BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity L’écotourisme et le commerce durable peuvent-il sauver les rhinocéros ?

L’écotourisme et le commerce durable peuvent-il sauver les rhinocéros ?

Ce 22 septembre, c’est la Journée Internationale du Rhinocéros. L’occasion de faire le point sur les pistes envisagées pour préserver ces animaux.

 

Il existe 5 espèces de rhinocéros « the five to keep alive » : 2 en Afrique (dont le rhinocéros blanc présent majoritairement en Afrique du Sud) et 3 en Asie. Les rhinocéros de Sumatra et de Java sont proches de l’extinction. Les 3 autres espèces en revanche ont vu leur population augmenter de plus de 40 % au cours des 10 dernières années. C’est le résultat de mesures de conservation très strictes, combinées à l’essor de l’éco-tourisme et du commerce durable des animaux.

Outre la diminution des habitats naturels (principalement en Asie), la plus grande menace est le braconnage. En Afrique du Sud, chaque jour, 3 rhinocéros tombent sous les balles des braconniers. Le nombre de décès excède quasiment celui des naissances. Les parcs nationaux, les réserves privées, les fermes d’élevage ne sont pas épargnés et il est de plus en plus cher de protéger les rhinocéros. Un grand nombre de réserves privées et de fermes font faillite.

En Asie, la poudre de corne est réputée avoir des propriétés médicinales diverses (notamment contre le cancer) voire aphrodisiaques. La corne s’y vend donc plus cher que la cocaïne : de 50 à 70.000 euros le kilo. En Chine et au Vietnam, les 2 plus grands pays consommateurs, les stars locales expliquent à la télévision que la corne de rhinocéros, composée de kératine, comme les ongles et les cheveux, n’a pas d’effets particuliers.  Mais ces campagnes de sensibilisation pourront-elles faire diminuer la demande ?

BeBiodiversity L’écotourisme et le commerce durable peuvent-il sauver les rhinocéros ?

Les fermes sont peut-être une autre solution. Elles accueillent près du 1/3 des rhinocéros présents en Afrique du Sud. À l’origine, leur but était de vendre des animaux aux zoos et aux réserves. Depuis, les éleveurs ont trouvé le moyen d’écorner les rhinocéros sans les tuer, rendant le commerce légal possible. Pour eux, la légalisation du commerce de la corne de rhinocéros (interdit depuis 1977 par la Convention CITES sur le commerce des espèces menacées) serait la solution contre le braconnage. C’est pourquoi ils militent pour la levée de cette interdiction, estimant pouvoir ainsi freiner le trafic illégal.

En visitant les parcs nationaux, les réserves privées, les sanctuaires et orphelinats pour rhinocéros, nous pouvons apporter notre soutien à ceux qui les protègent. Dans la course contre la montre pour la préservation des rhinocéros, les recettes de l’écotourisme sont les bienvenues.

Autres actus

BeBiodiversity La délégation belge à la COP Biodiversité

La délégation belge à la COP Biodiversité

La biodiversité est menacée. Vous le saviez probablement déjà.  Mais saviez-vous qu’une COP (Conférence des Parties) sur la biodiversité a lieu tous les deux ans ? Lors d’une telle COP, des ministres et experts négocient ensemble sur des questions et objectifs de biodiversité . Les représentants d’environ 200 pays passeront deux semaines ce mois-ci à Montréal, au Canada, pour négocier de nouveaux objectifs 2030 et tenter de parvenir à un accord final, définitif. La Belgique et sa délégation seront également présentes à la table des négociations avec les autres pays. La Belgique prend la protection de la biodiversité très au sérieux et a développé une forte expertise au niveau international, notamment par le biais des Conférences des Parties (COP).

Lire plus
BeBiodiversity Nos animaux de compagnie sont-ils un danger pour la biodiversité ?

Nos animaux de compagnie sont-ils un danger pour la biodiversité ?

6h10, un ronronnement aussi intense que soudain se fait entendre à quelques centimètres de votre oreille… Il a beau être le plus mignon, mais là « le petit félin » de la maison irrite… Marques d’attention, câlins,… Il parade afin de parvenir à ses fins : vous faire lever pour lui donner son repas du matin. Une fois rassasié, plus de nouvelles de lui jusqu’au prochain repas ! Dure, dure la vie de chat !

Lire plus
BeBiodiversity Une fête des Pères plus durable

Une fête des Pères plus durable

Comme pour nos autres fêtes, pourquoi ne pas donner un twist plus durable à nos cadeaux de Fête des pères ? Il est rare que les produits cosmétiques ne figurent pas en bonne place dans le Top 10 des idées de cadeaux pour cette fête. Voici une liste d’idées pour une fête des pères durable.

Lire plus
BeBiodiversity Du chocolat belge pour un monde meilleur

Du chocolat belge pour un monde meilleur

Le gouvernement fédéral et l’industrie du chocolat belge se sont engagés à payer un prix équitable aux producteurs et à mettre fin à la déforestation. Tant que la production de chocolat implique la déforestation, des salaires indécents et le travail des enfants, elle n’est pas durable. Les fabricants belges, la société civile et les pouvoirs publics ne restent pas les bras croisés et œuvrent en faveur d’un chocolat durable, bon pour l’homme et meilleur pour la biodiversité !

Lire plus
BeBiodiversity Les femmes engagées pour la biodiversité à travers l’Histoire

Les femmes engagées pour la biodiversité à travers l’Histoire

Depuis des siècles, des femmes s’efforcent de préserver la diversité biologique de la terre en utilisant des matériaux naturels pour construire, cultiver, élever, nourrir et soigner. Qu’elles dédient leur travail ou leur vie à une espèce ou une zone particulière, ou à la nature en général, de nombreuses femmes s’engagent avec courage et passion pour protéger la biodiversité et notre planète. Dans le monde, nombreuses sont les initiatives en faveur de la biodiversité fondées par des femmes ; elles vont souvent de pair avec la défense des droits de chacun.e. En cette journée internationale des droits de la femme, BeBiodiversity profite de l’occasion pour célébrer quelques-unes d’entre elles.

Lire plus
BeBiodiversity Zéro plastique, zéro panique !

Zéro plastique, zéro panique !

C’est une étape décisive en Belgique dans la lutte contre les plastiques jetables : un nouvel arrêté royal interdit la vente de divers produits en plastique « à usage unique » tels que les couverts, les assiettes et les pailles. Une bonne nouvelle pour les écosystèmes qui étouffent sous le plastique et les microplastiques.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus