BeBiodiversity logo

MENU
BeBiodiversity Halte aux espèces exotiques envahissantes

Halte aux espèces exotiques envahissantes

Quel est le point commun entre la tortue de Floride, la berce du Caucase et le frelon asiatique ? Exotiques ? Prédatrices ? Compétitives ? La réponse à cette question est loin d’être anodine et représente un enjeu crucial pour la préservation de la biodiversité. Aussi remarquables soient-elles, ces espèces sont massivement présentes en Belgique et font partie des 66 espèces reprises dans la liste d’espèces exotiques envahissantes préoccupantes pour l’Union européenne.

Afin de prévenir et de gérer l’introduction et la propagation des espèces exotiques envahissantes (les EEE), l’Etat fédéral, les Communautés et les Régions ont conclu un accord de coopération. Cet accord organise la mise en œuvre en Belgique du Règlement européen sur les EEE. Il est important car c’est le tout premier accord impliquant toutes les autorités belges en charge de la biodiversité.

Mais tout d’abord, qu’est-ce qu’une espèce exotique envahissante ?

Une espèce exotique envahissante, également appelée « espèce invasive », se définit comme un organisme vivant (animal ou plante) qui a été introduit par l’homme, volontairement ou involontairement, hors de son lieu de vie naturel. Ce concept existe depuis longtemps mais il est devenu problématique depuis la fin des années 1980 avec l’avènement de la mondialisation, et pour corollaire, la multiplication et l’accélération des échanges.

Elle est dite « envahissante » car elle s’adapte à son nouvel environnement en causant des dommages importants sur le plan écologique, notamment la biodiversité, économique et/ou sanitaire.

Stratégie globale et coordonnée pour une lutte efficace au niveau belge

Sur les 36 plantes et 30 animaux repris dans la liste européenne, un peu moins de la moitié (14 plantes et 15 animaux) est établie sur le territoire belge. Les autorités belges entendent lutter contre la prolifération des EEE par une triple action combinant prévention, détection précoce et éradication rapide. Agir de façon coordonnée est la réponse la plus efficace face à cette propagation féroce. Toutes les informations concernant les EEE en Belgique sont disponibles sur le site web « Invasive Alien Species ».

 

BeBiodiversity Halte aux espèces exotiques envahissantes

Ne diabolisons pas les espèces exotiques ! Toutes les espèces introduites sur un territoire ne deviennent pas invasives mais la tortue de Floride, la berce du Caucase et le frelon asiatique posent de sérieux problèmes en Belgique.

Bien que la tortue de Floride ne puisse pas se reproduire en Belgique, elle perturbe les écosystèmes aquatiques et augmente la turbidité de l’eau. Depuis août 2018, elle ne peut plus être officiellement commercialisée. L’accord de coopération permet d’assurer un suivi de la suppression progressive des stocks commerciaux entre les différentes autorités et ouvre la possibilité de communiquer ensemble sur les risques de relâcher ces animaux dans la nature, autant pour leur bien-être que pour la faune indigène.

La berce du Caucase et le frelon asiatique ont déjà été abordés dans un précédent article. L’accord de coopération offre une avancée majeure dans la lutte contre ces deux EEE. Pour la berce, il va permettre l’élaboration et la mise en œuvre de plans de défense cohérents à l’échelle des bassins versants, en travaillant de l’amont vers l’aval pour réduire la dissémination de la plante. Concernant le frelon, l’accord de coopération rend possible la collaboration active entre la Flandre, la Wallonie et Bruxelles pour assurer le suivi de l’espèce sur l’ensemble du territoire belge et de garantir le transfert rapide d’information auprès des gestionnaires chargés de neutraliser les nids.

Si vous avez encore des questions sur ces espèces, cette vidéo illustre bien le danger qu’elles peuvent représenter pour les espèces indigènes.

Autres actus

BeBiodiversity La délégation belge à la COP Biodiversité

La délégation belge à la COP Biodiversité

La biodiversité est menacée. Vous le saviez probablement déjà.  Mais saviez-vous qu’une COP (Conférence des Parties) sur la biodiversité a lieu tous les deux ans ? Lors d’une telle COP, des ministres et experts négocient ensemble sur des questions et objectifs de biodiversité . Les représentants d’environ 200 pays passeront deux semaines ce mois-ci à Montréal, au Canada, pour négocier de nouveaux objectifs 2030 et tenter de parvenir à un accord final, définitif. La Belgique et sa délégation seront également présentes à la table des négociations avec les autres pays. La Belgique prend la protection de la biodiversité très au sérieux et a développé une forte expertise au niveau international, notamment par le biais des Conférences des Parties (COP).

Lire plus
BeBiodiversity Nos animaux de compagnie sont-ils un danger pour la biodiversité ?

Nos animaux de compagnie sont-ils un danger pour la biodiversité ?

6h10, un ronronnement aussi intense que soudain se fait entendre à quelques centimètres de votre oreille… Il a beau être le plus mignon, mais là « le petit félin » de la maison irrite… Marques d’attention, câlins,… Il parade afin de parvenir à ses fins : vous faire lever pour lui donner son repas du matin. Une fois rassasié, plus de nouvelles de lui jusqu’au prochain repas ! Dure, dure la vie de chat !

Lire plus
BeBiodiversity Une fête des Pères plus durable

Une fête des Pères plus durable

Comme pour nos autres fêtes, pourquoi ne pas donner un twist plus durable à nos cadeaux de Fête des pères ? Il est rare que les produits cosmétiques ne figurent pas en bonne place dans le Top 10 des idées de cadeaux pour cette fête. Voici une liste d’idées pour une fête des pères durable.

Lire plus
BeBiodiversity Du chocolat belge pour un monde meilleur

Du chocolat belge pour un monde meilleur

Le gouvernement fédéral et l’industrie du chocolat belge se sont engagés à payer un prix équitable aux producteurs et à mettre fin à la déforestation. Tant que la production de chocolat implique la déforestation, des salaires indécents et le travail des enfants, elle n’est pas durable. Les fabricants belges, la société civile et les pouvoirs publics ne restent pas les bras croisés et œuvrent en faveur d’un chocolat durable, bon pour l’homme et meilleur pour la biodiversité !

Lire plus
BeBiodiversity Les femmes engagées pour la biodiversité à travers l’Histoire

Les femmes engagées pour la biodiversité à travers l’Histoire

Depuis des siècles, des femmes s’efforcent de préserver la diversité biologique de la terre en utilisant des matériaux naturels pour construire, cultiver, élever, nourrir et soigner. Qu’elles dédient leur travail ou leur vie à une espèce ou une zone particulière, ou à la nature en général, de nombreuses femmes s’engagent avec courage et passion pour protéger la biodiversité et notre planète. Dans le monde, nombreuses sont les initiatives en faveur de la biodiversité fondées par des femmes ; elles vont souvent de pair avec la défense des droits de chacun.e. En cette journée internationale des droits de la femme, BeBiodiversity profite de l’occasion pour célébrer quelques-unes d’entre elles.

Lire plus
BeBiodiversity Zéro plastique, zéro panique !

Zéro plastique, zéro panique !

C’est une étape décisive en Belgique dans la lutte contre les plastiques jetables : un nouvel arrêté royal interdit la vente de divers produits en plastique « à usage unique » tels que les couverts, les assiettes et les pailles. Une bonne nouvelle pour les écosystèmes qui étouffent sous le plastique et les microplastiques.

Lire plus
Découvrez toutes nos actus Découvrez toutes nos actus