiodiversity Des experts inquiets au chevet de la biodiversité

Des experts inquiets au chevet de la biodiversité

En trois ans, cinq cent cinquante experts bénévoles de cent pays ont compilé dix mille publications scientifiques, complétées par des données statistiques et un inventaire des savoirs traditionnels locaux. L’objectif de ce travail colossal coordonné par la Plate-Forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) était de fournir aux décideurs de la planète cinq rapports sur l’état de la biodiversité mondiale.

Lire plus
BeBiodiversity La vanille, un plaisir bientôt inaccessible ?

La vanille, un plaisir bientôt inaccessible ?

Son arôme puissant et délicat en fait une épice très appréciée. Et bien qu’elle se retrouve un peu partout dans les produits alimentaires, les cosmétiques ou encore les huiles essentielles, la vanille fait pourtant partie des épices les plus chères avec le safran et pourrait devenir un produit aussi luxueux que ce dernier. En effet, sa production est de plus en plus menacée…

Lire plus
BeBiodiversity Les pesticides : des évolutions timides

Les pesticides : des évolutions timides

De nouvelles études et rapports confirment quotidiennement l’état alarmant de la biodiversité. Le constat ne concerne plus uniquement des espèces emblématiques telles que l’ours polaire ou le rhinocéros blanc. Les espèces les plus communes sont aussi menacées… C’est le cas des oiseaux communs dont le nombre en Wallonie a diminué de 50% en 25 ans ! Parmi les causes de ce déclin en Europe, arrivent en première place l’agriculture intensive et l’utilisation de pesticides. Le recours aux pesticides par les particuliers est également problématique. Petit récapitulatif des évolutions récentes concernant ces produits.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus