BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Les pesticides : des évolutions timides

Les pesticides : des évolutions timides

De nouvelles études et rapports confirment quotidiennement l’état alarmant de la biodiversité. Le constat ne concerne plus uniquement des espèces emblématiques telles que l’ours polaire ou le rhinocéros blanc. Les espèces les plus communes sont aussi menacées… C’est le cas des oiseaux communs dont le nombre en Wallonie a diminué de 50% en 25 ans ! Parmi les causes de ce déclin en Europe, arrivent en première place l’agriculture intensive et l’utilisation de pesticides. Le recours aux pesticides par les particuliers est également problématique. Petit récapitulatif des évolutions récentes concernant ces produits.

Tout d’abord, il est utile de rappeler que le terme « pesticide », auquel les industriels préfèrent le terme « produits phytopharmaceutiques », couvre notamment trois grandes catégories de substances : les herbicides (pour lutter contre les « mauvaises herbes »), les insecticides (contre les insectes) et les fongicides (contre les champignons). Il existe énormément de produits mais l’attention s’est dernièrement concentrée sur le glyphosate d’une part, et sur les néonicotinoïdes d’autre part. Pourquoi ?

Le glyphosate, un débat sur la santé

Le glyphosate est le désherbant le plus vendu au monde : 720 mille tonnes écoulées par an. Il s’agit en réalité d’une substance qui entre dans la composition de 750 produits, dont le fameux Round Up. Des études ont démontré que le glyphosate est omniprésent dans notre environnement et en particulier dans notre alimentation. On en trouve par exemple dans la bière et même dans l’urine.

La polémique s’est accentuée lorsque le Centre international de recherche sur le cancer a proposé début 2015 de classer le glyphosate comme « probablement cancérogène pour l’homme ». Outre ses conséquences pour la santé humaine, de nombreuses études pointent aussi les effets du glyphosate sur des plantes a priori non ciblées, ainsi que sur les insectes, les oiseaux ou encore les écosystèmes aquatiques.

En décembre 2017, après de nombreuses négociations et malgré l’importante polémique entourant la substance, l’Union européenne a voté pour le renouvellement de l’autorisation du glyphosate pour cinq ans. La Belgique a voté contre, regrettant que l’approbation ne soit pas accompagnée de mesures de transition vers des alternatives, et ne s’est pas arrêtée là. Bien que le glyphosate soit toujours autorisé à la vente, les Régions ont toutes les trois interdit son utilisation par les particuliers ! Plus récemment, le gouvernement bruxellois a annoncé poursuivre la Commission européenne devant la Cour de justice européenne pour violation du principe de précaution. La polémique est donc loin d’être clôturée.

BeBiodiversity Les pesticides : des évolutions timides

Les néonicotinoïdes, les pollinisateurs en première ligne

Les néonicotinoïdes, « néonics » pour les habitués, ont eux aussi défrayé la chronique. Depuis plusieurs années ces insecticides sont accusés de présenter des risques élevés et graves pour les abeilles. Face aux données scientifiques disponibles, l’Union européenne a imposé en 2012 une interdiction temporaire de l’utilisation de trois substances néonicotinoïdes sur la plupart des cultures (tournesol, maïs, colza), excepté sur les céréales à paille et les betteraves. Ces restrictions étaient une mesure de précaution en attendant une réévaluation approfondie de leurs effets et la prise d’éventuelles mesures permanentes.

Fin février 2018, l’Agence européenne de la sécurité des aliments a publié ses conclusions : la plupart des différentes utilisations des néonicotinoïdes posent un risque pour les abeilles. Beaucoup plaident désormais pour leur interdiction.

Déjà en juillet 2016, le Conseil supérieur de la Santé publiait un avis sur les néonicotinoïdes et leurs effets sur la biodiversité et la santé. Le Conseil y soulignait « l’urgence d’études complémentaires sur la toxicité de ces composés, l’exposition humaine à ceux-ci, ainsi que sur leurs effets sur les services écosystémiques » et prônait « le renforcement de la transition vers des pratiques de lutte intégrée pour réduire l’utilisation des néonicotinoïdes et du fipronil ».

Ce qu’il faut retenir : de nombreuses études démontrent des effets toxiques des pesticides sur la santé et la biodiversité. Les abeilles en sont les premières victimes. Pensez-y avant d’en utiliser pour votre jardin, votre potager ou pour vos plantes… Et n’oubliez pas que le glyphosate est interdit d’utilisation par les particuliers en Belgique.

Des solutions alternatives existent : 

www.ecoconso.be/fr/content/8-conseils-pour-preparer-un-jardin-ecologique

www.printempssanspesticides.be

www.zonderisgezonder.be

Autres actus

BeBiodiversity La délégation belge à la COP Biodiversité

La délégation belge à la COP Biodiversité

La biodiversité est menacée. Vous le saviez probablement déjà.  Mais saviez-vous qu’une COP (Conférence des Parties) sur la biodiversité a lieu tous les deux ans ? Lors d’une telle COP, des ministres et experts négocient ensemble sur des questions et objectifs de biodiversité . Les représentants d’environ 200 pays passeront deux semaines ce mois-ci à Montréal, au Canada, pour négocier de nouveaux objectifs 2030 et tenter de parvenir à un accord final, définitif. La Belgique et sa délégation seront également présentes à la table des négociations avec les autres pays. La Belgique prend la protection de la biodiversité très au sérieux et a développé une forte expertise au niveau international, notamment par le biais des Conférences des Parties (COP).

Lire plus
BeBiodiversity Nos animaux de compagnie sont-ils un danger pour la biodiversité ?

Nos animaux de compagnie sont-ils un danger pour la biodiversité ?

6h10, un ronronnement aussi intense que soudain se fait entendre à quelques centimètres de votre oreille… Il a beau être le plus mignon, mais là « le petit félin » de la maison irrite… Marques d’attention, câlins,… Il parade afin de parvenir à ses fins : vous faire lever pour lui donner son repas du matin. Une fois rassasié, plus de nouvelles de lui jusqu’au prochain repas ! Dure, dure la vie de chat !

Lire plus
BeBiodiversity Une fête des Pères plus durable

Une fête des Pères plus durable

Comme pour nos autres fêtes, pourquoi ne pas donner un twist plus durable à nos cadeaux de Fête des pères ? Il est rare que les produits cosmétiques ne figurent pas en bonne place dans le Top 10 des idées de cadeaux pour cette fête. Voici une liste d’idées pour une fête des pères durable.

Lire plus
BeBiodiversity Du chocolat belge pour un monde meilleur

Du chocolat belge pour un monde meilleur

Le gouvernement fédéral et l’industrie du chocolat belge se sont engagés à payer un prix équitable aux producteurs et à mettre fin à la déforestation. Tant que la production de chocolat implique la déforestation, des salaires indécents et le travail des enfants, elle n’est pas durable. Les fabricants belges, la société civile et les pouvoirs publics ne restent pas les bras croisés et œuvrent en faveur d’un chocolat durable, bon pour l’homme et meilleur pour la biodiversité !

Lire plus
BeBiodiversity Les femmes engagées pour la biodiversité à travers l’Histoire

Les femmes engagées pour la biodiversité à travers l’Histoire

Depuis des siècles, des femmes s’efforcent de préserver la diversité biologique de la terre en utilisant des matériaux naturels pour construire, cultiver, élever, nourrir et soigner. Qu’elles dédient leur travail ou leur vie à une espèce ou une zone particulière, ou à la nature en général, de nombreuses femmes s’engagent avec courage et passion pour protéger la biodiversité et notre planète. Dans le monde, nombreuses sont les initiatives en faveur de la biodiversité fondées par des femmes ; elles vont souvent de pair avec la défense des droits de chacun.e. En cette journée internationale des droits de la femme, BeBiodiversity profite de l’occasion pour célébrer quelques-unes d’entre elles.

Lire plus
BeBiodiversity Zéro plastique, zéro panique !

Zéro plastique, zéro panique !

C’est une étape décisive en Belgique dans la lutte contre les plastiques jetables : un nouvel arrêté royal interdit la vente de divers produits en plastique « à usage unique » tels que les couverts, les assiettes et les pailles. Une bonne nouvelle pour les écosystèmes qui étouffent sous le plastique et les microplastiques.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus